Introduction

Dès son annonce le Oppo Find X a marqué les esprits avec son design jamais vu : un écran totalement borderless et un appareil photo rétractable. Voici notre test complet de ce smartphone haut de gamme qui change de l’ordinaire.

Pour marquer son retour en France, Oppo fait les choses en grand et lance le Find X, un nouveau smartphone très haut de gamme. Sur le papier, ce smartphone a plusieurs atouts pour ne pas avoir à rougir face aux champions du marché que sont Apple et Samsung. Voyons si dans les faits, il se montre à la hauteur.

Fiche Technique

Modèle Oppo Find X
Version de l'OS Android 8.1
Interface constructeur ColorOS
Taille d'écran 6.4 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 401 ppp
Technologie AMOLED
SoC Snapdragon 845
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 630
Mémoire vive (RAM) 8 Go
Mémoire interne (flash) 256 Go
MicroSD Non
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 16 MP
Capteur 2 : 20 MP
Appareil photo (frontal) 25 MP
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux EDGE, LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Non
Capteur d'empreintes Non
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3400 mAh
Dimensions 74.2 x 156.7 x 9.6mm
Poids 186 grammes
Couleurs Rouge, Bleu
Prix 799€
Fiche produit

Ce test est réalisé avec un smartphone prêté par Oppo.

Notre test en vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Effet « wahou » garanti

Peut-on encore se différencier avec le design d’un smartphone ? À en croire le marché des smartphones Android en 2018, la réponse semble être plutôt non. Cette année, quasiment toutes les marques ont suivi Apple sur le design en sandwich avec encoche : vous prenez un écran bord à bord coupé par une encoche à l’avant, un cadre en métal et un dos en verre, plastique ou métal (à votre convenance) et vous avez le portrait robot du smartphone moderne.

Heureusement, Oppo nous démontre le contraire avec le Find X. Ce nouveau smartphone reprend certes le design en sandwich, avec un dos et un écran en verre et un cadre plutôt fin en métal, mais la magie se passe surtout à l’avant. Le Find X intègre un écran totalement borderless, qui se permet même de plonger sur les bords à la manière des Galaxy S de Samsung. Le constructeur a eu l’idée de cacher le capteur en façade et le système de reconnaissance de visage dans un mécanisme qui ressort de l’appareil au besoin. L’effet « wahou » est immédiat à l’allumage de cette grande surface sans bordure ni encoche. On a l’impression d’avoir un smartphone venu du futur entre les mains.

Même chose au dos, le mécanisme rétractable intègre le capteur photo du téléphone, et on a donc une surface parfaitement plane. Enfin un smartphone qui ne sera pas bancal une fois posé sur une table à cause d’un appareil photo protubérant. La forme légèrement arrondie du dos épouse parfaitement la main, mais étant dénué de toute aspérité le smartphone peut devenir une véritable savonnette. Cette sobriété dans le design se retrouve partout, jusque dans la surpression du regretté port jack qui permet d’avoir un design symétrique. Si on devait adresser un bémol, ce serait sur le logo de la marque et du téléphone, un peu trop voyant. Dommage également que l’appareil ne soit pas certifié avec une résistance à l’eau et à la poussière.

Le smartphone est proposé en deux coloris : Rouge Bordeaux et Bleu Glacier. Dans les deux cas il s’agit d’une teinte du plus bel effet donné au téléphone au niveau du cadre en métal, et sur les arrêtes du dos en verre. À la manière des dos irisés de Honor, le dos du Oppo Find X oscille entre le noir et le coloris choisi selon les reflets lumineux.

Vous l’avez compris, ce design m’a séduit lors de mon test. Malheureusement, il y a une question à laquelle je ne peux pas répondre ici, c’est celle de la résistance au temps du mécanisme conçu par Oppo. Impossible de savoir, si ce n’est croire la marque qui promet plus de 300 000 utilisations, si le mécanisme de l’appareil photo sera sensible à la casse, et s’il pourra fonctionner correctement tout au long de la vie du téléphone. Après notre test, le module photo commençait à récupérer des poussières, et j’ai déjà retrouvé un de mes cheveux coincés dans le mécanisme.

