Test du HP Omen X 2S : superbe… sur le papier

Encore du travail

HP Omen 15-dg0008nf
6 /10

Note de la rédaction

Le HP Omen 15-dg0008nf est un PC portable orienté pour le gaming avec un positionnement très haut de gamme. Il a la particularité d'intégrer un second

Où acheter le
HP Omen 15-dg0008nf au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

 

Introduction

Les ordinateurs portables intégrant deux écrans commencent à pointer le bout de leur nez. HP rentre dans l'arène avec le Omen X 2S, qui se veut être particulièrement destiné aux joueurs. Pari réussi ? C'est ce que nous allons voir dans notre test complet.

Fiche technique

Modèle HP Omen 15-dg0008nf
Système d'exploitation (OS) Microsoft Windows 10
Puce Graphique (GPU) Nvidia GeForce RTX 2080 Max-Q
Mémoire vive 16 Go
Définition 1920 x 1080 pixels
Taille de l'écran 15.6 pouces
Capacité de la batterie 72000 mAh
Batterie amovible Non
Écran tactile Oui
Compatibilité 4G Non
Compatibilité 5G Non
Dimensions 261.7 x 362.1 x 20mm
Fiche produit

Nous testons ici le modèle équipé du Intel Core i9 de 9e génération avec 16 Go de RAM DDR4 et la Nvidia GeForce RTX 2080. Il nous a été prêté par la marque.

Design : 2ème écran, oui, et ?

Le HP Omen X 2S est un ordinateur gamer, il n’y a aucun doute là-dessus. Ceci étant dit, il n’est pas aussi flashy que certains de ses confrères et reste relativement sobre… pour un appareil de 15 pouces aussi lourd et épais bien sûr. On reste sur une machine puissante, et donc plus « transportable » que « portable », ce qui est parfaitement naturel sur cette catégorie de produit.

C’est par contre un aimant à traces de doigt

Fermé, l’appareil reste relativement sobre. La coque en métal prend la forme d’un X qui arbore des pointillés une fois sur deux, avec le logo OMEN sur le haut. Ce dernier est éclairé par des LED, dont vous pouvez personnaliser la couleur. En bas, la marque Omen apparaît sur la tranche formée naturellement par la charnière. Pour un PC de ce gabarit, il reste tout de même relativement fin.

Retourné, on peut un peu mieux observer son refroidissement actif basé sur deux ventilateurs de chaque côté et quatre heatpipe visibles au travers d’une grille bien large. Deux larges sorties d’air sont également disposées à l’arrière de l’appareil, à côté de la charnière de l’écran. HP promet que le panneau du dos est facilement retirable (via des vis torx ceci étant) pour pouvoir mettre à jour en quelques secondes son disque dur (HDD ou SDD) et/ou ses barrettes RAM aisément.

Clavier

Autrement, le PC ouvert est somme toute assez classique… si l’on oublie bien sûr de considérer son deuxième écran, qui vient abaisser le clavier sur le bas de l’appareil. Parlons de ce dernier par ailleurs.

Dans l’absolu, il s’agit d’un clavier chicklet somme toute assez basique, mais bien conçu. Problème étant que sur un PC gamer, on apprécierait une meilleure course des touches et un peu plus de résistance. Cela reste une notion relativement subjective ceci étant.

Vous pouvez compter sur un rétroéclairage touche par touche entièrement personnalisable par le biais du logiciel Omen Control Center, dont on parlera dans la partie Logiciel. Des touches au-dessus du pavé tactile vous permettent également de gérer le second écran et le transformer en pavé numérique tactile à la volée.

Touchpad

Le touchpad se retrouve sur le côté droit du clavier, avec deux touches physiques pour le clic gauche et le clic droit. Cette position est… particulière, pas forcément très confortable, mais là encore typique de ce type de produit.

On notera surtout l’espace très restreint de ce touchpad, et son orientation portrait qui demande un certain temps d’adaptation. Il reste cependant géré par les drivers Windows Precision, un plus pour profiter des gestes dans la navigation système.

Connectiques

Sur le côté gauche de l’ordinateur, on retrouve la prise alimentation, un port HDMI, deux ports USB A 3.1, un port Ethernet à cache ressort et le combo jack. À droite, après une nouvelle grille de ventilation, on retrouve un autre port USB type A 3.1 et un port Thunderbolt 3.

Si la sélection de port est plutôt bonne, le placement sur le côté droit est quelque peu étrange. Naturellement, le moindre périphérique branché sur ce port USB A va naturellement rentrer en conflit avec la souris pour les droitiers, ce qui n’est pas très ergonomique. Un seul port USB type C est peut-être un brin rétrograde alors que le branchement devient de plus en plus populaire, mais cela dépendra naturellement de votre usage.

