Model S Plaid : comment Tesla améliore son autonomie tout en réduisant la taille de sa batterie

 

Si Tesla est généralement discret sur la capacité énergétique de ses batteries, le média MotorTrend peut semble-t-il confirmer celle de la Model S Plaid. Et tout porte à croire qu’elle embarque un accumulateur plus petit que sa prédécesseur… pour une autonomie plus grande. Tout est une histoire d’optimisation.

Source : Taneli Lahtinen via Unsplash

Source : Taneli Lahtinen via Unsplash

Dans le domaine des voitures électriques, Tesla est l’un des meilleurs constructeurs — si ce n’est le meilleur — pour optimiser ses véhicules, et tout particulièrement leur autonomie. Les derniers articles signés MotorTrend et Electrek tendent à renforcer cette supériorité au regard de nouveaux éléments publiés sur la Model S Plaid.

MotorTrend a en effet eu un accès exclusif — mais très encadré par Tesla — à la berline électrique nouvelle génération, qui a le droit à un groupe motopropulseur — composé de trois moteurs sur le nouveau modèle. La firme californienne s’est empressée de communiquer dessus en mettant notamment en exergue ses temps d’accélération, pour le moins affolants.

Des écarts d’autonomie qui se creusent

En revanche, Tesla se montre toujours discret quant à la capacité énergétique des batteries installées dans ses voitures. Sauf qu’ici, MotorTrend affirme haut et fort que la Tesla Model S Plaid 2021 embarque un accumulateur de 100 kWh, contre 104 kWh sur sa prédécesseur Model S Performance, d’après les données de l’EPA relayées par Electrek.

La nouvelle Tesla Model S Plaid

La nouvelle Tesla Model S Plaid // Source : Tesla

Pour rappel, l’EPA est l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis. Via son protocole FTP-75, elle estime notamment l’autonomie des voitures électriques. D’après le configurateur américain de Tesla qui se base sur les chiffres de l’EPA, la Model S Plaid revendique un rayon d’action de 390 miles (627 km).

Pour retrouver l’autonomie de sa prédécesseur, la Model S Performance, il suffit de jeter un œil aux fichiers (ici) de l’organisme américain, qui lui attribue une endurance de 348 miles (560 km). En clair, la berline nouvelle génération posséderait dans l’idée une batterie légèrement plus petite, mais bien plus performante en termes d’autonomie — de 42 miles exactement (67 km).

L’art d’optimiser à la Tesla

Et c’est là que le savoir-faire de Tesla entre en jeu. Le constructeur est un maître de l’optimisation et parvient à ajuster de nombreux éléments techniques pour exploiter tout le potentiel de ses automobiles. Ici en l’occurrence, les équipes d’Elon Musk ont réalisé des avancées sur le groupe motopropulseur et les performances aérodynamiques.

Un grand travail a également été effectué sur le système de refroidissement. Une batterie légèrement plus petite est donc aussi plus légère, impactant de facto l’autonomie du véhicule. Mis bout à bout, toutes ces améliorations augmentent, mine de rien, l’autonomie de plusieurs dizaines de kilomètres. L’art d’optimiser à la Tesla.

Lors de l’événement de lancement dédié à la Tesla Model S Plaid, Elon Musk a présenté une refonte de l’habitacle. Voici les principaux changements à retenir.
Lire la suite

Les derniers articles