Test du Sony 65AG8 : un best-seller qui en a (un peu) sous le pied

Il veut « démocratiser » l’OLED

Sony KD-55AG8
7 /10

Note de la rédaction

La TV KD-55AG8 est le téléviseur BRAVIA OLED 4K d'entrée de gamme de Sony. Il utilise le processeur d'image X1 Extreme, avec la prise en charge HDR, y compris HDR10 et Dolby Vision. Il intègre l'OS Android TV avec l'assistant Google Assistant.

Où acheter le
Sony KD-55AG8 au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

 

Introduction

La gamme de téléviseurs AG8 regroupe les meilleures ventes du constructeur japonais sur le segment des produits Premium. Nous avons testé le KD-65AG8, la version 65 pouces de cet OLED qui offre à nouveau de belles prestations, menées par une main de maître : le processeur X1 Extreme. Tout n’est pas parfait pour autant... on vous dit tout.

En raison de la pandémie du coronavirus, l’Euro de football est, à l’heure où nous écrivons ces lignes, reporté à l’année prochaine. Pour autant, vous n’êtes pas sans savoir qu’à l’approche de ces grands événements sportifs, les constructeurs de télés en profitent pour mettre en place des opérations spéciales (ODR, etc.) et des promos sur leurs produits stars. Nous avons sollicité les marques pour tenter d’en savoir plus sur l’avenir de ces offres, et aucune n’est en mesure d’affirmer qu’elles seront totalement maintenues, ni même dans les volumes prévus initialement. Tous espèrent être en mesure d’assurer les animations spéciales autour des produits, si toutefois l’approvisionnement reprend son cours.

Et si remise il y a, ce KD-65AG8 devrait en profiter durant l’été. Devrait. Notez le conditionnel. Sony fait en effet partie des constructeurs à ne pas être en mesure de partager la moindre info – d’ailleurs, il ne communique jamais sur ces offres en avance. Toutefois, quelques indices nous mettent la puce à l’oreille. Rappelons que la gamme AG8 a pour vocation de démocratiser l’OLED chez Sony et que les dalles de grandes tailles (65 pouces et plus) seront privilégiées pour les promos.

C’est avec cette idée en tête – et aussi l’idée que l’AG8 est numéro des ventes sur la fin de l’année 2019 (selon Sony) – que nous avons demandé au constructeur de nous envoyer un modèle pour test. Rappelons que le KD-65AG8 intègre une dalle LG Display 10 bits 100 Hz et utilise le processeur Sony X1 Extreme pour tous les traitements d’image et qu’il est vendu 2600 euros environ.

Fiche technique

Modèle Sony KD-55AG8
Technologie d'affichage OLED
Définition Maximale 3840 x 2160 pixels
Taille de l'écran 55 pouces, 65 pouces
Compatible HDR HDR10
Ports HDMI 4
Compatible Surround Dolby Atmos
Nombre de haut-parleurs 4
Puissance des haut-parleur 40 watts
Sortie audio Optique
Système d'exploitation (OS) Android TV
Efficacité énergétique B
Dimensions 1229 x 727 x 290mm
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec un KD-65AG8 (65 pouces) fourni par Sony pour la durée des tests. Les mesures ont été réalisées avec une sonde X-Rite i1 Display Pro et le logiciel Calman Business de Portrait Display. 

Sony KD-65AG8 : design et ergonomie

En tant que modèle premium, l’AG8 soigne sa ligne avec un cadre fin et une sobriété appréciable, surtout si le modèle a vocation a être accroché au mur. Attention toutefois : le système audio Acoustic Surface – sur lequel nous reviendrons plus après – donne lieu à une épaisseur de 5 cm du bas du châssis.

Cadre fin et sobriété : une recette qui fonctionne

Cadre fin et sobriété : une recette qui fonctionne

N’imaginez donc pas que la dalle sera totalement plaquée au mur. Ajoutons que le revêtement brillant typique de ces dalles OLED reflète beaucoup la lumière ambiante et sublime aussi très bien les éventuelles traces de doigts.