Écran : il faut aussi calibrer tout ça

Le HP Omen X 2S est équipé d’une dalle IPS LCD de 15 pouces qui, dans notre configuration, offre une définition en 1080p avec un taux de rafraîchissement à 144 Hz. Une option 4K à 60 Hz est également proposée, mais n’est pas aussi intéressante.

Nos mesures réalisées avec CalMAN Ultimate ne font clairement pas état d’une dalle qui sera viable pour les créatifs. Si HP promet une couverture intégrale du spectre sRGB, on est plutôt à 96% de celui-ci pour 65% du DCI-P3. La dalle souffre particulièrement sur le contraste, très bas à seulement 920:1, pour une luminosité maximale passable à 299 cd/m².

La température des couleurs est plutôt bonne à 6719K, mais leur respect n’est pas forcément là. Avec un Delta E mesuré à 4,59, il est là encore correct sans plus.

Reste qu’il s’agit d’une dalle 144 Hz, particulièrement dédiée aux joueurs, qui supporte qui plus est Nvidia G-Sync. Et sur ce point, on ne peut renier à quel point sa fluidité est excellente et fait vraiment plaisir particulièrement sur des FPS nerveux type Overwatch ou CS:GO. On ne conclura donc sur un « correct », ni émerveillé ni dégoûté.

Second écran

Bien sûr, la star du show reste ce second petit écran dont on retient surtout à quel point il n’utilise pas la surface qui lui est pourtant allouée. Le vide à gauche et à droite, comblé par une surface en verre teintée de noir, ne se fait jamais oublier et fait plutôt penser à un gâchis d’espace.

L’écran en lui-même est le seul tactile, et est géré comme un second écran au sein de Windows. Cela veut dire que vous pouvez glisser n’importe quelle fenêtre vers lui. Honnêtement ? Pas besoin de sonde pour remarquer ses mauvais angles de vision et son calibrage absent. En purs termes de qualité, il n’est tout simplement pas satisfaisant. Reste cependant qu’il est (très) secondaire, et a au moins l’avantage de partager la même définition que l’écran principal faisant que les captures d’écran n’ont pas de zones noires. On voit le positif où on peut.

Logiciel : beaucoup de pubs

Windows 10, what else ? Ceci étant dit, HP y ajoute ses propres logiciels, dont une bonne batterie de publicités (coucou McAfee) ou d’utilitaires qui ne se révèlent jamais vraiment utiles. Mention spéciale au gros logo de point d’interrogation inesthétique au possible ajouté au côté de la barre des tâches pour « HP Support Assistant », un logiciel que l’on n’utilise tout simplement jamais et qui ne veut absolument pas se faire discret.

Toute l’expérience gaming est contenue dans le logiciel Omen Control Center, qui s’affiche par défaut dans le petit écran tactile du bas et vous permet de contrôler bien des aspects de l’ordinateur. Vous avez par exemple le contrôle du profil de performance de l’ordinateur, du rétroéclairage du clavier ou du logo au dos ou encore une vision sur l’usage CPU, GPU et réseau. Le centre de commande en lui-même n’est pas mauvais, mais pas tout à fait approfondi non plus.

D’autres constructeurs proposent par exemple un contrôle fin de la courbe de ventilation de l’ordinateur ou quelques outils d’overclocking légers. Les autres fonctions, comme la diffusion de jeu, réclament un compte HP qu’on ne vous recommande même pas de créer : Steam propose par exemple le streaming local entre deux ordinateurs sans avoir besoin de rajouter tout cela, et en mieux. On retiendra surtout la possibilité de sélectionner une zone de l’affichage principale pour l’afficher en mode miroir sur l’écran du bas, comme une carte de jeu par exemple. C’est gadget, mais ça fonctionne. Notez que par défaut, la fonction tactile du second écran se désactive automatiquement dès lors que vous avez une application en plein écran (soit un jeu). Vous pouvez cependant revoir cela dans les paramètres.

Ce n’est pas tout à fait mauvais donc, mais pourquoi tant de logiciels inutiles ? Tout cela joue à l’encontre de l’aspect puissant et premium de l’appareil.

Windows Hello

Pas de reconnaissance faciale ni de lecteur d’empreintes. Vous devrez compter sur votre mot de passe ou code pin pour vous authentifier.

Performances : parfait pour du 1080p

On ne peut pas se dire gamer sans avoir une configuration haute performance. Le Omen X 2S s’équipe donc du Intel Core i9-9880H, l’octo-cœur cadencé à 2,30 GHz pouvant turbo à 4,8 GHz qui est gravé en 14nm et a 16 Mo de cache. Un SoC qui était très respecté jusque là, mais qui risque de subir la concurrence des AMD Ryzen dans les prochaines années. Il est couplé à 16 Go de RAM LPDDR4 dans notre configuration. Et enfin, sur la partie graphique, vous pouvez compter sur la Nvidia GeForce RTX 2080 avec 8 Go de GDDR6 en design Max-Q, soit la même carte graphique que la version de bureau, mais avec des cadences de fonctionnement revues à la baisse afin d’atteindre une gestion thermique optimisée pour le format portable.

