Le MWC 2019 bat son plein, et nous avons déjà notre premier duel d’envergure avec le Huawei Mate X affrontant le Samsung Galaxy Fold. Deux smartphones vendus à prix d’or… mais est-ce vraiment le problème principal ?

Ça y est : après avoir été prophétisée pendant de longues années, la guerre des smartphones pliables est enfin lancée au Mobile World Congress 2019. Le show de Barcelone prend place quelques jours à peine après l’Unpacked 2019 organisé par Samsung.

Et voilà : nous avons déjà deux smartphones pliables officiellement annoncés de la part de deux des plus grands constructeurs de l’industrie. Naturellement, le duel est déjà organisé et chacun choisit son camp. Si les prix faramineux des deux appareils sont souvent pointés du doigt négativement, ils partagent en vérité tous deux un problème majeur.

Samsung Galaxy Fold contre Huawei Mate X : intérieur ou extérieur

Observons déjà les forces en présence. D’un côté se tient le Samsung Galaxy Fold, premier smartphone pliable vraiment intéressant — déso, pas déso Royole — officialisé lors de l’Unpacked 2019. Après un premier teasing succinct, nous avons enfin eu le droit de voir véritablement ce à quoi ressemblait le smartphone.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Son design particulier nous invite à utiliser un premier écran 4,6 pouces longiligne pour les tâches les plus mineures, avant d’ouvrir littéralement l’appareil pour révéler son grand écran pliable de 7,3 pouces. Des capteurs photo sont disponibles aussi bien sur la face avant qu’à l’intérieur — logés dans une grande encoche — et sur la face arrière. Ainsi, il n’existe pas vraiment de frein à l’usage.

Il en existe toutefois un sur le prix : à 2000 euros, le Samsung Galaxy Fold sera définitivement premium. Il sortira sur le marché le 3 mai prochain.

Contre lui se dresse le Huawei Mate X, présenté lors du Mobile World Congress 2019. Sans aucun doute son rival direct, il n’a désormais plus vraiment de secret pour nous, même s’il reste toujours en conception.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Ici, nous avons affaire à un écran pliable de 8 pouces de diagonale se retournant sur lui-même pour devenir un simple smartphone de 6,6 pouces de diagonale. Tous les composants habituels d’un smartphone (capteurs photo, lecteurs d’empreinte, boutons) viennent se loger sur le côté de l’écran dans un dispositif servant aussi habilement à la préhension de l’appareil.

Le Huawei Mate X est lui aussi définitivement premium. S’il n’a pas encore de date de sortie (on parle d’une sortie au milieu de l’année 2019), il a bien un prix. Et à 2 299 euros, il est de facto le smartphone pliable le plus cher annoncé actuellement.

Prix d’or pour technologie de pointe

Si les premières réactions vont plutôt être d’élire quelle formule est la mieux conçue, certains sont toujours choqués par ces prix faramineux. Il faut dire que les plus naïfs espéraient des appareils bien plus accessibles.

Ça n’aurait jamais pu être le cas. Qu’on se le dise : les écrans pliables sont une technologie de pointe, et leur application sur smartphone unique en son genre. Le Samsung Galaxy Fold comme le Huawei Mate X sont le résultat de longues années de recherche et de développement, étape qui a évidemment un coût significatif pour un constructeur qu’il se doit de récupérer sur le prix de vente de l’appareil.

Crédit photo : The Verge

Les deux appareils ont tous deux la même visée sur le marché : être des vitrines technologiques pour les consommateurs aimant les signes extérieurs de richesse. Leur apparente inaccessibilité pour le commun des mortels est donc loin d’être un problème, puisqu’il s’agit de la volonté même des produits.

Qui plus est, les smartphones pliables sont amenés à devenir plus accessibles au fil du temps. Les Huawei Mate X et Samsung Galaxy Fold ne sont que les premiers d’une future vague, et TCL le prouve au MWC 2019 en prévoyant d’ores et déjà des smartphones pliables plus accessibles à l’horizon 2020. On attend également toujours la présentation du smartphone pliable de Xiaomi, qui a pour habitude de casser les prix sur le marché. Il ne faut donc faire preuve que de patience.

Android s’adapte un peu aux smartphones pliables

N’y a-t-il pas de quoi se plaindre, donc ? Nous sommes sur internet enfin : il y a nécessairement quelque chose. Ou plutôt un élément qu’il faut craindre sur ces futurs appareils : l’expérience logicielle.

Samsung nous a déjà montré quelques aperçus de l’utilisation du Galaxy Fold dans une vidéo officielle. Lors de sa présentation, on a pu voir un mode multitâche à trois applications simultanées être utilisé, avec un clavier qui prend la largeur complète de l’écran à l’utilisation.

Pour Huawei, nous avons eu le droit à quelques exemples de comment le « double écran » une fois l’écran plié pouvait aider, notamment sur la photo où l’unique capteur sert aussi bien pour les selfies que les photos habituelles, et où la face arrière s’allume pour permettre aux sujets de voir leur réflexion avant que vous ne preniez une photo.

Au-delà de ça, Google a déjà promis qu’il adapterait le développement de son système d’exploitation aux futurs smartphones pliables. L’adaptation automatique à divers ratios d’affichage est déjà un premier pas en ce sens, et Android Q se devra d’améliorer drastiquement l’état des choses.

Les Mate X et Galaxy Fold restent des tablettes

Alors, peut-on espérer le meilleur ? Non, et pour cause : les Galaxy Fold et Mate X restent, une fois dépliées, des tablettes Android. Si l’on a tendance à fermer les yeux sur ce point lors de ces annonces, il n’empêche qu’Android est depuis des années un problème pour ce format d’appareils.

Qu’il s’agisse de Google ou des développeurs tiers, personne n’a jamais pris le temps ou même réussi à faire en sorte que le système d’exploitation soit véritablement efficace sur un format autre qu’un smartphone. Pire encore, alors qu’il a connu le succès avec ses Nexus 7 et 8, Google a lui-même abandonné la bataille et préfère désormais Chrome OS pour ses tablettes.

Cet aveu d’échec résonne aujourd’hui plus lourdement. Les smartphones pliables vont avoir besoin d’une cohésion maximale entre le matériel et le logiciel, et d’expériences qui donneront tout leur sel à cette nouvelle catégorie de produit. En l’état, Android n’est tout simplement pas prêt.

Une nouvelle fois, les constructeurs sont majoritairement laissés seuls pour développer le système de demain, avant que ces évolutions ne soient absorbées par une future version majeure d’Android. Samsung et Huawei ont la lourde tâche de concevoir l’intérêt logiciel des smartphones pliables, au-delà de simplement avoir un plus grand écran. Et dans cette mission, l’histoire d’Android montre qu’ils n’auront que très peu de soutien.

Une telle tâche ne se fera pas en un jour, et certainement pas en un an. Si vous vous inquiétez pour l’aspect matériel des écrans pliables, il y a fort à parier que les premières générations de smartphones pliables auront un problème plus invasif et difficile à régler : celui de l’expérience logicielle.