#AppleToo : les premiers témoignages dévoilent une facette peu reluisante d’Apple

Apple malheureusement pas si différent des autres

 

Lancée la semaine dernière par une poignée d'employés d'Apple, actuels et anciens, l'initiative #AppleToo commence déjà à engranger ses premiers témoignages. Ils sont peu flatteurs pour le géant de Cupertino.

#AppleToo donne la parole aux employés d’Apple ayant été victimes de harcèlement ou de comportements déplacés au sein de l’entreprise

#AppleToo donne la parole aux employés d’Apple ayant été victimes de harcèlement ou de comportements déplacés au sein de l’entreprise // Source : VASANTH / Unsplash

500. C’est le nombre de témoignages que les responsables d’#AppleToo ont annoncé avoir agrégé au 27 août, soit quelques jours seulement après le lancement de l’initiative en début de semaine dernière. Pour rappel, ce hashtag, qui fait aussi l’objet d’un site à part entière, vise à donner la parole aux employés d’Apple ayant été victimes de harcèlement ou de comportements déplacés sur leur lieu de travail. Une manière de court-circuiter la légendaire culture du secret d’Apple, peu connu pour laisser s’ébruiter ses problèmes internes.

On apprend quoi qu’il en soit que les témoignages recueillis par le biais #AppleToo seront publiés. Cher Scarlett, ingénieure en sécurité d’Apple et figure du mouvement, a néanmoins indiqué qu’ils ne seront pas tous partagés d’un coup, mais plutôt par lots de cinq « car l’impact émotionnel de leur lecture est lourd », explique-t-elle. Cinq premiers récits ont déjà été rendus publics.

Harcèlement, discrimination, manque de soutien ou de protection… Apple sous le feu des critiques

Comme le rapporte Engadget, les deux premiers témoignages partagés relèvent du harcèlement sexuel en interne. L’un d’eux concerne une employée ayant fait l’objet d’un abus de pouvoir de la part de son manager. Par la suite, cette employée aurait été expulsée d’un entretien d’embauche après que l’équipe de recrutement a réalisé qui elle était, toujours d’après son témoignage.

Un autre récit provient d’un vendeur d’Apple Store noir ayant essayé de convaincre, en vain, ses responsables de faire quelque chose contre le racisme et les microagressions sur son lieu de travail. Toujours au sein d’un Apple Store, une vendeuse témoigne quant à elle avoir été victime d’une agression de la part d’un client et n’avoir reçu aucun soutien de la part de sa direction.

Le manque de soutien d’Apple aux employés est un thème qui semble revenir assez régulièrement dans ces premiers témoignages. Cela dit, sur le compte Twitter #AppleToo, les leaders du mouvement expliquent que la discrimination revient dans 75% des récits partagés, et que 50% des témoignages concernent des cas de sexisme, de représailles internes ou encore de procédures en ressources humaines abandonnées. On apprend enfin qu’un tiers des témoignages d’employés sont liés à des cas de harcèlement ou d’agression, souvent d’ordre sexuel, et qu’un quart de ces récits font état de racisme ou de capacitisme (traitement défavorable de personnes en situation de handicap) au sein d’Apple.

75% of the stories we've received involved some form of discrimination, and nearly half involved reports of sexism, retaliation, and HR reports that were dismissed. 1/4 involved racism or ableism. More than a third involved harassment or assault, the majority of which was sexual.

— Apple Workers #AppleToo (@AppleLaborers) August 30, 2021

De son côté Cher Scarlett estime qu’il est temps qu’Apple soit « tenu responsable » parce que les mesures prises en interne ne seraient pas suffisantes. « Les gens veulent se sentir écoutés. Et ils ne se sentent pas entendus par Apple », assure-t-elle.

Apple avait de son côté réagit à l’apparition du mouvement #AppleToo au travers d’un communiqué partagé la semaine dernière. La firme expliquait alors prendre « toutes les préoccupations au sérieux » et mener « une enquête approfondie chaque fois qu’une plainte est signalée ». « Par respect pour la vie privée des personnes concernées, nous ne discutons pas des questions spécifiques aux employés », rappelait par contre Apple.

Les derniers articles