Évidemment, cette configuration ne posera absolument aucun problème au quotidien. Notez que le HP Omen X 2S n’utilise pas de chipset graphique Intel HD, et se repose constamment sur la Nvidia RTX puissante, mais aussi énergivore. En idle, on note que le CPU est généralement à 55°C, et le GPU reste à 40°C. Les tâches bureautiques n’influencent pas beaucoup cela, et la ventilation ne vient que très rarement — et discrètement — s’activer.

Naturellement, on ne peut dire la même chose sur une session intensive. Cinebench R20 offre tout d’abord au CPU un score de 3135 points, ce qui est tout à fait dans la marge attendue pour un i9-9880H qui se situe aux alentours d’un Xeon X5650. Attention : il s’agit de mesures effectuées en mode performance. En mode équilibré, il descend à 2952 points.

La GeForce RTX 2080 Max-Q vient nécessairement offrir d’excellentes performances en jeu. Sur Fortnite par exemple, avec les graphismes poussés tous à leur maximum, on atteint un taux de 122 FPS bon pour profiter de la dalle et du G-Sync, qu’on peut naturellement pousser à 144 FPS stables pour optimiser plus encore l’expérience. Sur Overwatch, même constat : en poussant tout à fond sans y réfléchir, on atteint le 112 FPS sans souci. Attention par contre à ne pas limiter les FPS « selon l’écran », sans quoi vous resterez étrangement bloqué à 60 FPS.

Le constat sur les jeux compatibles ray-tracing que nous avons testé est un peu plus mitigé, sans être inquiétant non plus. Simplement, on constate qu’en poussant les graphismes à fond, le ray-tracing ajoute un brin trop en supplément sur les jeux. On pense notamment à Control de Remedy, où activer le ray-tracing ne permet pas de dépasser les 30 FPS. Évidemment, on cherche avant tout à jouer a minima à 60 FPS, et au plus proche des 144 Hz de l’écran dans l’absolu.

Même constat sur Shadow of the Tomb Raider. Toujours avec les options graphiques lancées à toute berzingue, on attend en benchmark un 64 FPS moyen sans ray-tracing, et 41 FPS moyen avec ray-tracing. Les chutes de framerate sont qui plus est bien plus significatives avec le ray-tracing, naturellement. Il semble que les fréquences revues à la baisse du design Max-Q impactent particulièrement les performances en ray-tracing.

Ceci étant dit, Metro Exodus se comporte relativement bien avec (50 FPS en moyenne dans les zones de départ) et sans (70 FPS), il faudra donc procéder au cas par cas. Fluidité ou graphismes au max ? Le choix est souvent à faire, mais est naturel sur une config Max-Q et n’est pas forcément lié à l’ordinateur en lui-même. Reste que la frustration est là quand la présence d’une « RTX 2080 » laisse entendre une absence totale de sacrifice sur le papier.

La chauffe, par contre, est bien dépendante du design de HP. Et sur cet Omen X 2S, elle est… relativement bien maîtrisée, avec quelques sacrifices. Le core i9 a toujours tendance à chauffer, et pointe aux alentours de 80°C en usage intensif en mode performance. Le GPU quant à lui se maintient aux alentours de 65/70°C en pleine charge. Notez d’ailleurs que pour la mesurer, l’interface Omen n’est pas forcément le meilleur indicateur : ses mesures ne sont pas rafraîchies aussi rapidement que sur des outils basiques comme Core Temp, et varie énormément.

Tout cela est plutôt un bon point pour le HP Omen X 2S, qui arrive à maintenir ces températures malgré son gabarit plus petit que la moyenne… mais le fait au prix de ventilateurs extrêmement bruyants à pleine charge, qui gêneront autant votre entourage qu’ils nuiront à votre expérience. Comme souvent avec ce type de produit : vous êtes obligés de jouer au casque. La coque devient vite bouillante, mais la zone se situe au-dessus du second écran et n’est donc pas dérangeante.

Concernant le stockage, notre version de test est équipée d’un SSD PCIe NVMe de 1 To. Il s’agit d’un Western Digital PC SN720, dont les taux de lecture et écriture sont très satisfaisants.

Notez que pour le réseau sans fil, vous pouvez compter sur la compatibilité avec le Wi-Fi 5 et le Bluetooth 5.0.