La pièce maîtresse

On en a déjà parlé plus haut, mais l’écran totalement bord à bord est réellement la pièce maîtresse de cet Oppo Find X. La marque a choisi une dalle AMOLED de 6,4 pouces avec une définition de 2340 x 1080 pixels, soit un format 19,5:9. À l’œil nu il devient difficile de faire la différence entre les écrans de smartphones haut de gamme, tant ils proposent tous aujourd’hui de très bonnes prestations. C’est souvent la lisibilité en plein soleil qui va permettre de sélectionner les bons élèves, et le Oppo Find X en fait partie. Même en plein soleil, sans un seul nuage dans le ciel, j’ai toujours été en mesure de lire parfaitement ce qui était affiché à l’écran.

Une fois passé sous notre sonde colorimétrique, l’écran du Oppo Find X montre toutes ses prouesses. La dalle affiche une luminosité maximale de 420 cd/m², avec un contraste infini. L’écran est calibré pour avoir des couleurs plutôt proches du réel, même si on constate une nouvelle fois une légère surabondance de bleu. La température moyenne des couleurs est de 7500K, c’est un peu plus froid que la valeur attendue. Notez toutefois que l’interface ColorOS propose de régler la colorimétrie de l’écran avec l’option « plus chaud ». La couverture sRGB est largement dépassée par l’écran du Oppo Find X.

Une interface haute en couleur

Le Oppo Find X tourne sous Android 8.1 Oreo, avec l’interface ColorOS 5.1 du fabricant. Les dernières mises à jour de sécurité installées sont du 5 juillet 2018, soit deux mois de retard sur Google au moment de la rédaction de ce test. ColorOS, c’est une interface que l’on connait peu en France, mais vous ne serez pas dépaysé si vous avez déjà testé une interface d’un fabricant chinois comme Huawei EMUI ou Xiaomi MIUI. Je trouve que Oppo a réussi à trouver le juste milieu entre une interface riche en fonctions, et une interface fluide, légère et facile à utiliser.

Comme ces deux dernières,  ColorOS se veut être une interface complète, ajoutant beaucoup de fonctionnalités à Android et avec une esthétique assez éloignée de celle de Google. Le lanceur d’application fait le strict minimum, vous ne retrouverez pas de tiroir d’application, et l’utilisateur ne peut régler que la taille de la grille de raccourcis (4 x 6 ou 5 x 6), et les effets de transitions. Autre problème d’ergonomie : la gestion des notifications. Pour les supprimer il faut deux actions : glisser vers le gauche, et appuyer sur la corbeille; alors qu’Android en demande habituellement une seule.

Parmi les fonctionnalités supplémentaires, on retiendra la possibilité de cloner des applications (pour utiliser deux comptes WhatsApp en parallèle par exemple), l’ajout de commande multitâches et d’un mode fenêtré quand l’écran est en paysage, ou l’espace jeu qui réunit tous les jeux installés et permet de configurer plusieurs paramètres spécifiques (mode ne pas déranger, verrouillage de la luminosité et activation du mode performance). Dernier bon point si vous transférez régulièrement des fichiers en USB sur votre smartphone, ColorOS est capable de se souvenir de connecter le téléphone en mode « transferts de fichier » plutôt que « chargement ».

Au niveau esthétique, on regrette les traductions approximatives en français (« services libres » pour les options d’accessibilités, reconnaissance faciale « enrôlée » et non « activée ») et le nombre trop élevé de mots tronqués, mais pour le reste l’interface est plutôt propre est cohérente.

Face ID sur vérin et très limité

Le Oppo Find X est l’un des rares smartphones sous Android à intégrer un vrai système de reconnaissance 3D des visages, similaire à Face ID chez Apple. Comme la caméra TrueDepth développée par Apple, dont Numerama a très bien expliqué le fonctionnement, il intègre une caméra infrarouge, un projecteur laser, un flood illuminator pour assister la caméra infrarouge et un récepteur. Le tout permet de créer un masque de 15 000 points permettant une reconnaissance faciale, que Oppo n’hésite pas à indiquer comme 20 fois plus sécurisé que l’empreinte digitale.

