Test du Sony A7R V : un hybride haut de gamme aussi performant que complet

Appareils photo • 2022

Réglé comme du papier à musique, Sony a présenté son nouvel appareil photo plein format destiné aux photographes experts, le Sony A7R V. Doté d'un capteur de 61 millions de pixels et de modes d'autofocus basés sur l'IA, voyons dans ce test complet ce qu'il a dans le ventre.

Le Sony A7C R reprendrait le même capteur que le Sony A7R V // Source : Olivier Gonin pour Frandroid
Le Sony A7C R reprendrait le même capteur que le Sony A7R V // Source : Olivier Gonin pour Frandroid
 

Suite aux offensives successives de ses différents concurrents, Sony a vu son hégémonie contestée dans la gamme des appareils photo hybrides de très haute résolution. Alors que de folles rumeurs circulaient au sujet d’un bon spectaculaire de précision (jusqu’à 100 millions de pixels), Sony semble avoir préféré des évolutions moins tape-à-l’œil, mais néanmoins fondamentales. Un beau signe de maturité sur le papier certes, voyons donc comment cette intention a été traduite en actes.

Sony Alpha 7R V Fiche technique

Modèle Sony Alpha 7R V
Type d'appareil Hybride
Format du capteur Full Frame
Résolution capteur 62,5 Mpx
Stabilisateur d'image Mécanique
Définition enregistrement vidéo 8K
AF-S 10 FPS
Écran orientable Oui
Poids 723 g
Prix 4 499 €
Fiche produit

Ce test a été réalisé à l’aide d’un appareil photo prêté par le constructeur.

Sony Alpha 7R V Un boitier robuste et bien pensé

Comme pour les autres boitiers de la gamme Alpha 7, l’équilibre encombrement/confort d’usage est intéressant. Contrairement à certains concurrents, l’A7R V n’est ni trop encombrant ni trop compact. La poignée notamment est suffisamment profonde pour que des utilisateurs au profil varié puissent le manier agréablement. Ses dimensions, légèrement supérieures à celles du Sony A7R IV (131,3 mm x 96,9 mm x 82,4 mm, coté poignée et 72,3 mm coté plat), sont en effet plutôt bien contenues, tout en offrant une belle qualité de préhension (les utilisateurs de focales longues apprécieront). Attention tout de même, car on note un glissement successif en la matière à chaque génération : le gain par rapport à des boitiers reflex de plus en plus compacts existe toujours, mais il est de moins en moins marqué.

Afin d’assurer une belle qualité de préhension, le désormais très classique revêtement granuleux présent sur la poignée et le repose-pouce profilé à l’arrière est également bienvenu.

Entièrement métalliques, le châssis et les capots de l’A7RV sont réalisés en alliage de magnésium afin d’assurer un bon niveau de solidité pour un poids raisonnable, quoique faisant eux aussi l’objet d’une augmentation assez sensible (723 g avec batterie et cartes mémoire, contre 665 g pour le modèle précédent). Il faut également souligner la présence de nombreuses protections au niveau des différentes trappes.

L'emplacement de batterie du Sony A7R V
L’emplacement de batterie du Sony A7R V // Source : Olivier Gonin pour Frandroid

Comme son prédécesseur il est équipé de la batterie NP-FZ 100 qui assure une autonomie tout à fait correcte pour un hybride. Si les contraintes énergétiques de la visée électronique conduiront les utilisateurs chevronnés à s’équiper au moins d’un second accu (surtout les vidéastes, naturellement), lors de nos tests elle a assuré des sessions de photo de rue ou une balade contemplative de plusieurs heures.

Enfin, cerise sur le gâteau, lorsque le boitier est éteint, l’obturateur focal mécanique se ferme afin de protéger le capteur, un dispositif qui ressemble de près à celui imaginé sur feu le Nikon F4 et qui s’avère très utile lors des changements d’optiques sur le terrain en conditions difficiles.

Sony Alpha 7R V Une visée particulièrement soignée

La visée a fait l’objet d’un soin très particulier : l’A7R V dispose du magnifique viseur issu de la gamme supérieure (Sony A1) doté d’une dalle OLED de 9,4 millions de points (rafraichissement maximal de 120 i/s avec une baisse de définition). Confortable (dégagement oculaire de 21 mm pour un grossissement de 0,9 x), il est très agréable à utiliser, même quand la luminosité est faible.

