Test de l’Oppo Band Style : un bracelet basique, mais efficace

Montres/Bracelet Connectés • 2021

Points positifs de l'Oppo Band Style
  • Une interface simple à appréhender
  • Le choix entre deux bracelets
  • L'écran de bonne qualité
  • La mesure de la SpO2
Points négatifs de l'Oppo Band Style
  • Le prix assez élevé
  • L'absence de mode Always On
  • L'autonomie assez moyenne en activant tous les suivis
 

Introduction

Avec son Band Style, Oppo s'est lancé sur le marché des bracelets connectés. Mais que vaut ce capteur d'activité au quotidien ? Pour le savoir, voici son test complet.

L'Oppo Band

L’Oppo Band // Source : Frandroid

Dans le domaine des bracelets connectés, on connaît Xiaomi, Fitbit ou Huawei, mais moins Oppo. Il faut dire que le constructeur chinois s’est lancé tout récemment sur ce marché avec l’Oppo Band. Disponible en deux versions — Style ou Sport — ce capteur d’activité promet notamment une mesure de la SpO2 pour un prix de 60 euros. Mais qu’a-t-il sous le capot ? C’est ce qu’on va voir dans ce test complet.

Oppo Band StyleFiche technique

Modèle Oppo Band Style
Taille d'écran 1.1 pouces
Technologie AMOLED
Définition de l'écran 126 x 294 pixels
Format écran Rectangulaire
Mémoire interne 16 Mo
Dimension 40.4 mm
Poids 10.3 grammes
Batterie 100 mAh
Capteur de rythme cardique Oui
Analyse du sommeil Oui
Accéléromètre Oui
Capteur de lumière ambiante Non
Indice de protection 5ATM
Prix 49 €
Fiche produit

Le bracelet de ce test nous a été fourni par Oppo.

Oppo Band StyleDesign

De prime abord, l’Oppo Band est on ne peut plus classique. Il faut dire qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un bracelet connecté, mais plutôt d’un capteur d’activité. La distinction est mince, mais elle tient dans le fait que le capteur peut être retiré pour être utilisé dans différents bracelets, le modèle Sport ou le modèle Style. C’est en fait le même principe que ce que proposait par exemple Fitbit avec son capteur Fitbit Flex dès 2013.

Le capteur de l'Oppo Band et ses deux bracelets Sport et Style

Le capteur de l’Oppo Band et ses deux bracelets Sport et Style // Source : Frandroid

Les deux bracelets proposés avec l’Oppo Band Style — la version classique n’intègre que le bracelet Sport — sont pour le moins différents. Le bracelet Sport propose en effet un design relativement classique, tout en polyuréthane et une largeur de 15 mm. Le bracelet Style quant à lui est sensiblement plus fin, à 14 mm, avec non pas un emplacement pour loger le capteur au sein même du bracelet, mais une boucle en acier inoxydable qui va entourer le capteur. Il en résulte un design bien plus aéré et surtout bien plus fin. Dans mon cas, j’ai utilisé le bracelet Sport en raison de mes poignets masculins plutôt fins. Il faut dire que le modèle Style rendait le bracelet trop fin à mon poignet. Notons également que l’Oppo Band est étanche jusqu’à 5 ATM. En d’autres termes, il sera possible de le porter dans l’eau, mais à faible profondeur, comme dans une baignoire par exemple. Pas question de faire de la plongée sous-marine avec.

Le bracelet Oppo Band Style

Le bracelet Oppo Band Style // Source : Frandroid

Nulle trace de bouton sur cet Oppo Band, toutes les interactions se font grâce à l’écran tactile du capteur, comme on le verra plus tard.

Un écran Oled de bonne facture

Outre le bracelet en lui-même, le capteur se distingue surtout par son écran apparent en façade. Il s’agit en fait d’un écran Oled de 1,1 pouce de diagonale affichant 126 x 294 pixels. Il en résulte une résolution de 291 pixels par pouce. C’est une densité plutôt faible pour un smartphone, mais qui reste assez correcte pour un bracelet connecté. À moins de coller vos yeux à l’écran, vous ne devriez pas pouvoir déceler la différence entre deux pixels.

