Deux nouveaux capteurs Sony pour de plus belles photos en entrée de gamme

Ça s'annonce très prometteur !

 

Sony a dévoilé deux nouveaux capteurs photo pour smartphone d'un nouveau genre, puisqu'ils n'ont pas besoin d'être associés à un processeur ultra puissant pour traiter convenablement les images. On pourra donc avoir de très bonnes photo, même sur des smartphones d'entrée de gamme.

Les capteurs Sony peuvent gérer tout seul le traitement d'image // source : Frandroid

Les capteurs Sony peuvent gérer tout seuls le traitement d’image // source : Frandroid

Les System on Chip, ou SoC, sont aujourd’hui le cœur des smartphones. Il faut dire que cette puce, qu’elle soit conçue par Qualcomm, MediaTek, Samsung ou Huawei, concentre à elle seule tous les éléments nécessaires au bon fonctionnement d’un appareil. Bien évidemment, elle accueille non seulement le processeur, mais également la puce graphique et, on l’oublie parfois, mais c’est également ce SoC qui va gérer l’ISP, c’est-à-dire le traitement d’image.

Traditionnellement, le capteur photo d’un smartphone va ainsi envoyer directement les données brutes des photos directement au SoC qui va se charger d’analyser les données capturées pour les transformer en photographies exploitables. Un système qui a fait son chemin, mais qui présente néanmoins un inconvénient majeur : un constructeur aura beau proposer les meilleurs composants pour l’appareil photo de son smartphone, si le SoC n’est pas assez puissant, les photos ne ressembleront à rien.

Les capteurs Sony IMX500 et IMX501

Les capteurs Sony IMX500 et IMX501

C’est afin de résoudre ce problème que Sony a fait le choix de développer de nouveaux capteurs photo. Baptisé Sony IMX500 et IMX501, ces capteurs ont l’intérêt d’être dotés de leur propre puce dédiée au traitement de l’image : « Le signal acquis par la puce de pixels est traité par IA sur le capteur : il permet ainsi de se passer de processeurs haute performance ou de mémoire externe ». Cette puce intégrée a également l’intérêt de gérer le signal d’intelligence artificielle comme l’indique Sony : « l’intégration de l’IA permet de diversifier les fonctionnalités offertes et de proposer des applications polyvalentes, telles que le suivi d’objets en temps réel avec un traitement par IA à grande vitesse ». Là encore, il s’agit d’une manière pour l’équipementier de ne pas dépendre du SoC intégré par le constructeur au smartphone en parallèle du capteur, l’IA pouvant être géré très différemment d’un processeur à l’autre.

Un capteur classique de 12,3 mégapixels

Pour les caractéristiques classiques du capteur, on retrouve une configuration assez traditionnelle. Les IMX500 et IMX501 intègrent tous deux 4056 x 3040 pixels, soit un total de 12,3 mégapixels. On est donc loin de la course aux mégapixels qu’on a pu observer ces dernières années. Chaque photosite — la cellule chargée d’enregistrer un pixel — mesure 1,55 micron de côté. Du côté de la vidéo, les capteurs sont capables de capturer des images en 4K à 60 images par seconde ou en Full HD à 240 images par seconde. La principale différence entre les deux modèles vient de l’intégration d’un circuit intégré. Si le Sony IMX500 est une puce seule, l’IMX501 intègre en effet un circuit en céramique en plus.

Pour l’heure, Sony vient tout juste d’annoncer ses nouveaux capteurs. On ne sait donc pas encore quand on pourra les trouver intégrés dans des smartphones grand public. Il faudra probablement patienter encore quelques mois, probablement pour la fin de l’année 2020 ou le premier semestre 2021.

Alors que les puces les plus puissantes équipent certains smartphones milieu de gamme, que l’autonomie la plus longue est parfois tenue par des appareils d’entrée de gamme ou que les innovations de design se font…
Lire la suite

Les derniers articles