Shadow se met à la réalité virtuelle et en fait drastiquement baisser le prix d’entrée.

Casque Oculus

Casque Oculus

Pour réellement pénétrer massivement le marché, la Réalité Virtuelle (VR) doit encore régler plusieurs problèmes. Aujourd’hui, deux solutions s’offrent à nous : payer un casque hors de prix à un ordinateur encore plus cher pour profiter des meilleurs contenus, ou s’offrir un casque indépendant, mais bien souvent limité en termes d’expériences.

À cela, Shadow* souhaite apporter une solution et le fait de façon plutôt convaincante.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

La VR dans le cloud

Shadow est un service de cloud computing. Moyennant un abonnement mensuel, il offre un accès à un ordinateur virtuel hébergé sur un serveur distant, potentiellement bien plus puissant que la machine hôte. Ainsi, il devient possible de jouer à des jeux très gourmands sur un smartphone, une tablette, ou un ordinateur peu puissant.

La gestion de la VR était pour l’instant compliquée et les casques comme le HTC Vive par exemple n’étaient pas compatibles. Aujourd’hui, Shadow compte bien faire tomber ces barrières et proposer la VR à tout le monde.

Lors de sa conférence annuelle, Shadow a annoncé la compatibilité avec les casques VR, ce qui permet non seulement d’adjoindre un très bon casque à son abonnement pour jouer à ses jeux, mais aussi d’accéder à un catalogue bien plus important sur des casques autonomes moins puissants.

Nos impressions

Nous nous sommes rendus dans les locaux de Shadow pour essayer en avant-première les nouveautés présentées aujourd’hui et il faut avouer que cela laisse présager le meilleur pour la VR.

Chaussé d’un casque Oculus Quest, j’ai pu tester trois jeux. TheBlu, une expérience aquatique, bien plus une balade qu’un jeu, Beat Saber, et Project Cars 2 dans un simulateur.

On en oublie toutes les limitations

Dans les trois cas, j’étais équipé d’un casque coûtant dans les 450 euros, connecté à un compte Shadow à distance. Difficile de ne pas apprécier la possibilité de jouer à des jeux VR complets sans être restreint par le moindre câble. On sent une véritable liberté de mouvements dans un univers retranscrit à 360° dans lequel se balader devient un véritable plaisir — à condition d’avoir bien délimité l’espace de la pièce pour voir les murs virtuels se dessiner — et on en oublie toutes les limitations précédemment décrites.

Le principe même du cloud gaming dépend de la connexion et en WiFi dans un bureau hébergeant de nombreux employés, les conditions n’étaient pas optimales. Pourtant, mis à part quelques rares drop de frames, ces expériences étaient tout à fait jouables, et à moins de souhaiter battre un record mondial, l’ensemble reste parfaitement jouable.

Baisser le prix d’entrée

L’essentiel ici n’est pas tant le service que propose Shadow. Cela fait deux ans que cette start-up de cloud computing existe et nous avons déjà eu l’occasion de mettre à l’épreuve ses performances.

Ce qui impressionne, c’est l’idéologie qui se cache derrière Shadow : amener le gaming à portée de tous. S’il est désormais acté que l’on peut jouer à des jeux très évolués à des prix accessibles, que ce soit par les consoles ou par du cloud gaming, Shadow vient de faire baisser le prix d’entrée de la VR. De la « vraie » VR, celle qui fait rêver à des jeux à 360° plus longs qu’une expérience de quelques minutes, voire quelques heures tout au mieux.

On s’en prend à rêver d’un monde où les jeux VR sont accessibles à tous

Même des casques Android à petit prix deviennent désormais des plateformes capables de faire tourner les titres les plus gourmands. Peut-être pas aussi fluidement qu’avec un casque à 800 euros couplé à un ordinateur à 2000 euros lorsque toutes les conditions ne sont pas réunies, mais pour le dixième du prix, c’est parfaitement excusable.

On s’en prend à rêver d’un monde où les jeux VR sont accessibles à tous, et où les développeurs, sûrs de toucher un plus large public, proposeront des expériences de plus en plus complètes. Et avec la baisse de prix qui accompagne cette annonce, on peut se dire que, finalement, la VR a encore de beaux jours devant elle.

Shadow revoit son interface pour séduire les joueurs sur smartphone

* Ulrich Rozier, cofondateur d’Humanoid, la société éditrice de FrAndroid, est investisseur minoritaire de Shadow. L’avis de la rédaction reste neutre et n’est pas influencé pour autant.