Essai du Rider 3000W 2021 : un scooter électrique 50cc à l’autonomie impressionnante

Scooter Electrique • 2021

Points positifs du Rider 3000W
  • Belle autonomie
  • Batterie amovible
  • Bon freinage
  • Design rétro
  • Marche arrière
Points négatifs du Rider 3000W
  • Finition moyenne
  • Inconfortable avec un passager
  • Peu d'espace sous la selle
  • Batterie lourde et sans roulettes
  • Écran peu lisible
 

Introduction

Avec son autonomie allant jusqu’à 85 km et sa batterie amovible, le Rider 3000W convient à la plupart des usages urbains. Nous l'avons testé, voici notre verdict.

Rider 3000W

Source : Anthony Wonner – Frandroid

Rider 3000W 2021Introduction

Lorsque l’on aborde le sujet des scooters électriques, de nombreuses marques sont encore peu connues. C’est notamment le cas de Rider, qui est en vérité une marque créée en 2018 par Go2roues, une chaîne de boutiques spécialisée dans la vente de scooters électriques. En effet, leur expertise et leur proximité des clients en tant que point de vente leur ont permis de développer un scooter en fonction de leurs besoins. La mobilité électrique étant un sujet qui prend de l’importance, nous allons voir si le Rider 3000W répond aux exigences de clients en quête de mobilité urbaine.

Le Rider 3000W est un modèle relativement basique, offrant comme son nom l’indique un moteur de 3000W, équivalent à 50cc. Son principal atout, en plus de son design « rétro », est notamment son autonomie avoisinant les 80 km sur une seule charge.

Rider 3000W 2021Fiche technique

Modèle Rider 3000W 2021
Cylindrée Équivalent 50
Puissance du moteur 3 kW
Couple maximal 95 Nm
Technologie de la batterie Li-Ion
Autonomie indiquée 85 km
Temps de recharge annoncé 300 minutes
Batterie amovible Oui
Nombre d'emplacements de batteries 1
Poids de la batterie 18 kg
Bluetooth Inconnu
GPS Inconnu
Écran Electronique Oui
Dimensions 114 x 68 x 190 cm
Permis AM
Couleur Noir, Blanc, Vert
Prix 3 190 €
Fiche produit

Ce test a été effectué à partir d’un modèle prêté par Go2roues.

Rider 3000W 2021Design

L’apparence du Rider 3000W ne laisse pas indifférente. La marque a en effet fait le choix de s’inspirer du style Vespa, assez populaire en France, le plaçant même en tête des ventes de la boutique Go2roues. La palette de couleurs permet d’affirmer encore plus son style, allant du noir mat ou noir brillant pour les adeptes de sobriété ou turquoise et beige pour les amoureux du design rétro.

Malheureusement, malgré une esthétique soignée, les finitions sont dans la moyenne basse. En effet, certains plastiques du carénage sont de piètre qualité. Par exemple, la vitre protégeant l’écran du compteur semble sujette aux rayures et reflète beaucoup trop le soleil. Quant au joint de la selle, il a tendance à s’enlever lorsque l’on retire la batterie.

Le gabarit du scooter reste relativement compact, avec des dimensions de 190 x 68 x 113 cm. Avec seulement 84 kg sur la balance, le Rider 3000W est relativement léger, mais attention, il faut ajouter les 18 kg de batterie pour obtenir le poids en circulation, dépassant de peu les 100 kg. Les dimensions et le poids rendent le scooter confortable, surtout si vous n’êtes ni trop grand, ni trop lourd.

L’assise est basse, à l’instar de nombreux scooters urbains, et est agréable sur revêtement plat. Les choses se compliquent dès que l’on roule sur des pavés ou ralentisseurs, sans parler des nids de poule, qui seront à proscrire si vous tenez à votre dos.

Les choses se corsent dès lors que l’on est amené à transporter un passager. En effet, le confort devient alors rudimentaire : il est impossible de garder les bras tendus pour le conducteur. Le pilote autant que le passager sont mal installés. Bien que des repose-pieds escamotables soient incluent de série, les pieds du passager frottent contre les jambes du conducteur, ce qui est loin d’être agréable pour celui-ci.

Pour faire simple, le Rider 3000W permet de transporter occasionnellement un passager, mais il n’est clairement pas fait pour être systématiquement à deux dessus.

Une fois assis, les manettes sont bien positionnées et les freins tombent facilement sous la main. L’avertisseur sonore et les clignotants sont accessibles et la possibilité de faire un appel de phares (mode pass) est appréciable. Un bouton dédié à la marche arrière est également présent sur la gauche, mais il tombe trop facilement sous le pouce et je me suis retrouvé à démarrer en marche arrière plusieurs fois, même si j’ai fini par m’y habituer.

