Tesla : l’Autopilot 100 % autonome sera prêt d’ici 6 à 10 semaines promet Elon Musk

Mais pas en France

 

Déjà annoncé il y a plusieurs mois, l’Autopilot 100 % autonome devrait enfin débarquer dans les véhicules de Tesla. Elon Musk promet que la technologie sera prête d’ici 6 à 10 semaines.

voiture autonome

Tesla se dit prêt à mettre ses voitures 100 % autonomes d’ici 6 à 10 semaines

Full Self Driving (FSD). Voilà le nom donné par Elon Musk au système 100 % autonome de ses Tesla. Alors qu’il annonçait un déploiement rapide il y a quelques mois, le trublion de l’automobile a préféré revoir sa copie, insatisfait du résultat — mais toujours en promettant que cela se ferait bientôt. Quelques mois plus tard et aidé de son armée d’ingénieurs, Elon Musk teste lui-même une toute nouvelle version de son Full Self Driving sur les routes californiennes, État dans lequel la conduite entièrement autonome est autorisée.

Cette fois, c’est la bonne. Visiblement heureux des premiers résultats, Elon Musk promet l’arrivée de son système 100 % autonome d’ici six à dix semaines, le temps de peaufiner les derniers réglages. Le rêve de véhicules capables de conduire seuls deviendrait donc réalité. Le milliardaire déclare ce qui suit.

L’amélioration du FSD constitue un pas de géant, car c’est une réécriture fondamentale de son architecture, pas seulement l’implémentation d’une correction. Je roule avec la version alpha développée dans ma voiture. Je ne touche quasiment à rien entre la maison et le travail. La sortie limitée est prévue dans six à dix semaines.

Le pilotage entièrement automatique pour la fin de l’année, mais pas en France

Si le FSD est si important aux yeux d’Elon Musk, c’est parce qu’il avait promis de déployer une flotte de plus d’un million de Robotaxi d’ici la fin de l’année 2020. Les contretemps dans le développement de l’outil ont donc fait prendre du retard au patron de Tesla. Pas de quoi émousser son éternel optimisme (ou déni ?) pour autant. Elon Musk annonce en effet que les délais peuvent être tenus. Il explique :

Je pense que c’est fondamentalement bien meilleur que ce que les gens imaginent. C’est incroyable, je n’ai pas besoin d’intervenir en dépit de chantiers de constructions et de situations très diverses. C’est pour cela que je suis confiant quant au fait que la fonctionnalité de pilotage entièrement automatique sera prête à la fin de cette année, car je conduis déjà avec.

Reste maintenant à convaincre les autorités de laisser circuler des véhicules 100 % autonomes. Si la Californie figure parmi les rares États américains à les accepter sur ses routes, les législations dans d’autres pays sont bien moins souples. En France par exemple, la conduite 100 % autonome est strictement interdite. Pour le moment.

Les derniers articles