Comme dit plus haut, les capteurs sont intégrés au mécanisme rétractable du téléphone. Par défaut, le système de reconnaissance faciale est configuré pour demander à l’utilisateur de swiper l’écran de verrouillage pour tenter une identification. Cela permet sans doute d’économiser la durée de vie du mécanisme, et la batterie, mais on peut régler l’appareil pour que le mécanisme se déclenche dès l’appui sur le bouton marche/arrêt. Oppo propose aussi de vérifier votre attention, si vous regardez ou non l’écran, avant de déverrouiller l’appareil. Cette option activée par défaut permet d’éviter à un malandrin de lancer le déverrouillage en pointant simplement le smartphone vers vous.

Le Oppo Find X ne se déverrouille que si vous le regardez dans les yeux

Le mécanisme est plutôt rapide et la reconnaissance du visage est quasi-instantanée. En revanche, les mêmes problèmes qu’avec l’iPhone X se posent. Il est difficile de déverrouiller le smartphone quand il est posé sur le bureau, puisque votre visage n’est pas dans le champ de vision de la caméra, et le processus est plus long en sortie de poche qu’avec un lecteur d’empreinte bien placé au dos qui tombe sous le doigt.

Contrairement à Apple qui a une maîtrise totale sur son logiciel, Oppo ne semble pas avoir correctement implémenté (ou ne pas avoir pu) la reconnaissance du visage comme système de biométrie pour Android. Étant également dénué de lecteur d’empreinte, cela signifie qu’aucune application tierce (PayPal, gestionnaires de mots de passe, etc.) ne peut utiliser la reconnaissance faciale pour déverrouiller rapidement un compte ou une application. Cette fonction est donc limitée au déverrouillage du téléphone.

Son mini mono

Pour réussir son design borderless, Oppo a clairement choisi de faire des concessions sur la partie sonore de son smartphone. Le Find X n’intègre qu’un petit haut-parleur mono à côté du port USB Type-C, à gauche. Étant droitier, cet emplacement m’a paru particulièrement mal choisi, que ce soit en portrait ou en paysage en tournant le smartphone à gauche, j’avais tendance à naturellement placer mes doigts sur le haut-parleur et boucher le son.

La seule prise en main possible est donc de tourner le smartphone à droite. Même dans ce cas, le son du haut-parleur est loin d’être exceptionnel. Il sera suffisant pour le mode mains libres d’un appel téléphonique, mais ne comptez pas écouter de la musique ou regarder un film avec le haut-parleur dans de bonnes conditions. Heureusement, le son ne sature pas même au volume maximum.

Reste la question du casque. Le Find X n’ayant pas de port jack, il faut soit connecter son casque en Bluetooth, soit passer par l’USB Type-C. En filaire, l’adaptateur USB-C vers jack 3,5mm fait son travail. Je ne suis pas mélomane, mais le son m’a paru cette fois bon en toute circonstance (film, appels audio, jeux, etc.).

Performances et fluidité au rendez-vous

Le Oppo Find X intègre une puce Qualcomm Snapdragon 845 avec 8 Go de RAM et 256 Go de stockage en mémoire UFS. Cet ensemble a déjà fait ses preuves maintes fois en 2018, et c’est tout simplement ce que les fabricants peuvent proposer de mieux. Le téléphone se montre parfaitement fluide à l’usage, les applications sont rapides à télécharger et installer, on passe rapidement d’un onglet à l’autre, et le téléphone est compatible avec à peu près tous les jeux disponibles sur Android, à l’exception de Fortnite. Bon point, le smartphone prend en charge le DRM Widevine L1.

  Oppo Find X Samsung Galaxy Note 9 (FHD+) Vivo Nex S Huawei P20
SoC Snapdragon 845 Exynos 9810 Snapdragon 845 Kirin 970
AnTuTu 7.x 286 551 points 241 932 points 276 481 points 209 894 points
PCMark 2.0 9 749 points 5 135 points 8 385 points 7 233 points
3DMark Slingshot Extreme 4 640 points 3 355 points 4 629 points 2 874 points
3DMark Slingshot Extreme Graphics 5 177 points 3 667 points 5 162 points 2 865 points
3DMark Slingshot Extreme Physics 3 404 points 2 584 points 3 400 points 2 905 points
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 31 / 35 FPS 26 / 28 FPS 34 / 35 FPS 23 / 23 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 59 / 83 FPS 57 / 75 FPS 59 / 82 FPS 55 / 62 FPS
Lecture / écriture séquentielle 757 / 252 Mo/s 822 / 194 Mo/s 727 / 248 Mo/s 826 / 196 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 35k / 6,8k IOPS 34,3k / 5,4k IOPS 37k / 30k IOPS 38k / 40k