Sur la droite, on retrouve les warnings, un coupe-circuit et un bouton de démarrage, comme sur un scooter thermique. Un interrupteur permet enfin de basculer entre les modes « Low » et « High », même si je ne m’en suis que très peu servi — nous verrons pourquoi un peu plus bas.

L’écran est quant à lui trop simpliste et mal fini : Il est à peine lisible en plein soleil et n’indique que le strict minimum, à savoir la vitesse, le mode (1 pour Low et 2 pour High), l’odomètre et le niveau de batterie restant. Celui-ci est d’ailleurs assez mal pensé, car les barres se déchargent de gauche à droite, et non de droite à gauche comme la plupart des interfaces.

Ne vous attendez pas non plus à retrouver l’heure ou la température sur cet écran, ces informations ne sont tout simplement pas disponibles. Enfin, le rétroéclairage de l’écran est mal pensé, puisqu’il a tendance à éclairer les voyants de batterie faible et ceux des pleins phares, laissant penser qu’ils sont allumés alors qu’ils ne le sont pas.

Terminons enfin par les rangements. L’espace sous la selle est très décevant, puisque mon casque jet de taille standard n’y rentrait pas — j’ai pourtant une petite tête. Il faudra donc soit le conserver sur soi, ou opter pour un demi-jet ou casque bol. Rider se rattrape un peu grâce à la boîte à gants verrouillable qui est assez spacieuse et offre une prise USB-A, permettant ainsi de charger son téléphone sur le trajet.

Malheureusement, il n’y a pas de passe-câble permettant d’utiliser son téléphone pendant la recharge en utilisant un support. Le crochet installé de série permet également de compenser ce manque d’espace afin de transporter un sac entre les jambes sans trop d’encombres.

Rider 3000W 2021Conduite

Le Rider 3000W offre un démarrage sans clé, permettant de l’allumer et l’éteindre en utilisant la télécommande. Bien que ce mode soit pratique, il ne permet pas d’ouvrir la selle, ce qui vous obligera à introduire la clé comme sur un scooter classique. De même, le démarrage n’est pas mains libres, et il vous faudra tout de même sortir la télécommande de votre poche pour allumer l’engin.

Le scooter offre deux modes de puissance : le mode Low limite la vitesse à 30 km/h et permet d’économiser la batterie. Mais il il reste peu pratique, même à Paris. Je suis ainsi resté sur le mode High pendant la quasi-totalité de l’essai, qui permet de bénéficier de l’intégralité de la puissance du scooter et de plafonner à 45 km/h. Peu importe le mode choisi, le Rider 3000W reste extrêmement silencieux, ce qui est un vrai plaisir sur la route.

Rider 3000W

Source : Anthony Wonner – Frandroid

Le moteur de 3000W offre une accélération respectable, surtout pour un équivalent 50cc. Cependant, celle-ci donne parfois une impression d’incohérence : le scooter peut accélérer avec des à-coups assez inconfortables lorsqu’on ralentit, alors qu’il est assez agréable au démarrage après un arrêt complet.

Nous avons testé le Rider 3000W à Paris dans les bouchons et force est de constater qu’il se faufile facilement et se prend très rapidement en main. Le design des rétroviseurs peut parfois poser problème en interfile : il faudra donc faire attention à ne pas frôler les voitures avoisinantes.

Sa position basse lui permet d’être stable et, même si notre test en plein juillet ne nous a pas permis de le tester sur chaussée mouillée, le scooter ne dérape pas et reste précis, même sur les pavés parisiens. En revanche, il faudra rester vigilant dans les virages et ne pas trop le pencher.

Rider 3000W

Source : Anthony Wonner – Frandroid

Le freinage est quant à lui précis, efficace et produit ce doux bruit de récupération d’énergie. Même en freinant tard à un feu rouge, il reste stable et freine bien. Un système de sécurité bloque l’accélération au freinage, ce qui est contraignant en pratique. Par exemple, lorsque le véhicule devant vous n’avance pas assez vite et que vous freinez, le scooter n’accélère pas de suite car vous effleurez encore la manette de freins.

Le Rider 3000W est facile à garer et la marche arrière est loin d’être un gadget, non pas parce qu’il est lourd, mais de par la petitesse des places parisiennes : j’ai pu enfourcher le scooter et l’extraire en marche arrière alors que j’aurais eu bien du mal à le débéquiller normalement. C’est appréciable et cela permet de gagner du temps.