On va bien évidemment retrouver ici un écran couleur — elle est loin l’époque où les constructeurs étaient limités à des capteurs monochromes. Et qui dit Oled dit également excellent contraste, à tel point qu’il est impossible, même dans le noir, de distinguer les pixels affichant du noir. En plein jour, aucun problème de lisibilité de l’écran non plus… à condition de la pousser au maximum manuellement. Par défaut, la luminosité de l’écran est en effet réglée sur 40 % et l’Oppo Band étant dépourvu de capteur de luminosité ambiante, il vous faudra passer dans les menus pour la rehausser à 100 %… sans oublier de diminuer la luminosité de l’affichage pour la nuit sous peine de vous éblouir.

Concernant la nuit, heureusement, Oppo propose dans son application HeyTap — on y reviendra — un mode « Nuit » qui peut être paramétré selon les heures. Pendant cette période, la luminosité de l’écran va automatiquement diminuer. Par ailleurs, le mode « soulever pour activer » qui permet d’allumer l’écran si on pivote le poignet, peut également être programmé pour être activé uniquement en journée. Une bonne chose si vous ne voulez pas avoir un écran allumé à quelques centimètres des yeux dès que vous vous retournez en dormant. En revanche, l’Oppo Band ne propose pas d’écran always on et n’affichera rien si vous ne le consultez pas. Un choix que l’on regrette sur la plupart des montres connectées compte tenu de la taille des boîtiers, mais qui n’est pas un problème pour un bracelet connecté.

Enfin, concernant les cadrans, Oppo en a préinstallé cinq sur son Oppo Band. Un choix plutôt chiche, mais l’application HeyTap permet là aussi d’en installer davantage avec 46 disponibles au téléchargement — et tous gratuits. De quoi ne pas se lasser.

Oppo Band StyleUtilisation et application

Le bracelet Oppo Band est doté d’une puce Apollo 3 — dont on ignore tout des caractéristiques techniques — et de 16 Mo de stockage. Connecté en Bluetooth 5.0 et compatible avec les smartphones à partir d’Android 6 ou d’iOS 12, il embarque surtout un OS plutôt simple à appréhender. Depuis le cadran d’accueil, il suffit de glisser à la verticale, en haut ou en bas, pour passer d’une application à l’autre. Par défaut, on va ainsi avoir de haut en bas l’activité quotidienne, les sports, la fréquence cardiaque, la saturation en oxygène du sang (SpO2), le sommeil, la respiration, la météo, les outils, les réglages et les messages.

En plus de ce défilement vertical des applications, l’interface permet de balayer horizontalement sur l’écran d’accueil, justement pour changer de cadran parmi ceux installés sur le bracelet. Enfin, un appui simple sur le cadran va permettre d’afficher quelques informations sommaires comme le nombre de pas parcourus ou de calories dépensées, mais également la date ou l’autonomie restante. Une fois dans les applications, là aussi les gestes sont plutôt intuitifs puisqu’il suffira d’un balayage vers la droite pour revenir en arrière.

Les données sommaires affichées sur l’Oppo Band

Les données sommaires affichées sur l’Oppo Band // Source : Frandroid

Dans l’ensemble, si l’interface de navigation est plutôt bien conçue, on pourra regretter un manque de réactivité de l’affichage qui peut mettre une demi-seconde avant d’enregistrer le geste effectué.

Des fonctions plutôt limitées

Comme on l’a vu, l’Oppo Band n’est doté d’aucun bouton, toutes les interactions se font grâce à l’écran tactile. Pour l’allumer, par défaut, vous pouvez toucher l’écran pour l’allumer, mais une option est proposée dans l’application HeyTap afin d’allumer automatiquement l’écran lorsque vous pivotez le poignet.

Comme on l’a vu, les applications proposées sont essentiellement liées au suivi de la santé ou de l’activité. Notons cependant la présence d’une application météo qui va indiquer le temps du jour et du lendemain. Les autres applications en dehors de la santé sont rangées dans la partie « outil ». C’est là qu’on va retrouver le contrôle de la musique, un chronomètre, un minuteur, le réveil, le contrôle de la caméra, et l’option « chercher un portable ». Bref, rien que du très classique. Notons néanmoins que pour le contrôle de la caméra du smartphone, il vous faudra nécessairement vous connecter à l’Oppo Band dans les paramètres Bluetooth de votre téléphone. Pour le contrôle de la musique, Oppo permet également d’afficher automatiquement en premier plan le lecteur de musique dès que votre téléphone utilise un lecteur média. Pratique pour ne pas avoir à fouiller dans les paramètres du bracelet.

