iPhone 13 : pourquoi la puce Apple A15 ne serait pas aussi puissante que prévu

Des performances CPU décevantes...

 

Les ingénieurs d'Apple se font la malle. Ce serait la raison pour laquelle les performances CPU de la nouvelle puce A15 Bionic des iPhone 13 ne seraient pas tout à fait au niveau espéré. Apple aurait notamment été contraint de reporter à l'an prochain les grosses nouveautés architecturales attendues... à cause d'un important turnover dans ses équipes.

La nouvelle puce A15 Bionic est coeur battant des iPhone 13 et 13 Pro

La nouvelle puce A15 Bionic est coeur battant des iPhone 13 et 13 Pro // Source : Apple

Le vent serait-il en train de tourner chez Apple ? Il est encore trop tôt pour le savoir mais il est clair que la présentation, ce mardi, de la nouvelle puce A15 Bionic des iPhone 13 et iPhone 13 Pro n’a pas donné lieu à un bouleversement tellurique en matière de performances. D’après les analystes de SemiAnalysis, l’explication serait à deux étages : en dépit d’une hausse drastique des transistors sur la puce (on passe de 11,8 à 15 milliards) les nouveautés architecturales majeures qu’Apple prévoyait cette année auraient été reportées à 2021. Pourquoi ? Pour ménager ses effectifs, alors que les désertions deviendraient handicapantes.

De nombreux ingénieurs ont en effet quitté les rangs du géant de Cupertino ces dernières années. On pense notamment à Gerard Williams ex Chief CPU Architect d’Apple, qui quittait le navire en 2019 pour fonder Nuvia (rachetée depuis par Qualcomm), emportant avec lui plus d’une centaine d’ingénieurs, rappelle SemiAnalysis.

Une « fuite des cerveaux » qui fait déjà du tort à Apple

Et depuis les défections se sont malheureusement poursuivies lit-on. Récemment, Rivos Inc, nouvelle startup spécialisée dans la conceptions de puces RISC V à hautes performance, aurait aussi débauché de nombreux ingénieurs chevronnés d’Apple. Notons en aparté qu’Apple aussi s’intéresse depuis quelques temps à l’architecture RISC-V, et cherche à recruter pour ce chantier.

Quoi qu’il en soit, cette fuite des cerveaux, qui n’a visiblement pas encore été colmatée, pourrait commencer à avoir des effets notables sur les performances des futurs SoC d’Apple. La puce A15 serait parmi les premières à souffrir de cette situation, la faute à des cœurs légèrement modifiés par rapport à ceux de l’A14 Bionic, lancée l’an dernier sur les iPhone 12 / 12 Pro.

« Nous pensons qu’Apple a dû retarder l’introduction de sa nouvelle génération de coeurs CPU en raison turnover qu’elle a connu[au sein de ses effectifs]. Au lieu d’un nouveau noyau CPU, ils utilisent [sur l’A15] une version modifiée du noyau de l’année dernière », explique ainsi SemiAnalysis, cité par WCCFTech. On soulignera d’ailleurs l’aveu de faiblesse assez manifeste d’Apple, qui comparait lors de sa keynote les performances de son A15 à celles de sa vieille puce A12, lancée en 2018 avec les iPhone XR / XS.

Rappelons que le processeur des nouveaux iPhone 13 / 13 Pro n’est toutefois pas le seul à sentir un peu le réchauffé. Le SiP (System in a Package) de l’Apple Watch Series 7, annoncée elle aussi ce mardi, est ainsi rigoureusement le même que celui de l’Apple Watch Series 6.

Les derniers articles