Les tests synthétiques réalisés avec notre panel d’applications illustrent une nouvelle fois la supériorité du Snapdragon 845 sur ses concurrents directs que sont l’Exynos 9810 de Samsung (sur les Galaxy S9 et Galaxy Note 9) et le Kirin 970 de Huawei (sur le P20 Pro, mais aussi beaucoup d’autres smartphones Honor et Huawei).

Sur PUBG Mobile avec les options au maximum, le jeu tourne de manière fluide avec un framerate constant, comme on peut s’y attendre avec le Snapdragon 845. Après une longue session de jeu, le téléphone oscille entre le tiède et le chaud au touché, sans jamais qu’il ne devienne gênant en main. Aucun problème également pour faire tourner Arena Of Valor avec les options aux maximums et tenant les 60 images par seconde de façon constante.

Pas un masterchief en photo

Oppo ayant décidé de ranger tout le module photo, même celui au dos, dans son mécanisme rétractable, la place laissée à la photo est assez restreinte. Le Find X est ainsi équipé de deux capteurs photos au dos, l’un de 16 mégapixels (Sony IMX519, 1/2.6″, 1,22 µm, stabilisation optique) et l’autre de 20 mégapixels, avec un objectif f/2,0 dans les deux cas. Difficile de comprendre l’utilité de ce second capteur de 20 mégapixels, qui ne propose ni grand-angle ni téléobjectif et n’est pas monochrome. Dans l’ensemble, le téléphone s’en sort plutôt bien, mais c’est la comparaison avec la concurrence à ce prix qui pose problème.

Sans surprise, le téléphone s’en sort bien quand les conditions sont idéales, en plein jour avec beaucoup de lumières, mais déjà les premiers problèmes arrivent. Je ne sais pas si le mécanisme est responsable, mais les reflets lumineux sont particulièrement difficiles à éviter avec ce smartphone. Il n’est pas rare de se retrouver avec un halo lumineux ou un rayon de lumière traversant la photo. Vous pouvez en voir un exemple sur la photo de la rue, prise depuis un balcon.

En intérieur, toujours dans de bonnes conditions, le smartphone s’en sort bien, mais les photos manquent de clarté et de précision, le piqué n’est tout simplement pas au niveau de la concurrence. À ce niveau de prix, le Find X doit rivaliser avec le Samsung Galaxy Note 9 ou les Pixel de Google qui excellent dans ces exercices. Sans compter l’iPhone XS et les fleurons de Huawei, aussi connu pour leurs qualités en photo.

De nuit, l’appareil photo s’en sort bien. On garde des détails, avec même peu de lumière, et la balance des blancs est bonne malgré l’éclairage électrique jaune.En soi, les photos sont plutôt bonnes pour un smartphone, mais encore une fois, la concurrence fait (bien) mieux. À cela s’additionne le problème de reflets lumineux, très visible sur la première photo de rue.

Les selfies

Le module photo en façade intègre un capteur de 25 mégapixels avec toujours un objectif f/2,0. Les résultats sont très bons en pleine journée, avec cette fois un bon piqué et une belle plage dynamique.

De nuit c’est forcément plus compliqué. On peut une nouvelle fois voir des halos lumineux, et la mise au point est pour le moins bancale.

Le mode portrait

Le smartphone peut utiliser sa reconnaissance 3D à l’avant pour prendre des photos en mode portrait, avec un effet bokeh. Le résultat est là aussi très bon même si on note quelques imprécisions sur le contour (un bout d’oreille et quelques pointes de cheveux floues). De nuit, le mode portrait en selfie s’en sort également plutôt bien grâce à la caméra 3D.