Webcam : c’est non

HP annonce une webcam Full HD… et voilà. Comme trop souvent, la fiche technique reste nébuleuse sur ce point. Au moins est-elle bien placée, en haut de l’écran.

Full HD peut-être… mais pas qualitative pour un sou. L’image arrive à être aussi bien bruitée que brûlée malgré de bonnes conditions lumineuses, et est tout simplement à éviter. Je ne l’utiliserai même pas en miniature sur un stream, un comble pour un PC gamer.

Son : jouez au casque

HP compte une nouvelle fois sur Bang & Olufsen pour la conception de ses haut-parleurs. On les retrouve en bas de l’appareil, placés sur les deux côtés comme bon nombre d’autres produits de la sorte, avec deux pieds pour surélever l’appareil et ne pas les boucher si aisément. Évidemment, le principe fonctionne surtout sur une surface plane.

Comme nous le disions dans la partie Performance, mieux vaut jouer avec un casque tant les ventilateurs sont bruyants. Mais si vous souhaitez tout de même utiliser les haut-parleurs, notez que ceux-ci peuvent atteindre un bon volume et couvrir un minimum.

La qualité du son, par contre, n’est pas exactement au rendez-vous. Ce n’est pas catastrophique, mais il est peu défini et manque clairement de corps. Les basses sont évidemment les premières à le subir, mais le reste n’est pas exceptionnel non plus. Ça dépanne, mais ce n’est pas ultra plaisant.

Autonomie : transportable, c’est tout

Nous n’attendons jamais d’un PC gamer de cet acabit une bonne autonomie. Avoir cet espoir serait quelque peu naïf, particulièrement alors qu’il n’intègre pas ici une puce Intel HD et le programme Nvidia Optimus. Le HP Omen X 2S intègre ici une batterie de 72 Wh 6 cellules.

Celle-ci vous offrira 2 à 3 heures d’autonomie en mode bureautique classique, mais pas plus. En jeu, il est évidemment impératif de brancher l’appareil, ne serait-ce que pour débloquer toute sa puissance. Voilà qui est tout de même inférieur aux autres PC gamers qui atteignent désormais 3 à 4 heures d’usage dans les mêmes conditions, mais alimenter un deuxième écran intégré ne se fait pas sans sacrifice.

Pour cela, vous aurez à utiliser le bloc de chargement fourni, qui est de 230W tout de même… et est surtout un beau bébé bien long, large et lourd. Là encore, c’est commun sur ce type de configuration.

Prix et date de sortie

Le HP Omen X 2S est d’ores et déjà disponible en France. Il est vendu à partir de 3000 euros environ selon la configuration souhaitée.

Où acheter le
HP Omen 15-dg0008nf au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

Galerie photo

Le verdict du HP Omen 2 XS

design
7
HP fait le pari d'une relative sobriété pour un PC gamer, et ça paye : le Omen X 2S trouve son ton entre classicisme et personnalité forte. Il arrive également à être assez fin et avoir de belles finitions. Reste que le deuxième écran n'est pas très bien intégré, et le trackpad trop petit.
écran
5
La dalle principale du HP Omen X 2S n'est pas aussi bien calibrée qu'on l'aimerait et manque de raffinement. Le second écran, moyennement utile, est très mal calibré et ses angles de vision sont catastrophiques. Le 144 Hz est génial, mais il faut que le reste suive.
logiciel
7
Windows 10, certes, mais avec tout de même beaucoup de logiciels préinstallés et une suite Omen très dispensable. Le Control Center est un petit plus, mais n'est pas assez approfondi et n'offre pas un intérêt supérieur à la formule.
performances
8
La configuration de la machine est excellente pour jouer en 1080p à plus de 60 FPS aux derniers jeux au maximum de leur beauté. Le ray-tracing est par contre limité, et la chauffe conséquente.
autonomie
6
Moins bon que la moyenne gamer de ce segment, avec un bon gros bloc alim. L'appareil reste transportable, mais il n'est évidemment pas fait pour vous accompagner toute une journée sans prise.
Note finale du test
6 /10
Le HP Omen X 2S n'est pas un mauvais PC gamer. Il brille sur le papier par son excellente configuration, et son design tout de même réussi.

Son problème est que son deuxième écran est très accessoire, que ses deux écrans sont très mal calibrés, et qu'il ne justifie pas assez globalement son prix.

Alors qu'AMD arrive avec ses Ryzen de 4e génération, on aura donc du mal à recommander un tel investissement sur une machine qui n'arrive pas à se sortir du lot malgré ses efforts.
Points positifs
  • Design sobre et relativement compact
  • Belles performances en 1080p
  • Dalle 144Hz
Points négatifs
  • Deux écrans mal calibrés
  • 2ème écran très accessoire
  • Beaucoup de logiciels préinstallés

Les derniers articles