Rachat de Crunchyroll par Sony : devenir le roi des animes ne sera pas si simple

 

Après avoir annoncé le rachat pour plus d'un milliard de dollars de Crunchyroll, Sony pourrait être inquiété par la justice américaine qui craint que l'empire de l'animation japonaise créé par l'entreprise nippone nuise à la concurrence loyale.

L'Attaque des Titans

L’anime L’Attaque des Titans

Dans One Piece, Monkey D. Luffy veut devenir le roi des pirates. Dans le vrai monde, Sony veut devenir le roi des animes japonais. Pour ce faire, la firme a annoncé fin 2020 avoir racheté Crunchyroll à un prix dépassant le milliard de dollars. Mais la justice américaine, craignant un monopole dangereux pour la concurrence, pourrait empêcher la transaction d’être menée à son terme.

Crunchyroll est l’une des plateformes SVoD les plus populaires au monde pour les amateurs d’animation japonaise : 3 millions d’abonnés payants et 90 millions d’utilisateurs réguliers à travers la planète. Et Sony n’est également pas novice dans le secteur, loin de là.

Sony est en effet propriétaire de Funimation, une entreprise aux nombreuses filiales spécialisées dans le manga et les animes japonais parmi lesquelles on trouve par exemple le service Wakanim. De son côté, Crunchyroll édite aussi d’autres plateformes du même genre comme Anime Digital Network en France (ADN) — au travers de la société Viz Media Europe.

Un empire qui inquiète la justice américaine

Avec ce rachat, Sony deviendrait propriétaire de Crunchyroll et ADN en plus de Wakanim. Et nous ne citons là que des services connus en France. Les ambitions de Sony paraissent claires : créer un empire écrasant toute concurrence dans le secteur des animes japonais.

C’est justement la raison pour laquelle les autorités américaines auraient étendu leur examen de la transaction afin de détecter d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles. Plus précisément, le département de la Justice des États-Unis cherche à savoir si l’accord limite les options des studios japonais souhaitant distribuer des émissions sous licence aux États-Unis.

Contrôler l’industrie

L’ancien propriétaire de Crunchyroll — WarnerMedia, filiale d’AT&T — et Sony se défendent en expliquant au ministère américain qu’il existe de nombreuses options pour les créateurs d’anime souhaitant distribuer leurs émissions en dehors du Japon. Il leur faudra se montrer convaincants dans leurs arguments.

Au-delà de ça, les activités de Crunchyroll et Funimation ne se limitent pas seulement au streaming de contenus vidéo. L’édition de mangas papier et l’organisation de conventions font aussi partie de leurs portefeuilles. C’est une véritable mainmise sur toute l’industrie que pourrait avoir Sony.

Il existe une multitude de plateformes pour regarder des animes légalement sur le web. Difficile parfois de s’y retrouver. Nous vous proposons ici d’en découvrir un certain nombre, avec leurs avantages et inconvénients.
Lire la suite

Les derniers articles