Afin d’étendre au maximum l’écran sur la face avant de ses smartphones sans avoir à proposer une encoche, Huawei songe à intégrer le haut-parleur en façade directement dans un trou sur l’écran. Le constructeur chinois a en effet déposé un brevet allant dans ce sens.

Si les encoches ont l’avantage de permettre aux constructeurs de proposer des écrans recouvrant le plus de surface utile en façade, elles ne sont pas sans défaut. Souvent trop larges, parfois mal implémentées, elles cassent la symétrie du smartphone et plaisent à peu de consommateurs. Pour passer outre, chaque fabricant a donc sa solution. Oppo, Xiaomi ou Honor ont développé des smartphones avec dos coulissant, tandis que Samsung réfléchit à intégrer le capteur photo dans un trou en haut de l’écran.

Il semble que l’option du trou soit également appréciée chez Huawei, mais cette fois pour le haut-parleur d’appel. Le 6 novembre, le constructeur chinois a déposé deux brevets auprès de l’USPTO, le bureau américain en charge des brevets et des marques. « La première image est une vue de face d’un appareil montrant notre nouveau design », détaillent les deux brevets. Dans les deux cas, les différentes illustrations permettent de découvrir un smartphone avec un écran recouvrant la totalité de la face avant, mais avec une grille de haut-parleur d’appel intégré au sein même de l’affichage. On notera que la taille du haut-parleur varie d’un brevet à un autre.

Des petits trous, des petits trous, encore des petits trous

Ce n’est pas la première fois qu’un constructeur songe à trouer son affichage pour y intégrer un autre élément. Lors de la Samsung Developer Conference, le fabricant coréen a annoncé travailler sur un nouveau design d’écran baptisé Initinity-O Display. Celui-ci intégrerait non pas le haut-parleur, mais l’appareil photo pour les selfies directement dans l’écran.

Il ne s’agit pour l’heure que d’un brevet déposé par Huawei. On ignore donc si le constructeur compte véritablement proposer ce design sur l’un de ses smartphones ou s’il s’agit simplement de protéger l’une de ses idées afin qu’elle ne soit pas copiée par ses concurrents.