À l’arrière, le smartphone doit se servir des deux objectifs et ses algorithmes pour essayer de différencier le sujet et l’arrière-plan. Le résultat est très bon, le détourage est particulièrement réussi, même au niveau de la personne en noir, passant derrière le T-shirt noir du sujet de la photo. C’est au niveau des cheveux où l’appareil montre ses faiblesses, et n’arrive pas à garder les détails sur la limite.

Une bonne journée d’autonomie en 30 minutes de charge

Malgré le caractère plutôt imposant du téléphone, le Oppo Find X n’intègre qu’une batterie de 3 400 mAh. Ce n’est pas une petite capacité, mais on est habitué à voir des smartphones plus près des 4 000 mAh sur ce genre de gabarit. Malheureusement, impossible de tester pour le moment ce smartphone avec notre protocole de test Viser, il faudra donc se contenter de mon ressenti et du classique test d’autonomie en lecture vidéo.

J’ai été positivement surpris par l’autonomie de l’appareil. Sans être un champion, j’ai facilement réussi à tenir 24 heures, avec une nuit au milieu, en débranchant le téléphone à 17 heures : il lui restait 25% à 17 heures le jour suivant. Sur ces 24 heures, mon utilisation était plutôt variée avec pas mal de navigation web et des réseaux sociaux (au moins 1 heure 30 écran allumé en cumulant Slack, Chrome et Twitter), de la lecture de vidéo YouTube (2 heures 30 écran allumé), quelques téléchargements d’application et de la lecture de musique en Bluetooth. Avec notre ancien protocole de test (lecture d’une vidéo HD sur YouTube en Wi-Fi, écran à 200 cd/m²), le téléphone n’a perdu que 2% de batterie en une heure, un excellent résultat.

Ce qui impressionne surtout, c’est la charge rapide du smartphone. Oppo écrase tout simplement la concurrence avec son Super Vooc. Le bloc secteur USB type-A est certes un peu imposant, mais il permet de délivrer 50W au téléphone : c’est plus que le chargeur de mon ordinateur portable.

le Oppo Find X se recharge à 50% en moins de 15 minutes

Avec une telle puissance, le Oppo Find X se recharge à 50% en moins de 15 minutes, et se charge à 100% en un peu moins de 30 minutes. Dans les deux cas, le téléphone était éteint en début de charge, car avoisinant les 0% de batterie. C’est extrêmement rassurant de se dire qu’en 30 minutes on peut recharger intégralement son smartphone si on a accès à une prise électrique, ou le recharger de plusieurs dizaines de % en quelques minutes. C’est simple, on voit le pourcentage de batterie grimper à vue d’œil.

Réseau et communication

C’est devenu la norme sur le marché, le Oppo Find X propose deux logements nano SIM. Il a la particularité d’avoir un slot double face, où chaque SIM vient se positionner d’un côté, et non un logement assez long où les deux SIMs sont alignés, comme on trouve plus classiquement sur les smartphones. La compatibilité avec la 4G LTE utilisée en France est totale puisqu’on retrouve à la fois les classiques 800, 1800, 2100 et 2600 MHz (les fameuses bandes 20, 3, 1 et 7), mais aussi le plus rare 700 MHz (bande 28) surtout utilisé par Free Mobile. En tout, le smartphone supporte 19 bandes de fréquence 4G pour un usage international.

Le support du Wi-Fi et du Bluetooth est également à la page avec du Wi-Fi 802.11ac dual bande (2,4 et 5 GHz) d’un côté, et du Bluetooth 5.0 de l’autre. En revanche, le Oppo Find X ne propose pas le NFC, ce qui va le priver de certains usages bien pratiques tels que le paiement sans contacts, ou le pass de transport. Sans être instantanée, l’accroche GPS est suffisamment rapide et précise pour faire du Find X un bon partenaire pour tous vos itinéraires.

Prix, disponibilité et alternatives

Le Oppo Find X est disponible à partir de 999 euros en France. Il est proposé en deux coloris : Rouge Bordeaux et Bleu Glacier.

À ce tarif, le Oppo Find X aura fort à faire pour concurrencer le Samsung Galaxy Note 9 et les iPhone d’Apple qui sont eux aussi commercialisés autour de la barre des 1000 euros. Le smartphone va aussi rapidement être en concurrence avec le Pixel 3 de Google et le Mate 20 de Huawei.