Le pied du 65AG8 propose deux sens de montage pour deux hauteurs différentes

Mention spéciale pour le pied en aluminium qui, en fonction du sens dans lequel il est vissé au téléviseur, propose deux hauteurs différentes. La première permet de positionner le bas de la dalle assez près du meuble. L’autre, à l’inverse, surélève le KD-65AG8 afin qu’il soit possible de positionner une barre de son sans que cela ne masque partiellement l’image. Attention, il ne faut pas que celle-ci dépasse les 7 cm de hauteur toutefois.

Une télécommande complète qu’on aurait aimé plus « premium »

Une télécommande complète qu’on aurait aimé plus « premium »

Finalement, côté design et ergonomie, on ne peut pas reprocher grand-chose au téléviseur. En revanche, la télécommande ne profite d’aucune amélioration qui justifierait le fait qu’elle fait partie d’une offre premium. C’est dommage, le constructeur japonais n’a toujours pas envisagé de proposer des zappettes plus qualitatives, intégrant, pourquoi pas, des touches rétroéclairées.

Enfin, précisons également que les modèles AG8, ne disposent pas des micros en façade permettant de piloter Google Assistant à la voix. Il faut presser la touche dédiée de la télécommande. Plus contrariant, Sony n’a visiblement pas fait migrer son Android TV vers la version 9. Ici c’est une V8 qui tourne et il est assez difficile d’accepter que ce produit haut de gamme ne tourne pas sous la dernière version de l’OS. C’est dommage, car non seulement la version 9 est mieux optimisée que la V8, mais Sony y a ajouté un menu d’accès rapide à certaines fonctions que nous avions trouvé très pratique lors du test du Sony KD-75XG95.

Une qualité d’image impeccable (à l’œil)

Faut-il encore s’en étonner ? La qualité d’image de ce téléviseur est vraiment très bonne. Même si celui-ci est équipé d’une dalle OLED Ultra HD de précédente génération (2018/2019), l’image que produit ce panneau reste magique. Sa compatibilité HDR10, HLG et Dolby Vision vous permettra de profiter de l’essentiel de vos contenus avec une très bonne qualité. Attention toutefois, Sony ne propose pas le support du HDR10+ sur cette famille AG8.

Ce qui n’empêche pas ce 65 pouces de nous en mettre plein les yeux à la lecture de nos Blu-ray ou de nos séries de référence sur Netflix et Amazon Prime Video. Naturellement, meilleure est la source et meilleur est le résultat, mais on retrouve rapidement les principales forces du processeur X1 Extreme. MotionFlow XR, technos live colour ou Super Bit Mapping… tout est là pour améliorer vos images, du contraste à la fluidité (point trop n’en faut !) jusqu’au « détourage » des éléments de l’image.

La qualité d’image est surprenante et force cette impression d’avoir une image Ultra HD très détaillée, même avec une source dégradée. Merci l’upscalling qui est lui aussi géré de main de maître par le processeur X1 Extreme et qui certains programmes de la TNT plus supportable sur cette taille d’écran (165 cm de diagonale). La dynamique de l’image est saisissante en raison de ces contrastes infinis et d’une bonne luminosité. Bonne, mais pas exceptionnelle désormais. En effet, nous avons mesuré un pic à 600 cd/m² environ, là où beaucoup de dalles OLED de même génération, telle que celle qui équipe le Philips OLED984, dépassent les 800 cd/m² (le test complet arrive bientôt).

Pour autant, lors de nos tests même si la luminosité ne nous a jamais vraiment fait défaut, il faut avoir cela en tête. N’oublions pas non plus que la dalle brille beaucoup et que, si le TV est exposé aux reflets dans la configuration de son installation, vous pourriez regretter l’absence de ce surplus de luminosité.

Sony Acoustic Surface donne de la voix

La gamme Sony AG8 est équipée du système Acoustic Surface Audio. Une technologie qui consiste à faire vibrer la dalle à l’aide « d’actionneurs » (comme les appelle Sony), pour diffuser le son sur toute la surface de l’écran. En l’occurrence ici, le KD-65AG8 intègre dans son châssis, deux tweeters et deux médiums qui font vibrer la dalle pour produire un son de relativement bonne qualité. Sur cet AG8, Sony s’est visiblement surtout assuré que la restitution soit équilibrée entre les effets sonores et la mise en avant des voix. Un menu permet de booster artificiellement les voix, sauf que l’efficacité de cette fonction est discutable – en tout cas sur les contenus que nous avons visionnés.