Dans le même ordre d’idée, l’écran tactile arrière gagne un demi-centimètre de diagonale (8 cm) et voit sa définition poussée à 2,1 millions de points (contre 1,44 sur le modèle précédent). Autre élément positif : monté sur une rotule orientable, il est également inclinable.

L'écran orientable et inclinable du Sony A7R V
L’écran orientable et inclinable du Sony A7R V // Source : Olivier Gonin pour Frandroid

Ça peut sembler anecdotique, mais les aficionados (dont je suis) de la visée verticale, comme sur les moyens formats argentiques Rollei ou Hasselblad, pourront l’utiliser avec plaisir.

Sony Alpha 7R V Une connectique complète

Une grande variété de prises est proposée et globalement rien ne manque à l’appel :

  • 2 prises mini-jack : micro et casque
  • un port USB-C 3.2 (plus que bienvenu vu le poids des fichiers)
  • une prise HDMI type A permettant une sortie vidéo à 16 bits au format RAW en UHD
  • une griffe flash qui peut assurer également la transmission de l’audio si nécessaire
  • une prise télécommande
  • une synchro-flash (pour flashes externes type studio)

Coté cartes mémoire, l’A7RV dispose d’un double slot paramétrable via le menu (ex : tous les raw sur une carte et les jpegs sur l’autre) et compatible avec les cartes très rapides CF express (type A) et SDXC jusqu’à l’UHS-II. Encore une fois, vu le poids des fichiers ce choix est plus qu’appréciable.

Sony Alpha 7R V Un pilotage très largement paramétrable

Comme tous les boitiers experts, l’A7R V regorge de fonctionnalités extrêmement variées et la question de la facilité pour chacun d’accéder rapidement aux fonctions dont il a besoin est fondamentale.

Les dimensions du boitier, qui, vous l’aurez compris, ne mise pas tout sur la compacité, permettent tout d’abord de disposer de nombreuses touches (dont la quasi-totalité est paramétrable).

Sur le dessus de l’appareil, on retrouve à droite du viseur le traditionnel barillet de sélection des modes (PSAM…) qui surplombe un sélecteur permettant de passer du mode photo vers ceux destinés à la vidéo et aux prises de vues particulières (ralentis, timelapse, …) dit « S&Q ». À sa droite ont été positionnées deux molettes de réglage, une touche personnalisable et la touche de déclenchement de l’enregistrement vidéo.

Le haut du Sony A7R V
Le haut du Sony A7R V // Source : Olivier Gonin pour Frandroid

Au sommet de la poignée, on retrouve classiquement le déclencheur photo, entouré du sélecteur de mise sous tension, puis la seconde molette de réglage pour les prises de vues manuelles.

Au dos, une touche menu et un bouton personnalisable ont été placés à gauche du viseur, en face d’une autre touche personnalisable, et de celles destinées au déclenchement de l’AF par le pouce ainsi que de la mémorisation d’exposition. En dessous, on retrouve dans l’ordre vertical : un joystick très utile, la touche « Fn » (qui permet entre autres d’accéder au quickmenu), la roue codeuse, le bouton de lecture des images et enfin celui destiné à leur effacement.

Les menus du Sony A7R V
Les menus du Sony A7R V // Source : Olivier Gonin pour Frandroid

Les menus, pour le moins foisonnant, sont plutôt intuitifs et leur organisation par onglets horizontaux successifs permet de s’y retrouver. Évidemment, certaines fonctionnalités ne sont pas toujours idéalement accessibles, mais globalement on s’y fait sans trop de soucis. Par ailleurs, la présence d’un quickmenu permettant d’accéder rapidement aux principales fonctionnalités, la présence de nombreuses touches paramétrables et d’une page utilisateur dans le menu permettent à chacun de se créer une interface vraiment adaptée à sa pratique pour peu qu’on accepte de prendre le temps de la paramétrer.

Sony Alpha 7R V Un autofocus de compétition

Boitier dédié à la haute résolution, l’A7R V ne pouvait pas faire l’économie de performances de haut niveau vu la concurrence. Doté d’un obturateur mécanique et d’un obturateur électronique capables de déclencher jusqu’au 1/8000 s à la cadence maximale de 10 i/s (soit des performances suffisantes pour 99 % des situations), Sony annonce avoir doublé la taille de la mémoire tampon (destinée à stocker les fichiers temporairement jusqu’à leur enregistrement sur la carte). En pratique, même avec une carte SDXC peu véloce, nous n’avons jamais été bridés par un buffer plein (par contre avec une carte « lente », le visionnage des images peut se faire quelque peu attendre, vu le poids des fichiers c’est logique).

