YouTube autorise à nouveau la monétisation des vidéos sur le Covid-19

La plateforme vidéo de Google change une nouvelle fois son fusil d'épaule...

 

Après avoir démonétisé les vidéos relatives au Coronavirus, considéré comme un sujet sensible, YouTube revient sur sa décision... mais de manière prudente. Seuls les créateurs affiliés à son programme de partenaires pourront monétiser leurs vidéos sur l'épidémie.

Vis-à-vis des contenus traitant du Covid-19, YouTube cherche visiblement à trouver le juste équilibre. Alors que la plateforme vidéo de Google suspendait début mars la monétisation des vidéos traitant de l’épidémie, classée « sujet sensible », voilà qu’elle revenait ce jeudi sur sa décision. Mais en marchant sur des œufs. La plateforme autorisera en effet à nouveau la monétisation (et donc la publicité) des vidéos traitant du Coronavirus, mais seulement celles produites par ses créateurs partenaires. Une politique prudente que YouTube met avant tout en œuvre pour ménager ses annonceurs. Il s’agit là du troisième changement de position de YouTube en un mois…

YouTube devra faire un (gros) effort de modération

En clair, et comme l’explique Mashable, YouTube autorisera la publicité sur les contenus relatifs au Covid-19 émanant de vidéastes ayant déjà été approuvés pour la monétisation en général. La firme explique néanmoins que, comme pour n’importe quelle vidéo monétisée, les contenus traitant du Covid-19 sous une forme ou une autre devront respecter les « Consignes relatives aux contenus adaptés aux annonceurs ».

YouTube cherche ainsi à encadrer le traitement de ce sujet sensible, et à éviter à la fois les débordements, la diffusion d’images choquantes ou encore la propagation de fake news et de la désinformation médicale. Autant dire que l’enjeu sera de taille en matière de modération.

La plateforme explique notamment que les vidéos présentant des personnes « en détresse » ou « en souffrance », car atteintes du Covid-19, seront privées entièrement ou partiellement de publicité — en fonction des cas. Une règle étendue aux contenus comportant des pranks, challenges ou blagues liés au Coronavirus. YouTube souhaite aussi se montrer ferme à l’égard des fakes news (comme celles prétendant que le virus a été créé en tant qu’arme bactériologique, ou qu’il est lié au développement de la 5G) et de la désinformation médicale.

YouTube se veut le plus clair possible

Sur ce point, YouTube établit clairement la ligne rouge à ne pas franchir, en assurant démonétiser « les contenus qui encouragent les tests ou examens non médicalisés liés au Covid-19, qui font la promotion de traitements dangereux, ainsi que les allégations fausses ou non fondées qui contredisent le consensus scientifique concernant la cause du virus, l’origine ou la propagation du Covid-19 ».

L’ensemble des recommandations formulées par YouTube quant à la création de contenus relatifs au Covid-19 est accessible sur cette page dédiée.

Reste que la tâche n’en sera pas moins ardue pour YouTube, qui rencontre déjà — et en temps normal — des difficultés à lutter efficacement contre les théories du complot et la désinformation. La monétisation des vidéos portant sur le Coronavirus pourrait toutefois s’avérer pertinente pour permettre aux vidéastes sérieux d’être récompensés pour leurs efforts dans la lutte contre la maladie.

Les derniers articles