 

Même si Sony intègre plusieurs tweeters et des médiums, l’ensemble n’assure pas une large plage dynamique. Nous n’avons pas d’outils pour mesurer la réponse en fréquence du système, mais le rendu plutôt timide des basses est flagrant. D’ailleurs, aucun des modes proposés par Sony (standard, dialogue, cinéma, musique ou sport) ne met en avant une restitution plus flatteuse sur ce sujet. Il est toujours possible de jouer un peu avec l’égaliseur, mais ce n’est pas franchement mieux. La preuve que le choix des voies n’a pas été porté sur les basses et que l’ajout d’un caisson ou d’un système Hi-Fi fera une grosse différence. Ne soyons pour autant pas trop sévère envers ce système qui constitue une solution valable pour les programmes du quotidien.

La calibration OLED made by Sony

Côté calibration de l’image, notre sonde montre une nouvelle fois que Sony se positionne parmi les bons élèves, mais malheureusement pas les meilleurs. Comme toujours chez le constructeur japonais, l’image est calibrée sur une température un peu froide, avec une dominance du bleu. En l’occurrence, sous le meilleur des modes, à savoir « cinema pro », nous avons mesuré une température de référence de 6937 K, soit un peu au-delà des 6500 K idéals.

La dominante de bleu permet de booster artificiellement la luminosité

La dominante de bleu permet de booster artificiellement la luminosité

Un choix de calibration qui impacte forcément la suite des mesures. Car si nos yeux se laissent volontiers charmer par le rendu de cette impressionnante dalle OLED, la sonde est impartiale. On mesure ainsi un Delta E 2000 qui frôle un très bon score avec une note de 3,6 sur le standard REC709 qui correspond aux contenus SDR. On avoisine donc le score de 3 à partir duquel l’œil humain ne fait plus la différence dans la fidélité des couleurs avec l’image source.

La mesure de Delta E est convenable, mais en deçà de la concurrence

La mesure de Delta E est convenable, mais en deçà de la concurrence

En revanche, que ce soit sous les modes Expert ou Cinema Pro de ce KD-65AG8, la fidélité se dégrade avec des contenus HDR où la mesure affiche désormais un Delta E2000 de 4,5 sur l’espace colorimétrique DCI-P3 où les tonalités sont plus vives.

En revanche, précisons que Sony s’en sort honorablement sur la couverture de ce même espace colorimétrique avec des mesures qui indiquent une reproduction de 91 % du DCI-P3 et 70 % du volume REC.2020 environ. Il va sans dire que l’espace REC709 est couvert à 100 %.

 

Avis aux joueurs, Sony n’a visiblement pas négligé la calibration du mode jeu dont la fidélité des couleurs est proche de celle délivrée par les modes experts et cinéma pro. En mode jeu, les traitements “cinématographiques” sont désactivés pour booster le temps de réaction de la dalle et donc sa fluidité. Fluidité que nous avons pu vérifier au cours de quelques parties sur PS4 Pro… et qui ne nous a pas franchement gênées. Peut-être sont-ce nos titres qui n’étaient pas assez gourmands, car une mesure n’est carrément pas favorable à ce téléviseur.

En effet, ce Sony ne s’inscrit pas parmi les meilleurs sur la mesure « d’input lag », le fameux retard à l’affichage. Sur cet AG8, nous avons mesuré 47,2 ms, ce qui est loin d’être une référence… C’est même décevant par rapport à Samsung QLED QE65Q85R qui affiche 14 ms ou encore le LG OLED55E9 qui détient le record avec 12 ms et qui est équipé d’une dalle de même génération que ce Sony.

