Les voitures électriques abordables se multiplient : voici la Hyundai Inster avec sa « grande » autonomie

 

Hyundai travaille actuellement au développement d’une petite voiture électrique rivale de la Dacia Spring. Inspirée par la petite Casper déjà commercialisée en Corée, cette nouvelle venue portera le nom d’Inster et se montre déjà partiellement en images. On connaît son autonomie, plutôt élevée pour le segment.

Lancée en 2021, la Dacia Spring a rapidement connu un très fort succès en Europe et notamment en France, où elle fut même l’une des voitures les plus vendues en 2023. Alors forcément, cela donne quelques idées à la concurrence.

Une nouvelle citadine électrique

On pense bien évidemment à Renault avec sa R5 E-Tech ou encore à la nouvelle Citroën ë-C3 que nous avons pu essayer quelques semaines plus tôt. Mais ce n’est pas tout, car un autre constructeur veut aussi tenter sa chance sur le marché des citadines électriques low-cost. Il s’agit de Hyundai, qui avait laissé entendre être en train de travailler sur une rivale inspirée de sa petite Casper déjà commercialisée en Corée. Si celle-ci est thermique, une version électrique serait dans les cartons.

Quelques mois plus tard, on commence enfin à en savoir un peu plus à son sujet, puisque le constructeur basé à Séoul vient tout juste de publier quelques images officielles. Bien sûr, pas question de montrer la voiture dans son intégralité, puisqu’il ne s’agit pour le moment que d’un teaser. Mais c’est surtout l’occasion de découvrir le nom de cette nouvelle venue, qui sera donc baptisée Inster. Une appellation qui est en fait la contraction de « intimate et « innovation ».

D’ailleurs, le communiqué de la marque précise que cette nouvelle auto sera nommée Casper Electric dans son pays natal. Pour l’heure, on en sait encore peu sur cet Inster, qui dévoile cependant sa silhouette très compacte. Ce dernier prend en fait la forme d’un petit SUV, dont les dimensions n’ont pas encore été officialisées. Elles devraient rester proches de celles du Casper standard, qui mesure 3,60 mètres de long pour 1,60 mètre de large et 1,58 mètre de haut. Un gabarit proche de celui de la Dacia Spring.

À l’avant, la voiture arborera des petits feux à LED en forme de ronds, qui devraient sans doute faire office d’éclairage de jour. Juste au-dessous, on note également d’autres optiques, plus allongées cette fois-ci. Une large bande noire semble traverser toute la face avant, tandis que la calandre devrait logiquement être pleine, motorisation électrique oblige. On remarque également la présence de barres de toit, donnant un style baroudeur à la citadine surélevée. Enfin, la partie arrière arborera le nom du modèle ainsi que des feux à LED en pixel, comme sur la Ioniq 6.

Moins de 20 000 euros ?

Pour le moment, Hyundai n’a pas montré la moindre image du poste de conduite de son nouvel Inster, mais nous devrions en savoir plus très rapidement. En effet, ce dernier sera officiellement révélé le 27 juin prochain, à l’occasion du salon de Busan, en Corée du Sud. Nous devrions sans doute découvrir une présentation modernisée par rapport à celle du Casper, misant sans doute sur la simplicité. Car il faut se souvenir que cette nouvelle auto devrait afficher un prix très bas.

Les premiers bruits de couloirs parlent en effet d’un ticket d’entrée sous les 20 000 euros, afin de rivaliser notamment avec la future Renault Twingo ainsi que la Volkswagen ID.1 toujours en cours de développement.

En ce qui concerne la motorisation, la firme coréenne se contente simplement de confirmer que la citadine haute sur pattes pourra parcourir jusqu’à 355 kilomètres en une seule charge selon le cycle d’homologation WLTP. Ce qui est largement supérieur aux 230 kilomètres de la Dacia Spring.

De quoi permettre de traverser la France pour les vacances, à condition que la voiture soit dotée de la recharge rapide. C’est quasiment l’autonomie de la Peugeot e-208 avec l’ancienne batterie.

On ne connaît donc pas encore la taille de la batterie ni la technologie choisie, mais il est probable que Hyundai ait fait le choix du LFP (lithium – fer – phosphate), qui affiche un coût de production moins élevé. Pas un mot non plus sur la puissance de la voiture, ni sur ses aides à la conduite. Cependant, celle-ci pourrait devoir se passer du bonus écologique si elle arrivait un jour en France, du fait de sa production très probable en Corée. Ainsi, le Niro EV n’a par exemple pas le droit à cette aide de l’État, alors qu’il profite en ce moment d’une très grosse remise.


Le saviez-vous ? Google News vous permet de choisir vos médias. Ne passez pas à côté de Frandroid et Numerama.