Comme toujours, pour les messages et notifications, il est possible pour l’utilisateur de paramétrer quelles applications peuvent envoyer une vibration au poignet. Néanmoins, ne comptez pas interagir avec les messages reçus, vous pourrez seulement les consulter… et encore. Malheureusement, le bracelet ne parvient en effet pas à lire les emojis et va afficher à la place de simples carrés. Il vous faudra donc consulter l’écran du téléphone pour découvrir la finesse des émotions de votre interlocuteur.

Des problèmes de notification

Toujours concernant les notifications, l’Oppo Band va également vibrer lorsque vous recevez un appel… même une fois que vous avez répondu. Dans mon cas, après avoir décroché à un appel d’un collègue, mon bracelet continuait de vibrer éperdument, rendant la communication particulièrement pénible. C’est seulement au bout de 15 secondes que le capteur a arrêté sa petite danse. Et même là, l’écran n’affichait plus rien, même après l’avoir touché, quand bien même le capteur de rythme cardiaque continuait de prendre mon pouls. Il m’aura fallu sortir le capteur du bracelet pour le placer un instant dans sa base de recharge afin que tout revienne en ordre. Heureusement, cette mauvaise expérience ne m’est arrivée qu’une fois. Ce sont des petits bugs frustrants, mais dont on se demande encore comment ils peuvent arriver en 2021. Surtout que j’ai testé le bracelet en utilisant moi-même un smartphone Oppo. Dommage également que certaines notifications soient envoyées en retard au bracelet, bien après les avoir reçues sur mon ordinateur, même si cela peut venir du smartphone.

Concernant l’application compagnon sur smartphone, HeyTap, celle-ci va vous permettre de gérer nombre de fonctions du bracelet. Outre les mises à jour, c’est là que vous pouvez installer davantage de cadrans, que vous pouvez programmer le mode nuit ou l’option pour allumer l’écran en tournant le poignet, le suivi des différentes données de santé, les alarmes ou les applications autorisées à envoyer des notifications au poignet.

Oppo Band StyleSuivi d’activité

Du côté du suivi de santé, l’Oppo Band est capable de mesurer les mouvements grâce à un capteur d’accélération 3 axes. Il profite également d’un capteur optique de fréquence cardiaque ainsi que d’un capteur optique de SpO2. On retrouve ainsi les mesures les plus classiques de la plupart des montres et bracelets connectés, à savoir la mesure du nombre de pas — et donc de la distance parcourue ou des calories dépensées — ainsi que le suivi du rythme cardiaque ainsi que de la saturation en oxygène dans le sang (SpO2).

Le capteur de rythme cardiaque de l'Oppo Band

Le capteur de rythme cardiaque de l’Oppo Band // Source : Frandroid

Pour les mesures du rythme cardiaque et de la SpO2, Oppo laisse plusieurs options à l’utilisateur. Il est ainsi possible de mesurer automatiquement le rythme cardiaque en permanence, mais également d’effectuer cette mesure uniquement toutes les deux ou toutes les six minutes. Il en va de même pour la mesure de la SpO2. Celle-ci peut être effectuée manuellement en journée, ou bien automatiquement durant le sommeil, en temps réel ou à intervalle. Malheureusement, impossible donc d’effectuer des mesures de SpO2 automatiquement pendant la journée, mais c’est là le lot de nombre de montres et bracelets connectés.

Un bracelet dépourvu de GPS

Concernant les entraînements sportifs pris en charge, l’Oppo Band est capable de suivre 13 entraînements physiques allant du « jogging pour la perte de graisse » au yoga en passant par la marche sportive en plein air, le cyclisme en salle, la natation dans une piscine ou… le cricket et le badminton. On comprend qu’Oppo cherche à vendre son bracelet en Inde — où les sports sont particulièrement populaires — mais on regrette que des sports plus communs en Europe, comme le football, le basketball ou le tennis, ne soient pas pris en charge.