Plus concrètement, cette mesure qui traduit un décalage d’un peu moins de trois images par seconde entre la source et l’affichage à l’écran est à prendre avec un peu de recul. D’abord parce que l’essentiel reste le temps de réponse de la dalle et il est excellent sur un panneau OLED. Mais aussi parce que les problèmes liés à un input-lag trop élevé ne sont vraiment notables que si la valeur côtoie (ou dépasse) les 55/60 ms. Pour autant, Sony fait moins bien.

Une calibration rapide, ça vous dit ?

À croire que nous avons pris goût à consacrer quelques minutes à la calibration des dalles à l’occasion de nos tests de télé. Nous partagions ainsi quelques recommandations dans notre test du Philips The One 58PU7304. Du coup, avec le potentiel de ce KD-65AG8, difficile de ne pas s’y aventurer. Comme pour les autres modèles, il est important que vous sachiez que d’une dalle à l’autre, le résultat peut ne pas être exactement le même. Quoi qu’il en soit, saisir les paramètres que nous allons partager avec vous ne vous prendra pas plus de cinq minutes et si d’aventure le résultat ne vous convient pas, vous pourrez toujours réinitialiser le tout.

Pour rappel, la mesure du point blanc en mode cinema pro

Pour rappel, la mesure du point blanc en mode cinema pro

Oui, réinitialiser, car pour nous faciliter la calibration, nous sommes partis du mode qui présentait de base les meilleurs résultats, à savoir le mode “cinema pro”. Après la mesure du point blanc, on constate très bien ce que nous disions plus haut dans notre test, à savoir que la dalle force sur le bleu. Pour améliorer le tout, il faut se rendre dans les paramètres d’images, puis sélectionner “réglages avancés, couleurs, température de couleur avancée”. Là, changez les valeurs de gain à -1 pour le rouge, le vert reste au max et -6 pour le bleu. Les polarisations R, V, B doivent être respectivement sur 0, 6 et 1. Validez et faites-vous une idée avec vos contenus.

Il n’est pas dit que vous perceviez la moindre différence tant ce téléviseur délivre, de toute façon, une belle qualité d’image en raison de ses traitements et aussi par le fait qu’il s’agisse d’un OLED. Mais les nouvelles mesures ci-dessus parlent d’elles-mêmes. D’un Delta E 2000 à 3,6 en REC 709 on atteint la perfection avec un score de 1,34 qui témoigne d’une grande fidélité colorimétrique, tout en conservant la luminosité de la dalle à 220 cd/m² sur le point blanc. Franchement, pourquoi se priver ?

Prix et disponibilité du Sony KD-65AG8

Le Sony KD-65AG8 est disponible en France au prix conseillé de 2599 euros. Le modèle de 55 pouces (55AG8) est lui disponible pour 1799 euros.

Où acheter le
Sony KD-55AG8 au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

Note finale du test
7 /10
Le Sony KD-65AG8 doit l’essentiel de ses qualités à un très bon processeur de traitement d’image et d'une dalle OLED qui, bien que moins lumineuse et moins fidèle, assure réellement le spectacle. Grâce à cela, tous les types de programmes sont très agréables à regarder.

On regrette toutefois que Sony n’ait pas mis à jour le logiciel de son téléviseur. Un minimum de suivi logiciel est exigé sur un produit à un tel tarif - et cette évolution aurait pu porter la note à 8/10. D'ailleurs, c'est bien le prix en boutique qui fera que vous craquerez pour ce modèle Sony plutôt qu'un LG OLED65E9... ou inversement. Rendez-vous cet été pour savoir si les promos sont maintenues.
Points positifs
  • La qualité des traitements du processeur
  • Le design sobre et réussi
  • Le système Acoustic Surface Audio
  • La bonne colorimétrie du mode jeu
Points négatifs
  • La calibration qui aurait pu être meilleure
  • Le retard à l’affichage
  • Pas de mise à jour vers Android TV 9

Les derniers articles

  • Test du Dell XPS 15 2020 : une machine sublime

    Dell

    Test du Dell XPS 15 2020 : une machine sublime

    11 août 202011/08/2020 • 20:00

  • Tesla dément travailler sur une montre connectée

    Tesla

    Tesla dément travailler sur une montre connectée

    11 août 202011/08/2020 • 15:35