Par ailleurs, le fabricant indique avoir amélioré le module autofocus hybride phase/contraste. Ce dernier compte désormais 693 collimateurs à corrélation de phase répartis sur 79 % du cadre et la détection de contraste est assurée par le processeur Bionz XR issu du très professionnel A1, voilà pour les chiffres. En pratique la mise au point est d’un très bon niveau en photo comme en vidéo. Comme on peut le voir sur les images ci-dessous, le suivi AF est performant dans la détection du sujet et le suivi est très efficace.

Test de l'autofocus du Sony A7R V en rafale
Test de l’autofocus du Sony A7R V en rafale // Source : Olivier Gonin pour Frandroid

Notons qu’il est possible d’indiquer à l’appareil un certain nombre de types de sujets (ex : voitures, humains, animaux, oiseaux, avions, …) afin de les prioriser quand on peut l’anticiper (ex : couverture d’une course automobile, balade dans une réserve d’oiseaux, …). Sur le terrain cela fonctionne efficacement.

Le fabricant a également communiqué sur la capacité de l’appareil à ne pas perdre un sujet animal ou humain, même lorsqu’il tourne le dos à l’objectif, la pratique montre qu’en règle générale le pari est tenu.

Signalons également que la précision et le suivi des sujets mobiles restent très bons, même quand la luminosité chute. La très haute résolution du boitier, par nature très exigeante avec la mise au point, est donc réellement exploitable car les imprécisions et le flou qu’elles peuvent provoquer sont assez minimes en pratique.

Sony Alpha 7R V Un stabilisateur indispensable

Afin d’éliminer les vibrations parasites et ainsi éviter des effets de flou indésirables, sujet particulièrement sensible avec un tel niveau de résolution, Sony annonce avoir encore amélioré la stabilisation sur 5 axes. En pratique les résultats sont très bons (soit un gain de 2+2/3 stops avec l’objectif 24-70 2,8 G), même si on reste assez loin de la communication flatteuse du fabricant qui indique des gains de 8 stops (sur certains types de mouvements uniquement). Avec le 24-70 mm à 70 mm, nous avons obtenu une majorité d’images parfaitement nettes ou acceptables jusqu’au 1/15e de seconde, soit de très bons résultats avec un capteur aussi défini (observation à 100 % sur écran, donc bien plus exigeante que pour un tirage par exemple).

Globalement, l’A7R V de Sony propose donc de très bons résultats en matière de réactivité et de précision. Notons simplement que d’autres boitiers proposent des vitesses de rafale supérieures, cela dit seuls les spécialistes de la photo d’action (sport, photo animalière, …) verront la différence.

Sony Alpha 7R V Une qualité d’image superlative

L’A7R V propose un module image assis sur le binôme capteur photo plein format CMOS Exmor R (rétroéclairé) de 61 Mpix utiles et processeur Bionz XR. Sans surprise, ce couple est en mesure de délivrer des images de très belle facture. En effet, la finesse du capteur, surtout associée à de beaux objectifs photo (50mm f1,2 GM à pleine ouverture ci-dessous) permet d’envisager des tirages aux dimensions généreuses sans la moindre difficulté : sa définition native lui permet de générer des images de 53,64 x 80,47 cm à 300 dpi !

Signalons au chapitre des regrets que les fichiers RAW sont échantillonnés sur 14 bits au maximum et non sur 16. Cela dit, c’est aujourd’hui malheureusement le cas sur la quasi-totalité de l’offre plein format, les concurrents ne font donc pas mieux.

La montée en sensibilité est également très bien assurée. Le boitier permet par défaut de capter des images jusqu’à 102 400 ISO. Les images ci-dessous sont des recadrages à 100 % d’images RAW développées en tiff 16 bits avec les réglages par défaut du logiciel du fabricant.

Comme vous pouvez le constater, le bruit connait une augmentation linéaire jusqu’à 3200 ISO. À partir de 6400 ISO, le passage de chaque palier est de plus en plus brutal. Après, tout dépend des usages de chaque utilisateur. La grande résolution permet la production d’un bruit de luminance (grain) assez discret, par contre les pertes de dynamique sont nettement visibles sur nos images-tests à partir de 12 800 ISO. Pour une double page presse dans des conditions de reportage, on peut monter jusqu’à 12 800 ISO sans trop de soucis, les définitions supérieures sont plus délicates et les deux sensibilités maximales (51 200 et 102 400 ISO) font l’objet de dégradations vraiment marquées.