Rider 3000W

Source : Anthony Wonner – Frandroid

Terminons par les phares : en agglomération, ils font l’affaire. Ils ne sont pas très puissants et ne seront pas rassurants sur une route mal ou pas éclairée, même en pleins phares. C’est dommage, surtout qu’ils contrastent avec les clignotants à LEDs qui se voient bien et ajoutent un aspect moderne au design.

Rider 3000W 2021Autonomie et recharge

L’autonomie est le point fort du Rider 3000 W. Le constructeur promet jusqu’à 85 km pour les poids plumes en mode Éco. Dans la réalité, le mode High permet d’obtenir environ 50 km d’autonomie, ce qui est très proche des chiffres annoncés par le fabricant. Ainsi, selon vos déplacements, une simple charge vous permettra d’utiliser le scooter sur trois jours, voir une semaine, ce qui est particulièrement pratique et respectable sur un tel produit.

Pour ce qui est de la charge de la batterie, celle-ci est amovible et peut être rechargée en la branchant sur une prise secteur classique grâce à l’adaptateur fourni, ce qui prendra environ 5 heures. Ce dernier est assez bruyant pendant la charge à cause de la ventilation intégrée, il n’est donc pas des plus recommandables si vous vivez dans un studio. Autre problème, la batterie est particulièrement lourde avec ses 18 kg et doit être portée à bout de bras, ce qui est extrêmement contraignant si vous n’avez pas d’ascenseur ou de place à proximité de votre logement.

Par ailleurs, bien que le Rider 3000W soit équipé d’une alarme, celle-ci ne fonctionne pas si la batterie est retirée pour être chargée, puisqu’il ne dispose pas de batterie alternative. Certes, sans batterie le risque de vol est minime, mais c’est tout de même dommage puisque l’on peut imaginer qu’un vol ou un acte de vandalisme sont plus susceptibles de survenir la nuit, quand la batterie est retirée pour être rechargée.

Le scooter mise sur l’aspect pratique, notamment en offrant une autonomie respectable et une simplicité de rechargement. Malheureusement, cette dernière aurait pu être plus travaillée, par exemple en divisant la batterie en deux modules ou en y ajoutant des roulettes, à l’instar du Seat Mó eScooter 125.

Rider 3000W 2021Prix et disponibilité

Terminons par l’aspect financier. Hors bonus, le Rider 300W coûte 3 190 euros, ce qui reste correct au vu de son autonomie, mais avoisine le prix d’un équivalent 125 thermique. Heureusement, ce scooter bénéficie de nombreux bonus, à compenser par une remise de 720 euros partout en France, réduisant ainsi son prix à 2 470 euros.

Les Parisiens bénéficieront en plus d’un bonus de 400 euros, ramenant le prix final à 2 070 euros, ce qui est intéressant au vu des économies de carburant et de stationnement. Enfin, certains professionnels pourront également bénéficier d’un bonus de 2 620 euros sous certaines conditions, rendant le prix du scooter dérisoire.

Le Rider 3000W reste donc abordable, notamment au vu de la puissance de son moteur et de son autonomie. Pour ce prix, le scooter vous est fourni nu, c’est-à-dire sans accessoires, top case, ou autres. L’alarme est en revanche de série, tout comme le démarrage sans clé.

Note finale du test
7 /10
Le Rider 3000W reste un bon choix si vous recherchez un équivalent 50cc offrant une bonne autonomie, une recharge à domicile grâce à la batterie amovible, un freinage rassurant et d'agréables accélérations. La marche arrière et le design rétro font aussi partie de ses points forts.

Son prix reste correct, mais certains aspects ne sont pas travaillés (finition à peaufiner, espace sous la selle trop réduit) et le scooter reste en somme très basique. Enfin, si vous êtes souvent amené à vous déplacer à deux, passez votre chemin, ce scooter n'étant pas fait pour transporter confortablement un second passager.

Sachez enfin qu’il existe une version 5000W du même scooter, équivalent à 125cc. Bien qu’il soit plus puissant et à peine plus cher que le Rider 3000W, ses dimensions sont identiques… et laissent craindre les mêmes petits défauts observés sur notre protagoniste du jour.

Points positifs du Rider 3000W

  • Belle autonomie

  • Batterie amovible

  • Bon freinage

  • Design rétro

  • Marche arrière

Points négatifs du Rider 3000W

  • Finition moyenne

  • Inconfortable avec un passager

  • Peu d'espace sous la selle

  • Batterie lourde et sans roulettes

  • Écran peu lisible

Les derniers articles