Lorsque vous lancez une activité en extérieur — comme du vélo, de la marche ou de la course à pied — le bracelet va alors récupérer le signal GPS de votre smartphone. De quoi vous permettre de retrouver le tracé précis de votre entraînement a posteriori. Bien évidemment, l’Oppo Band n’étant pas lui-même doté d’une puce GPS, c’est ici la précision de votre smartphone qui sera mise à l’épreuve. Heureusement, les téléphones proposent généralement des puces GPS bien plus précises — et rapides à être localisées — que les montres et bracelets connectés. Revers de la médaille, il ne servira à rien de partir sans votre smartphone puisque vous perdrez alors la géolocalisation.

Outre la géolocalisation, les entraînements sur l’Oppo Band permettent également de mesurer le nombre de pas, le rythme cardiaque, les calories dépensées ou la distance parcourue. Ces données peuvent par la suite être retrouvées au sein de l’application HeyTap, ou dans le journal d’activité du bracelet.

Le bracelet d’Oppo propose également un suivi du sommeil et des exercices de respiration pour vous aider à vous détendre. Bref, rien que du très classique pour un bracelet connecté.

Oppo Band StyleAutonomie

Le bracelet d’Oppo est doté d’une batterie de 100 mAh. Selon les constructeurs elle lui permettrait de tenir jusqu’à 12 jours d’autonomie.

Dans mon cas, j’ai cependant utilisé l’Oppo Band en activant de nombreuses options — parfois désactivées par défaut. C’est le cas de la mesure en continu du rythme cardiaque et du suivi de la saturation en oxygène en temps réel la nuit. Par ailleurs, j’ai paramétré le bracelet pour qu’il s’allume automatiquement lorsque je tourne le poignet la journée, mais en le passant en mode nuit durant mes heures de sommeil.

Avec ces paramètres, j’ai pu utiliser l’Oppo Band pendant trois jours et demi avant qu’il ne tombe à court de batterie. On est bien loin des 12 jours avancés par Oppo, mais il faut dire que l’usage du bracelet était plutôt intensif. Reste qu’on aurait pu espérer s’approcher au moins de la semaine d’autonomie, surtout que l’Oppo Band ne propose aucun mode d’écran always on.

La recharge de l'Oppo Band

La recharge de l’Oppo Band // Source : Frandroid

Pour la recharge, Oppo fournit un petit socle sur lequel fixer le capteur, relié lui-même à une prise USB-A, mais sans adaptateur secteur. Placé dans le socle à 0 % de batterie, l’Oppo Band a pu récupérer l’intégralité de son énergie en 1h28. C’est un résultat plutôt décevant, surtout compte tenu de la faible capacité de la batterie. Notons par ailleurs que l’Oppo Band n’est pas compatible avec la charge sans fil.

Oppo Band StylePrix et disponibilité

Le bracelet Oppo Band est proposé en deux coloris : une version avec bracelet noir ou une version avec bracelet Style beige. Les deux versions sont également fournies avec un bracelet Sport noir. Le bracelet est d’ores et déjà disponible dans le commerce au prix de 60 euros.

Note finale du test
7 /10
Ce que fait l'Oppo Band, il le fait bien. Il s'agit d'un bracelet connecté plutôt efficace qui peut se targuer de proposer un écran de bonne facture et un design plutôt attrayant grâce au choix du bracelet.

Néanmoins, comme souvent, le souci se pose quant à la concurrence sur le même segment de prix. Autour de 60 euros, des alternatives comme le Xiaomi Mi Smart Band 6 ou, surtout, le Huawei Band 6, se posent comme de bien meilleures alternatives avec des écrans plus grands, des mesures de la SpO2 même en pleine journée et de meilleures applications. Surtout, le Mi Smart Band 5 de Xiaomi -- à qui il manque seulement la mesure de la SpO2 -- peut quant à lui être trouvé autour de 20 euros.

À 60 euros, difficile donc de recommander cet Oppo Band. Néanmoins, il peut être une très bonne option si vous le trouvez en promotion à moins de 50 euros.

Points positifs de l'Oppo Band Style

  • Une interface simple à appréhender

  • Le choix entre deux bracelets

  • L'écran de bonne qualité

  • La mesure de la SpO2

Points négatifs de l'Oppo Band Style

  • Le prix assez élevé

  • L'absence de mode Always On

  • L'autonomie assez moyenne en activant tous les suivis

Les derniers articles