ARM veut attaquer de plein fouet le marché de l’ordinateur avec ses prochains processeurs, en profitant de l’arrivée de la 5G.

Que ce soit avec Microsoft avec Windows 10 ou Google avec Chrome OS, ou même chez Apple, tous les acteurs semblent penser que les prochaines générations d’ordinateurs devraient de plus en plus utiliser des processeurs ARM. Le premier à y croire, c’est ARM elle-même, la firme responsable de l’architecture que les constructeurs comme Qualcomm, MediaTek, Apple, Huawei ou Samsung personnalisent puis utilisent dans leurs puces. ARM a dévoilé sa feuille de route pour les années à venir et Intel se trouve au cœur du viseur.

ARM s’attaque à l’Intel Core i5

Depuis plusieurs années, les processeurs ARM ont la réputation de consommer très peu d’énergie, mais d’être très peu performants, ce qui leur a valu d’être intégrés dans des appareils mobiles comme nos smartphones, mais qui leur rendaient inaccessibles les ordinateurs où Intel règne en maître. D’après ARM, ce serait aujourd’hui une idée reçue et un cœur Cortex-A76, celui que l’on retrouvera dans le Kirin 980, cadencé à 3 GHz serait tout aussi performant qu’un Intel Core i5-7300U à 3,5 GHz sur une tache monocœur. La firme fait également une comparaison un peu plus hasardeuse sur la consommation des deux processeurs, indiquant que le Core i5 consomme 15 watts contre moins de 5 watts pour le Cortex-A76. Or, les 15 watts représentent la consommation de l’ensemble de l’Intel Core i5 (ses deux cœurs, sa puce graphique, son contrôleur mémoire, etc.) et non la consommation d’un seul cœur comme pour le Cortex-A76.

Quoi qu’il en soit, ARM promet de faire encore mieux dans les années à venir avec les architectures Deimos et Hercules, avec des bons en performances annoncés de 10 à 15 % à chaque saut d’architecture, tout en passant progressivement du 10 nm au 5 nm, qui apportera également des gains sur le rapport performance/consommation. Ces annonces font directement écho à la conclusion de mon test d’une semaine avec mon premier PC ARM équipé d’un Snapdragon 835. Si ARM parvient à rattraper les performances des puces Intel tout en conservant les avantages inhérents à son écosystème comme la sortie de veille instantanée ou la connexion mobile permanente, alors la firme proposera une meilleure expérience utilisateur.

Profiter de la 5G pour s’imposer dans les ordinateurs

L’arrivée de ces nouvelles puces ARM coïncide bien avec les efforts de Microsoft et Google pour adapter leurs ordinateurs à cet écosystème. Elle coïncide également avec un autre chamboulement de l’industrie, l’arrivée de la 5G. ARM entend bien profiter de l’arrivée de la 5G, et la demande qui devrait être croissante d’ordinateurs « always connected » pour s’imposer sur le marché des ultraportables haut de gamme. Une sorte d’alignement des planètes en la faveur des processeurs ARM à l’horizon 2020. Intel n’est donc pas au bout de ses peines.

ARM donnera plus de détails sur sa feuille de route en octobre, lors de sa conférence TechCon.

À lire sur FrAndroid : Une semaine avec un PC Windows 10 toujours connecté en 4G et équipé d’un Snapdragon 835