Recharge des véhicules électriques : le bilan accablant de la Cour des comptes

Il reste encore beaucoup à faire

 

Selon le dernier rapport spécial de la Cour des comptes européenne, il reste beaucoup de travail au niveau global pour que la mobilité électrique soit une réalité.

Une voiture électrique en train de charger

Une voiture électrique // Source : CHUTTERSNAP sur Unsplash

Le titre du rapport est on ne peut plus explicite : « Des bornes de recharge plus nombreuses mais inégalement réparties dans l’UE, ce qui complique les déplacements« . La plupart des objectifs affichés il y a plusieurs années sont loin d’être atteints au niveau européen malheureusement.

250 000 points de charge en septembre 2020 en Europe

Dans le plan d’action de 2017, l’Europe avait un objectif clair : avoir 440 000 points de charge répartis sur le continent avant la fin de l’année 2020. À l’époque, seuls 34 000 bornes étaient disponibles, et en septembre de l’année dernière, la commission en a recensé 250 000.

Cela représente une augmentation conséquente, le nombre de bornes ayant été multiplié par plus de sept en environ 3 ans. Toutefois, l’objectif à tenir semble impossible : pour avoir 1 000 000 de bornes ouvertes d’ici 2025, il faudrait en implanter 3 000 par semaine durant les 4 prochaines années.

Une répartition inégale sur le continent

Au sein de l’Europe des 27, trois pays concentrent près de 70 % de l’ensemble des bornes de recharge : l’Allemagne, la France et les Pays-Bas. Ainsi, il est fréquent de se retrouver ailleurs dans un désert électrique, freinant fortement la mobilité au sein du Vieux continent.

De plus, la Cour des comptes pointe du doigt ce qui est évident pour tout conducteur de véhicule électrique aujourd’hui : c’est un enfer pour s’y retrouver entre tous les opérateurs et les différentes méthodes de facturation.

Selon les exploitants de points de recharge et les prestataires de services de mobilité auxquels ils font appel, les conducteurs de véhicules électriques peuvent devoir souscrire plusieurs abonnements et utiliser différentes méthodes de paiement.

Malheureusement, en 2021, la situation de la mobilité électrique en Europe est encore loin d’être idéale. Le rapport de la Cour des comptes met en avant le fait que tous les points de charge n’ont pas la possibilité d’être utilisés sans souscription d’un contrat, malgré les recommandations allant dans ce sens.

Un taux d’utilisation insuffisant pour être rentable

Si la réussite européenne sur l’adoption d’un standard pour la recharge (Type 2 pour le courant alternatif, Combo CCS pour le courant continu) est réelle, l’implantation des bornes de recharge est quant à elle un échec pour le moment.

La raison est peut-être à chercher du côté de l’utilisation des sites existants. En effet, les taux d’utilisation actuels des bornes de recharge sont beaucoup trop faibles pour assurer une rentabilité aux opérateurs. De fait, nous nous retrouvons dans un paradoxe : beaucoup plus de bornes sont nécessaires pour la mobilité électrique au niveau européen, mais les bornes existantes sont déjà sous-utilisées.

Le marché des véhicules électriques en est encore à ses balbutiements, et il devrait connaître une forte croissance dans la décennie à venir, toutefois les niveaux d’utilisation des infrastructures actuelles inquiètent la Cour des comptes vis-à-vis de la durabilité de ces investissements. Bien entendu, ce rapport se concentre sur les bornes publiques, et le réseau propriétaire de Superchargeurs Tesla n’est pas inclus dans les chiffres communiqués.

Tesla propose chaque année un planning prévisionnel de l’expansion de son réseau de Superchargeurs. Une fois n’est pas coutume, en janvier 2021, ce fut le cas, mais la manière d’afficher les sites à venir à…
Lire la suite

Les derniers articles