Tesla : pourquoi sa Gigafactory 3 constitue une étape clé pour son développement international

Tesla entre dans une nouvelle dimension

 

À quelques heures du passage à l’an 2020, le fabricant Tesla est parvenu à livrer ses toutes premières Model 3 sorties de sa Gigafactory de Shanghai. Un moyen pour la multinationale américaine de préparer comme il se doit la décennie à venir, probablement marquée par un intense développement au sein du marché asiatique.

« Nous avons fini par considérer qu’une heure signifiait en réalité un jour ou deux, et que si Elon disait une journée, il fallait compter une semaine ou deux » : cette déclaration signée Jim Ambras, responsable de l’ingénierie chez Zip2 (start-up créée par Elon et Kimbal Musk en 1995) et tirée de la biographie Elon Musk. Tesla, Paypal, SpaceX : l’entrepreneur qui va changer le monde (page 68) en disait long sur le personnage aux objectifs très ambitieux.

Ainsi, lorsque le fondateur de Tesla s’est alors fixé le Nouvel An chinois 2020, soit le 25 janvier, comme échéance maximale pour livrer les premières Model 3 issues de la Gigafactory 3, sise à Shanghai, la perplexité était de mise. D’autant plus que le groupe californien a reçu l’aval des autorités locales en juillet 2018 seulement pour débuter la construction de son usine. Autant dire que le délai était serré.

C’est Noël après l’heure

Mais les années 90 et 2000 font partie du passé. Et depuis, l’entrepreneur d’origine sud-africaine a changé. Tant et si bien que ses prévisions ont été respectées à la lettre. Mieux : son troisième site industriel a même de l’avance, puisque les quinze premières Model 3 ont en effet été livrées en ce lundi 30 décembre 2019 à des employés chinois de la société.

Cet investissement de deux milliards de dollars marque une étape importante dans le développement international de Tesla. En premier lieu, le constructeur possède sa propre Gigafactory sur l’un des plus importants, voire le plus important marché au monde. Plus question, désormais, de transporter des centaines de véhicules depuis les États-Unis. L’ensemble des processus de fabrication sera réalisé sur place, lorsque les livraisons s’effectueront dans un délai bien plus court.

À l’assaut du marché asiatique

Conséquence : les taxes d’importation disparaîtront, et le prix des Model 3 chinoises devrait ainsi chuter au cours des prochaines années. Selon des sources proches du dossier citées par Bloomberg, les Model 3 pourraient à l’avenir subir une baisse tarifaire de 20 % en raison des composants automobiles fournis par des entreprises locales, et non plus externes. Bref, l’année 2020 s’annonce intense et probablement lucrative, bien que des concurrents nationaux comme NIO et Xpeng Motors se tiennent prêts pour la bataille.

En termes de production, la firme d’outre-Atlantique serait déjà en mesure d’assembler 1000 véhicules par semaine. Mais Elon Musk voit plus grand et espère en construire jusqu’à 3000, pour un total de 150 000 Model 3 conçues au cours du cru 2020. En plus de s’offrir une source de production au cœur de l’Empire du Milieu, Tesla se donne l’opportunité de s’implanter dans d’autres pays asiatiques. Il ne serait d’ailleurs pas étonnant que M. Musk se fende d’annonces en ce sens au cours des prochains mois.

La « Gigafactory » allemande sera aussi efficace que la « Gigafactory » chinoise. Tesla prévoirait d’y concevoir 500 000 véhicules par an.
Lire la suite

Les derniers articles