HarmonyOS, EMUI 11, HMS Core : qu’attendre de la Huawei Developers Conference 2020 ?

 

Le géant chinois Huawei a envoyé les invitations officielles relatives à sa conférence dédiée aux développeurs. Non sans mentionner les principaux sujets abordés au cours de l’événement organisé du 10 au 12 septembre 2020.

HDC 2020

Rendez-vous du 10 au 12 septembre pour la Huawei Developer Conference

Il y a un an, la Huawei Developers Conference (HDC) avait été l’occasion de découvrir le tout nouveau système d’exploitation du groupe chinois : HarmonyOS, un système d’exploitation maison conçu aussi bien pour les téléviseurs que pour l’IoT, les ordinateurs ou même les smartphones (bien que ce ne soit pas pour l’instant l’objectif de la firme).

EMUI 11 au rapport

Cette année, la HDC se tiendra virtuellement du 10 au 12 septembre 2020 : keynote, sessions en ligne et échanges avec des experts de l’entreprise et autres développeurs composent le programme de l’événement. La firme de l’Empire du Milieu ne manquera également pas de communiquer au sujet des ses grands chantiers du moment.

L’invitation officielle envoyée à la rédaction nous dévoile ainsi une petite partie du programme établi : Huawei abordera par exemple le cas des HMS Core 5.0, spécialement développés pour remplacer les GMS Core de Google. La rédaction avait rédigé un dossier complet à ce sujet, consultable sur ce lien.

La nouvelle version de l’interface logicielle dédiée aux appareils mobiles de Huawei, j’ai nommé EMUI 11, fera aussi l’objet d’annonces.

Quid de son fournisseur de puces ?

HarmonyOS sera bien évidemment à nouveau de la partie : le système d’exploitation devrait s’inviter sur les ordinateurs, montres et bracelets connectés, comme le prévoyait le planning publié à l’époque.

Outre les autres « technologies excitantes » prévues, des dires de Huawei, le groupe pourrait donner des détails sur son futur fournisseur de puces. Son partenaire principal, TSMC (fondateur des processeurs Kirin, qui équipent les smartphones Huawei et Honor) n’est plus en mesure de collaborer avec lui, et ce depuis le durcissement de l’embargo mis en place par les États-Unis.

En raison des problèmes rencontrés par la marque avec les États-Unis, le Mate 40 serait le dernier smartphone à intégrer une puce maison Kirin. L’avenir de la marque dans la mobilité continue d’interroger.
Lire la suite

Les derniers articles