Nos photos

Test Oppo Find X Le verdict

design
9
« Neuf ? Neuf en design et pas dix ? Mais enfin Cassim on te pensait séduit par ce magnifique design borderless et futuriste ? » Ce à quoi je réponds, oui, le design du Oppo Find X a tout pour séduire et approche de la perfection à mes yeux. Il perd un point sur les petits détriments dû à son design : le petit haut-parleur mono, le mécanisme à la durée de vie incertaine, l'absence de résistance à l'eau et du port jack.
écran
8
Il n'est pas parfaitement calibré par défaut, mais l'écran du Oppo Find X a sa place parmi les meilleurs du marché. On a là un très bel écran AMOLED qui propose à la fois des noirs parfaits et une bonne définition d'affichage. La lisibilité au soleil aurait pu être meilleure.
performances
9
Un Snapdragon 845 bien maîtrisé, 8 Go de RAM et 256 Go de stockage UFS, Oppo a réuni toutes les conditions pour faire l'un des smartphones les plus performants de l'année. Il propose en plus une couverture complète des fréquences 4G LTE utilisées en France, et une compatibilité avec les dernières normes de Bluetooth et de Wi-Fi. Seul le NFC manque à l'appel, dommage.
logiciel
8
Android 8.1 Oreo est installé par défaut, avec l'interface ColorOS du constructeur. L'expérience est fluide en toute occasion, et l'interface propose des fonctions supplémentaires bienvenues et bien implémentées. On regrette juste une traduction un peu bancale, des problèmes d’ergonomies et des textes français mal gérés.
autonomie
9
Le Oppo Find X est capable de facilement tenir une journée d'autonomie avec un usage polyvalent intégrant de lecture vidéo en streaming et du web. Ce n'est quand même pas un champion d'autonomie, mais c'est clairement le champion de la charge rapide. Quelques minutes suffisent pour regagner de précieuses heures d'autonomie. Le téléphone fait l'impasse sur la charge sans-fil malgré son dos en verre.
caméra
8
Si les appareils photo du Find X n'étaient pas si sensibles aux reflets, ils auraient peut-être mérité un 9 à ce critère. Il n'est pas peut-être pas aussi bon que les concurrents directs sur ce critère, mais sort quand même de jolis clichés. Les photos de nuit sont réussies dans l'ensemble. La caméra 3D à l'avant fait des merveilles.
Note finale du test 8/10
Le Oppo Find X est le plus beau et l'un des plus performants smartphones de 2018. Ça, on l'a compris. L'appareil accumule les points forts : un bel écran borderless, une interface logicielle plutôt réussie, une recharge ultra rapide et une bonne autonomie.

Le problème, c'est son prix de lancement. Commercialiser un smartphone à 1 000 euros en France quand on s'appelle Oppo, c'est compliqué. La marque ne bénéficie pas de l'historique de Samsung ou Apple sur notre marché, deux marques à qui on peut plus facilement attribuer notre confiance. Dans le cas d'Apple, on paye un SAV de qualité et réputé, que l'on ne retrouvera pas chez Oppo. Surtout, à ce prix, le smartphone fait beaucoup trop de concessions qu'on ne peut pas laisser passer. Un appareil photo bon, mais pas exceptionnel. Sa reconnaissance faciale limitée au verrouillage, l'absence de waterproof, de charge sans fil ou encore le haut-parleur seulement mono sont autant de choses que l'on peut accepter sur les « flagcheaps » à 500 euros, mais pas sur un smartphone à 1 000 euros.

Avec ce smartphone, Oppo montre qu'il a tout d'un grand et que la marque peut devenir un sacré concurrent des champions du secteur. Il s'agit d'une véritable vitrine technologique et une prouesse de design.
  • Points positifs
    • Le plus beau smartphone de l'année
    • Les performances
    • La charge ultra rapide : une batterie à 100% en 30 minutes !
    • ColorOS : la bonne surprise
  • Points négatifs
    • Reconnaissance faciale limitée à l'écran de verrouillage
    • Son mono
    • Pas de NFC
    • Pas de recharge sans fil
    • Pas de waterproof
    • (Pas de jack)