Jeff Bezos hacké via un message Whatsapp envoyé par… le prince d’Arabie saoudite

Quand l'héritier du trône saoudien envoie du contenu vérolé au patron d'Amazon...

 

L'affaire remonte à mai 2018 et pourrait être à la source du divorce (dispendieux) de Jeff Bezos, en janvier 2019, suite à la publication de messages privés prouvant une relation extra-conjugale du patron d'Amazon. On apprend aujourd'hui que le smartphone de l'intéressé avait été piraté... probablement par l'Arabie saoudite, et à l'aide d'un message WhatsApp anodin envoyé par le Prince héritier Mohammed ben Salmane.

Voilà une histoire digne des meilleures fictions policières. En janvier 2019, après 25 ans d’union, Jeff Bezos annonçait sur Twitter son divorce de MacKenzie Bezos suite à la publication par le National Enquirer d’une série de messages privés dévoilant son aventure extra-conjugale entretenue avec Lauren Sánchez, une présentatrice télé américaine. Un an plus tard, on apprend que le smartphone du patron d’Amazon avait été piraté en amont, en mai 2018, et dans des conditions pour le moins surprenantes dévoilées ce 22 janvier par The Guardian.

Le quotidien britannique rapporte dans une enquête que le téléphone de Jeff Bezos avait été piraté grâce à un fichier vidéo envoyé, via WhatsApp, par le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane. Une thèse appuyée par le Financial Times, qui assure pour sa part avoir consulté le rapport de piratage dudit smartphone.

Une peau de banane déposée sous les pieds de Jeff Bezos par l’Arabie saoudite ?

Cette action aurait notamment permis de mettre la main sur un important volume de données personnelles contenues dans le téléphone portable du milliardaire (un iPhone X selon Vice). Le Guardian ignore toutefois la nature exacte des données volées au travers de cette intrusion, tout autant que l’utilisation qui en a été faite. En l’état, l’Arabie saoudite semble toutefois être à l’origine du fichier vidéo vérolé ayant été transmis à Jeff Bezos. Difficile toutefois d’établir la culpabilité du prince héritier, qui a très bien pu relayer le fichier au patron d’Amazon sans avoir conscience qu’il servirait de cheval de Troie.

Comme le souligne Android Authority, l’Arabie saoudite aurait pour sa part un mobile. Le pays était en effet en conflit avec Bezos suite à l’assassinat de Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien critique à l’égard du Prince héritier, et employé par le Washington Post : journal détenu par le chef d’entreprise.

Selon The Guardian, le piratage du téléphone de Jeff Bezos serait intervenu quelques semaines seulement après que l’intéressé ait échangé son numéro avec Mohammed ben Salmane. Quels qu’en soit les motifs et les responsables, cette intrusion soulève la problématique de la vulnérabilité de WhatsApp à ce genre d’action… et ce en dépit la « sécurité » que la plateforme (propriété de Facebook) se plaît régulièrement à revendiquer. On se rappelle par exemple d’une faille exploitant les appels de la plateforme ou d’une autre qui s’appuyait sur un fichier MP4 vérolé.

Le thème sombre continue de faire des émules ! Disponible sur Android 10 et iOS 13, mais aussi dans de plus en plus d’applications, il permet de lire plus confortablement l’écran en basse lumière, et de se reposer un peu les yeux. C’est…
Lire la suite

Les derniers articles