Intel dévoile enfin les entrailles de ses puces Tiger Lake… et ça promet

Nouvel affinage du 10 nm, Thunderbolt 4 et introduction d'une nouvelle génération d'iGPU au programme

 

À l'occasion de son Architecture Day 2020, tenu le 11 août dernier, Intel a enfin pris soin de dévoiler dans le détail les spécifications techniques de sa nouvelle génération de processeurs Tiger Lake. Tout d'abord attendus sur ordinateurs ultraportables, ces derniers permettent à Intel d'avancer sur plusieurs fronts : ceux de l'architecture, de la finesse de gravure et des performances graphiques.

Basée sur des cœurs Willow Cove et une partie GPU Xe-LP, la génération Tiger Lake s’annonce prometteuse sur PC portable

Basée sur des cœurs Willow Cove et une partie GPU Xe-LP, la génération Tiger Lake s’annonce prometteuse sur PC portable // Source : Intel

Bousculé par AMD depuis trois ans, âprement concurrencé par son rival sur le marché du PC portable depuis le printemps dernier (et l’apparition des puces Ryzen mobile 4000), Intel se devait de réagir… et de réagir vite. Un an presque tout rond après l’arrivée du 10 nm et des premières puces Ice Lake-U, le groupe revient avec sa 11e génération de processeurs à basse consommation : Tiger Lake-U. Avec cette nouvelle génération de SoCs, le fondeur américain semble enfin avoir de quoi tenir la firme de Lisa Su en respect sur PC portable, avec quelques nouveautés prometteuses, notamment sur le terrain des performances graphiques et de la finesse de gravure.

Tiger Lake ? Un Ice Lake tel qu’il aurait dû être l’année dernière

Car au-delà du passage sur le nouveau design Willow Cove (qui remplace les cœurs Sunny Cove de la génération Ice Lake-U), Intel annonce avoir pu passer sur un nouvel affinage de son protocole de gravure en 10 nm. La firme est ainsi fière d’annoncer son node 10 nm SuperFin, qui permet à Tiger Lake de supporter des fréquences supérieures de 10 % par rapport à Ice Lake… le tout à TDP égal (Tiger Lake débutera néanmoins à 10 W). Les fréquences de ces nouvelles puces peuvent ainsi passer de 4,0 GHz (fréquence maximale moyenne pour les processeurs Ice Lake-U) à 4,5 GHz en boost.

Mieux, ce nouvel affinage de la gravure 10 nm permet aussi à Intel d’accoucher de cœurs Willow Cove capables de déployer de meilleures performances lorsqu’ils sont poussés à leur plein potentiel. Concrètement, ces nouveaux cœurs devraient pouvoir tenir le cap des 5 GHz en fréquence maximale. De quoi offrir des performances CPU supérieures à celles d’Ice Lake-U (souvent critiqué sur ce point), ou bien proposer une puissance de feu équivalente en passant sur un TDP inférieur. Un choix qui sera laissé à la discrétion des fabricants d’ordinateurs portables.

Preuve que la vraie nouveauté est en tout cas cette gravure 10 nm SuperFin, AnandTech souligne que le design des cœurs Willow Cove en lui-même reste proche de celui des cœurs Sunny Cove lancés l’année dernière. Intel a simplement trouvé comment en tirer meilleur parti en gérant mieux la question énergétique. Car sur le papier, la principale différence se rapporte essentiellement aux caches mémoire L2 et L3, plus musclés cette année.

Plein cap sur les performances GPU et sur le Thunderbolt 4

Nous avions eu l’occasion d’en parler, Intel avait teasé de belles performances graphiques pour sa génération Tiger Lake-U en démontrant l’efficacité de leur iGPU Xe sur Battlefield V. Sur un PC portable équipé seulement d’un processeur Tiger Lake-U, et sans puce graphique dédiée, le titre parvenait à être animé à une trentaine de FPS en 1080p et avec une belle finesse graphique. Un constat qui devrait se confirmer avec le lancement des premières machines équipées de la nouvelle génération de processeurs mobiles d’Intel.

Le groupe annonce en effet des performances GPU deux fois plus importantes que sur Ice Lake-U et sa Gen11. Pour ce faire, Intel mise sur 96 unités de calcul Xe-LP (contre 64 unités de calcul auparavant) cadencés à 1600 MHz voire plus. C’est au moins 50 % de plus que sur la Gen11 présente sur Ice Lake. Parallèlement, Tiger Lake supporte non seulement de la mémoire vive DDR4-3200 et LPDDR4X-4267, mais aussi le nouveau standard LPDDR5-5400. Un nouveau standard qui devrait donner un coup de fouet supplémentaire aux performances graphiques (avec 86,4 Go/s de bande passante), tout du moins lorsqu’il sera utilisé par les fabricants de laptop. Il faudra se montrer encore un peu patients…

Terminons en évoquant quelques-unes des autres nouveautés apportées avec Tiger Lake. La principale est l’inclusion native du Thunderbolt 4 pour le support de quatre écrans 4K en simultanée, notamment. Intel a aussi indiqué que Tiger Lake serait compatible avec la norme PCIe 4.0, ce qui permet à la firme de devancer AMD et ses Ryzen 4000 « Renoir », limité au PCIe 3.0.

Côté lancement, enfin, Intel compte s’en tenir à une commercialisation à compter du 2 septembre. Il faudra néanmoins attendre la fin d’année pour voir débarquer sur le marché les premiers ordinateurs portables équipés de puces Tiger Lake-U.

Les derniers articles