Le Samsung Galaxy Fold, premier smartphone pliable à prendre au sérieux, est officiel. Mais est-ce le premier d’une catégorie amenée à se développer ou une curiosité hors de prix ? Pour tenter d’y répondre, souvenons-nous d’une chose : notre incapacité à juger d’un produit basé sur sa « V1 ». Et Samsung a une certaine expérience en la matière.

Le smartphone pliable prend son envol ?

Le concept de smartphone pliable, on en parle depuis des mois, voire des années. Et si, techniquement, le Samsung Galaxy Fold n’est pas le premier, on peut dire que c’est le premier qui nous donne à peu près envie de croire à la catégorie. Pourtant, en voyant la présentation du Galaxy Fold, il est impossible de passer sous silence de nombreux points qui posent question. Le format très allongé du téléphone plié, avec ce tout petit écran 4,6 pouces qui semble perdu au milieu. L’énorme encoche en haut à droite de l’écran flexible. Et plus généralement une impression de voir quelque chose de prometteur à terme, mais toujours expérimental même si, cette fois-ci, c’est enfin un produit que l’on va pouvoir utiliser à partir du mois d’avril.

Pourtant, alors que je ne suis pas franchement convaincu par ce que l’on sait du Galaxy Fold au moment où j’écris ces lignes, j’ai envie de relativiser. Parce que ces lignes, je suis en train de les taper sur ma Surface Pro « 5 », une belle leçon de relativité. Souvenez-vous des railleries lors du lancement de la première Surface en 2012 : « Un PC et une tablette, ce sont deux choses complètement différentes », « Microsoft essaie de combiner un frigo et un grille-pain », etc. Et ces critiques étaient, pour certaines, justifiées. J’ai encore une Surface Pro originale et c’était franchement loin d’être une réussite. La tablette épaisse, lourde et bruyante, le trackpad abominable de la première Type Cover, le bouton du stylet qui s’arrachait avec la puissance de l’aimant… L’amour du concept était mis à rude épreuve ! Et je ne parle pas de la Surface tout court, les mots « Windows RT » suffiront à décrire mon effroi.

Ne faites jamais confiance à la V1

La Surface Pro, dans ses dernières incarnations, est aujourd’hui mon PC portable préféré. Pourquoi ? Parce que Microsoft a su constamment affiner son produit, l’améliorer en tenant compte de ses erreurs passées, pour en faire un modèle de ce qu’une tablette hybride peut être.

Samsung est un habitué de ce mode de fonctionnement. Et il a fait, souvent, sa réussite. Parfois même au-delà de ses espérances. En lançant le Galaxy Note en 2011, le constructeur pensait-il que 5 ans plus tard, son format deviendrait le standard ? Aujourd’hui tous les smartphones ou presque sont au moins aussi grands qu’un Galaxy Note. La diagonale de 5,3 pouces du Note original paraîtrait même petite selon les standards actuels. Et pourtant, là encore, on s’en moquait, de ce smartphone/tablette au stylet éjectable.  Parce qu’on était formaté par la pensée dominante de l’époque, parce qu’on nous avait inculqué qu’un smartphone de plus de 4 pouces n’avait aucun intérêt, et que « quand on voit un stylet, c’est qu’ils se sont plantés ». Autre phrase qui me fait bien rigoler en 2019.

Bon, à vrai dire pour le stylet, même si le S-Pen a ses fans, on ne peut pas dire qu’il se soit généralisé sur les smartphones. Mais le format, en revanche, est devenu à force « LE » format dominant des smartphones que l’on tient dans nos mains. Et il y a évidemment toujours de nombreux utilisateurs qui pestent contre cette tendance, mais elle est là, et on peut dire que Samsung a marqué un tournant. Aussi parce que le premier Note était la version initiale du concept, et que Samsung a su lui apporter des améliorations au fil des ans. La démonstration du multitâche du Galaxy Fold nous rappelle que Samsung a fait partie des premiers à expérimenter l’idée, aujourd’hui devenu commune, d’afficher deux apps à la fois avec le Galaxy Note 2. Et ses successeurs se sont affinés, perfectionnés, et explo… Oui, bon, oublions celui-là : le Galaxy Note 8 a su corriger le tir !

Du bord incurvé à l’écran plié

D’autres innovations du coréen ont pu se transformer en réussite de manière détournée. Le bord incurvé du Galaxy Note Edge et son mini écran latéral n’a pas changé le monde, mais le Note Edge a servi d’expérience grandeur nature, et permis à Samsung de lancer avec succès le S6 Edge l’année suivante. Les bords incurvés font désormais partie de la signature Samsung, et on les retrouve encore sur les nouveaux Galaxy S10 et Galaxy S10 Plus.

Le Galaxy Fold sera-t-il le prochain Note ? Ce premier téléphone pliable n’est clairement pas le modèle qui va propulser la catégorie vers le grand public. Son prix qui déplie aussi le portefeuille l’en empêchera de toute façon. En revanche, il a le mérite d’être le premier à lancer sérieusement cet hybride d’un nouveau genre, et Samsung n’avance pas en solitaire. Google a déjà dévoilé ses plans pour la prise en charge des écrans pliables dans Android, et on sait combien le support natif d’une technologie au niveau de l’OS est important pour emmener les développeurs d’applications tierces. Microsoft a dans ses cartons le projet Andromeda, serpent de mer qui refait surface régulièrement. La firme de Redmond a aussi annoncé travailler sur le sujet pour les prochaines versions de Windows 10. Le futur sera pliable ou pas, mais en tout cas, il ne s’est pas encore complètement déployé.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid