Pourquoi la vitesse maximale des voitures électriques est bridée ?

Reines du 0 à 100 km/h, les voitures électriques ne le sont plus quand il est question de vitesse de pointe.

 

Certains modèles dépassent péniblement les 150 km/h en vitesse maximale. Est-ce simplement une question d'utilité étant donné que les routes sont rarement limitées au-delà, ou bien y a-t-il une explication technique ?

En regardant les fiches techniques des voitures électriques, vous vous êtes certainement déjà demandé pourquoi leurs vitesses maximales n’étaient pas forcément aussi élevées par rapport à celles des voitures thermiques. Plusieurs explications peuvent nous venir en tête, notamment celle liée à la sécurité puisque, dans de nombreux pays aujourd’hui, la vitesse maximale autorisée n’excède pas les 130 km/h. En excluant évidemment certaines portions illimitées des autoroutes allemandes. Mais ce n’est pas lié à ça, du moins pas directement.

Les raisons sont-elles liées au groupe motopropulseur des voitures électriques ? La réponse est oui. Mais à quel niveau ? Effectivement, toujours selon les fiches techniques, en dehors de la vitesse maximale, les données entre les voitures électriques et thermiques d’une puissance et d’un segment équivalents sont quasiment similaires. Les données peuvent même être parfois à l’avantage de la voiture électrique, notamment au niveau des accélérations où le 0 à 100 km/h est souvent abattu en quelques secondes de moins, notamment grâce au couple du moteur électrique, disponible instantanément.

Une question de rendement ?

L’un des nombreux avantages de la voiture électrique, c’est sa simplicité technique. Elles peuvent, par exemple, se passer de boîte de vitesses. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’un moteur électrique offre un couple maximal dès le démarrage et peut atteindre une vitesse suffisamment élevée pour garantir une plage d’utilisation suffisante sur un seul rapport. Certains constructeurs, toujours à la recherche de performances, comme Porsche par exemple, ont greffé une boîte de vitesses à deux rapports au sein de leur produit afin d’étendre la plage d’utilisation du moteur et offrir plus d’agrément, mais aussi plus de performances.

Quand vous utilisez votre voiture électrique à haute vitesse, et à mesure que le régime du moteur augmente, vous avez certainement noté que le rendement de ce dernier devient un peu moins régulier. En d’autres termes, l’efficacité énergétique a tendance à être moins bonne. Sans compter que la consommation augmente de façon assez spectaculaire, ce qui n’est pas forcément bon par les temps qui courent, notamment en France, où le maillage en stations de recharge est encore assez confidentiel en prévision de la croissance attendue des ventes de voitures électriques.

C’est pour cette raison que le régime moteur est souvent limité, électroniquement la plupart du temps, à des valeurs plus basses. D’une manière générale, toutes les voitures électriques commercialisées aujourd’hui sont capables d’aller jusqu’aux vitesses maximales autorisées, et même au-delà, sans trop de problèmes.

Quelques exceptions

Rares sont aujourd’hui les voitures électriques commercialisées affichant des vitesses maximales élevées. Les Tesla Model S et Model 3 Performance, par exemple, revendique 261 km/h en vitesse maximale, une donnée similaire à la Porsche Taycan Turbo S qui est annoncée à 260 km/h en vitesse maximale.

Si Tesla ne communique plus sur la puissance réelle de ses voitures, Porsche annonce 761 chevaux, pour sa Taycan la plus puissante. Il n’y a même pas d’équivalence thermique à ce niveau de puissance au sein de la marque, seule la Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid et ses 680 chevaux s’en rapproche et revendique, grâce à sa motorisation hybride, une vitesse maximale de 310 km/h. En dehors de ces voitures à vocation clairement sportive, les modèles conventionnels sont plus mesurés.

Les vitesses maximales des principales voitures électriques

En effet, même du côté de chez Mercedes avec l’EQC ou encore Audi avec l’e-tron, les vitesses maximales sont limitées avec des vitesses maximales respectives de 180 et 200 km/h. Chez Renault, avec la nouvelle ZOE par exemple, la vitesse maximale est limitée à 140 km/h.

Même son de cloche pratiquement du côté du groupe PSA avec des Peugeot e-2008 et DS 3 Crossback E-Tense limités à 150 km/h en vitesse de pointe. Le Hyundai Kona electric, l’une des références parmi les SUV électriques aujourd’hui, est annoncé à 167 km/h, tandis que la Nissan Leaf de nouvelle génération revendique quant à elle 157 km/h.

Des vitesses bien suffisantes aujourd’hui, puisque la proportion de clients qui emmènent leur voiture électrique sur circuit doit très certainement être proche de zéro.

Si vous envisagez l’acquisition d’une voiture électrique, vous devez certainement vous demander où vous allez la recharger. L’installation d’une borne à domicile est une solution envisageable, mais comment cela se passe lorsque vous êtes en…
Lire la suite

Les derniers articles