Nothing : la marque de Carl Pei profite d’un gros coup de pouce pour de grosses ambitions

Croire en Nothing, c'est croire en rien ?

 

La nouvelle marque de Carl Pei (ancien de OnePlus) lève à nouveau des fonds grâce à GV (ex Google Ventures), un investisseur de taille. Cela va permettre à la firme de se projeter sereinement et de sortir des produits dans les mois à venir.

Nothing lève de nouveaux fonds

Nothing lève 15 millions de dollars supplémentaires et profite donc d’un plus large financement

Cofondateur et ancienne tête pensante de OnePlus, Carl Pei a lancé une nouvelle marque baptisée Nothing. En plus d’avoir un nom assez surprenant, cette entreprise tech reste aussi volontairement mystérieuse pour le moment. On ne sait officiellement pas quels produits elle compte commercialiser, mais on soupçonne fortement une volonté de lancer diverses catégories d’appareils pour créer un écosystème. Tout porte à croire que cette firme compte explorer assez rapidement les univers du smartphone et de l’audio.

Nothing s’est fendu d’un nouveau communiqué pour reconfirmer ses ambitions importantes. Ainsi, « la société prévoit d’élargir son équipe et ses activités, d’investir davantage dans la R&D, ainsi que de lancer sa communauté et ses premiers produits dans les mois à venir ». La marque affirme par ailleurs que de premiers appareils sortiront dès la première moitié de l’année.

Un gros investisseur croit en Nothing

Ces déclarations n’interviennent pas par hasard. En effet, Nothing annonce avoir réussi une nouvelle levée de fonds, de 15 millions de dollars cette fois-ci grâce à l’investissement d’un acteur de taille : GV. Anciennement appelée Google Ventures, cette filiale du colosse Alphabet est un fonds de placement qui parie sur les jeunes entreprises — les startups.

Il est intéressant de noter qu’il s’agit d’une levée de fonds de série A. Cela signifie que Nothing en est toujours à ses premières phases de développement, mais qu’un modèle économique jugé viable a été présenté pour pouvoir bien lancer ce projet. En d’autres termes, les ambitions de la firme se concrétisent bel et bien et deviennent assez crédibles pour convaincre un groupe comme GV. Carl Pei ne cache pas sa satisfaction.

Nous sommes reconnaissants qu’une société de capital-risque de ce calibre nous aide à construire Nothing avec nous. Nous avons l’intention de développer agressivement l’entreprise, en particulier nos capacités de R&D et de conception, afin de réaliser notre mission qui consiste à supprimer les barrières entre les personnes et la technologie.

Après une première levée de fonds de 7 millions de dollars, cette nouvelle étape permet à Nothing d’atteindre un financement de 22 millions de dollars au cumulé.

Du côté de GV, on voit en Carl Pei « un entrepreneur chevronné » dont la nouvelle entreprise « aura un impact significatif sur le marché des technologies grand public ». Nothing semble donc partir sur de bonnes bases et comptait déjà de grands noms parmi ses investisseurs tels que Tony Fadell (ex d’Apple et « père » de l’iPod) et Casey Neistat (YouTubeur à 12,3 millions d’abonnés).

Les derniers articles