Les amateurs de nature morte en très haute résolution devraient également trouver leur bonheur avec un mode pixel-shift permettant de combiner plusieurs vues successives pour obtenir des images de 240 Mpix. Le principe est simple : il s’agit de mettre à profit le système de stabilisation du capteur afin de le déplacer finement entre chaque prise de vue. Attention, contrairement à certains concurrents, ce mode impose néanmoins avec l’A7RV d’opérer sur pied.

Sony Alpha 7R V Un mode vidéo très complet

Plutôt orienté théoriquement vers la photo haute résolution, l’A7R V propose néanmoins un mode vidéo très étoffé. Il est en effet doté de tout le nécessaire du point de vue ergonomique et connectique : écran tactile orientable et inclinable, entrées/sorties micros et casque, sortie vidéo permettant de récupérer un flux RAW 16 bits — nécessairement avec un enregistreur externe.

Il propose par ailleurs une très longue longue liste de formats vidéo sous différents codecs :

  • UHD II (improprement appelée 8K) à 24 ou 25 i/s en mode progressif (« p »)
  • UHD (improprement appelée 4K) jusqu’à la cadence de 60 p sans recadrage
  • full HD jusqu’à la vitesse de 120 i/s (pour réaliser des ralentis si nécessaires)

Au passage, la possibilité de réaliser des ralentis sans avoir besoin de passer par des étapes de postproduction (mode S&Q) est un vrai plus.

Enfin, ultime raffinement, on peut enregistrer en interne jusqu’en 4:2:2 10 bits en UHD (4:2:0 10 bits en UHD II) en Log, voire, pour les gourmands, disposer d’une sortie RAW 16 bits pour enregistreur externe. Attention, pour utiliser les modes de compression interne les plus gourmands (600 MB/s) vous devrez investir dans des cartes CF type A (très rapides, mais onéreuses).

Avec les « grands capteurs » plein format, le principal défi est d’assurer la mise au point. Dans le domaine, le module AF de l’A7RV, dont nous avons dit le plus grand bien en photo, répond présent également pour un usage vidéo. Il est en effet précis :

Par ailleurs, il est possible de sélectionner un sujet par simple contact tactile sur l’écran arrière. Une fois détecté, le module AF effectue un suivi aussi efficace que précis, y compris lorsque des sujets parasites de forme proche intègrent le champ (les vidéos ci-dessous ont été réalisés à pleine ouverture afin de pousser le module dans ces retranchements) :

Bref, si l’A7RV ne propose pas tout à fait les mêmes possibilités que l’A7S III dédié à la vidéo (ex : absence des formats cinéma dit « DCI »), il sera néanmoins en mesure de rendre de nombreux services, y compris aux vidéastes exigeants.

Sony Alpha 7R V Prix et disponibilité

Le Sony A7R V est disponible depuis la fin du mois de novembre 2022. Le boîtier est proposé en France au tarif de 4500 euros sans objectif. Aucun kit n’est cependant proposé avec l’appareil et il vous faudra donc ajouter le prix de l’optique à celle du boîtier.

Où acheter Le
Sony Alpha 7R V au meilleur prix ?
Note finale du test
9 /10
L’A7RV est incontestablement une réussite technique. Robuste et bien pensé, c’est un boitier qui permet d’opérer dans des registres et des conditions extrêmement diverses, avec un très haut niveau de qualité. Doté d’une qualité d’image superlative, c’est un boitier rapide, précis et étonnamment versatile. Son autofocus est très performant, son module de stabilisation fiable et le mode vidéo est très complet.

Notons néanmoins qu’il ne fait pas exception à la tendance généralisée à l’embonpoint dans la gamme hybride expert. Par ailleurs, son tarif élevé le met en concurrence direct avec une entrée de gamme moyen-format certes nettement moins polyvalente mais plus pointue pour certains usages.

Points positifs du Sony Alpha 7R V

  • Conception d’ensemble très étudiée

  • Qualité d’image superlative

  • Autofocus de compétition

  • Stabilisation 5 axes efficace

  • Ergonomie largement paramétrable

  • Qualité de la visée

  • Écran orientable et inclinable

  • Mode vidéo très complet

  • Double slot compatible CF express Type A

  • Robustesse

Points négatifs du Sony Alpha 7R V

  • Prix élevé

  • Encombrement en augmentation

  • Absence de format vidéo DCI (cinéma)