Nombreux sont ceux qui se demandent à quoi servent les ampoules connectées ou si un tel investissement vaut le coup. Voici un retour d’expérience et même plus généralement un test qui devrait bien vous aider.

“Ou alors tu appuies sur l’interrupteur” et “c’est inutile en plus d’être hors de prix” sont les principales objections à l’utilisation quotidienne d’ampoules connectées. Pour convaincre les héritiers d’Edison, quoi de mieux qu’un état des forces en présence et qu’un retour d’expérience grandeur nature de 12 ampoules connectées sur plus de deux années ?

Oui, ces ampoules ne sont pas indispensables à la vie dans la maison, mais il convient de vous expliquer les atouts d’une technologie qui sera présente dans la majorité des foyers d’ici 5 à 10 ans. Avec l’arrivée montante des assistants personnels, comme Google Home et Amazon Alexa, mais aussi des gros acteurs comme IKEA, l’utilisation des ampoules connectées prend tout son sens.

Arriver sur son lieu de travail ou d’habitation et pouvoir avec une seule commande vocale éclairer ses différentes pièces ou commander l’activation d’une scène de couleurs préenregistrée est un réel “life-changer”. De même, simuler une présence à la maison pendant les vacances ou vérifier si toutes les lumières sont éteintes à distance — et les éteindre si jamais — sont des éléments qui ne font pas regretter d’avoir acheté des ampoules connectées.

HUE ou LIFX ?

Avant de passer au test des LIFX A60, je me dois d’expliquer rapidement pourquoi j’ai choisi la marque LIFX et non les fameuses Philips Hue. Une rapide comparaison sur les critères qui me semblent les plus importants m’a permis de faire mon choix.

Premièrement, les LIFX proposent un éclairage beaucoup plus puissant que les Hue : on parle en lumens, 800 pour les HUE contre 1100 pour les LIFX.

Crédit image : CNET

Deuxièmement, la durée de vie, point assez important vu le prix des bestioles : 15 000 heures pour les HUE contre plus de 25 000 heures pour les LIFX. Notez cependant que les dernières générations de HUE se sont mises au niveau de LIFX et proposent elles aussi 25 000 heures de durée de vie. En tout cas, après plus de deux ans d’utilisation, mes 12 LIFX se portent toujours très bien.

De plus, chaque ampoule LIFX a sa propre puce Wi-Fi embarquée alors que les HUE nécessitent un pont pour se connecter au routeur. Niveau écosystème, LIFX a largement rattrapé son concurrent, un point supplémentaire. Enfin, et même si l’application HUE a eu droit à une très — et attendue — refonte, je préfère celle de LIFX, dont nous parlerons en détail un peu plus tard.

En parlant d’écosystème LIFX, voilà les différents produits que propose le site du fabricant, tous contrôlables depuis la même et unique application, que cela soit en Wi-Fi ou en 4G :

  • LIFX Mini, avec 3 modèles différents, qui sont les ampoules les plus abordables mais aussi les moins puissantes
  • LIFX, le fameux, présent lui aussi en plusieurs modèles, lumières blanches seulement ou lumières blanches et colorées. On peut même choisir un modèle avec option Night Vision, une réelle innovation qui permet à vos caméras de surveillance de mieux filmer la nuit grâce aux rayonnements infrarouges émis par l’ampoule
  • LIFX Beam, des bandes lumineuses format néon à coller aux murs
  • LIFX Tile, des carrés lumineux à coller aux murs
  • LIFX Z, des bandes d’éclairages led, à l’instar des Philips hue LightStrip

Les LIFX testées dans cet article sont les LIFX A60, le modèle le plus connu, avec lumières blanches et colorées mais sans Night Vision.

Possédant ce modèle en douze exemplaires, ce retour d’expérience et test a plus de sens qu’un simple aperçu d’une seule de ces ampoules. Voici par ailleurs les caractéristiques du modèle testé.

Les caractéristiques

ModèleLIFX A60
ConnexionWi-Fi, pas besoin de “bridge”
Luminosité1100 Lumens soit plus de 75 Watts
Couleurs16 millions avec des blancs froids à chauds
Température2 500 K to 9 000 K
ApplicationiOS, Android et Windows 10
IntégrationApple HomeKit, Amazon Alexa, Google Assistant, Cortana
Durée de vie25 000 heures
Type de culotE27 et B22

L’installation

La facilité d’installation est un point crucial pour ce type d’objet connecté. Après avoir ouvert l’emballage, on tombe directement sur l’ampoule. C’est tout ce que la boîte contient, hormis un petit feuillet explicatif. Celui-ci nous demande de visser l’ampoule, d’allumer la lumière grâce à l’interrupteur – rien de bien compliqué jusque là – puis de télécharger l’application LIFX. Après la création du compte, on peut commencer l’appairage avec le réseau Wi-Fi.

Ce dernier est très rapide, et si jamais le processus venait à rencontrer un problème, l’application nous guidera dans les paramètres Wi-Fi du téléphone. Fraîchement appairée, l’ampoule a désormais besoin d’un nom. Le tour est joué, voilà qu’elle apparaît dans l’application ! Après installation de plusieurs ampoules, on peut créer des groupes — souvent en fonction des pièces de l’habitation —  mais nous verrons cela en détail dans la partie suivante du test.

L’installation est donc simple et rapide mais peut devenir assez redondante si on appaire plusieurs ampoules à la suite puisque l’on devra répéter le même processus pour chacune d’entre elles. Venons-en maintenant à l’interface utilisateur, qui se doit d’être une réussite après un si bon début…

L’application

Disponible sur iOS, Android et Windows 10, l’application est très simple d’utilisation mais imparfaite. Commençons par les points positifs. Après l’avoir lancé, on a directement accès au contrôle de nos ampoules. Celles-ci sont regroupées en différentes sections. De haut en bas : les favoris, les ampoules, les groupes et les scènes.

Cet affichage intelligent est appelé le “dashboard”. Une fois l’option dézoome de ce dernier activée, il devient rare d’avoir à scroller pour commander une ampoule ou un groupe, un seul clic suffit.

Pour contrôler avec plus de détails les ampoules, il suffit de cliquer sur le nom de l’ampoule ou du groupe. On trouve alors une interface bien pensée pour les grands écrans puisque l’on navigue à travers les différents menus depuis le bas de l’écran. Le premier est celui des couleurs. On y règle la luminosité et les couleurs.

Vient ensuite le menu des scènes proposées par l’application. Cette fonctionnalité est vraiment intéressante mais peu utilisée quotidiennement. Le troisième menu est celui des effets : ambiance bougie, aléatoire, synchronisée avec la musique, stroboscope – effets garantis lors de vos soirées – et cycle de couleurs… Tout y est et tout est paramétrable, un bon point pour les apprentis régisseur lumière !

Enfin on trouve le menu “Day & Dusk” qui pousse encore plus loin l’utilisation que l’on peut avoir de ces ampoules. Il s’agit d’une automatisation « inspirée par le soleil ». En clair l’application adapte la luminosité, la couleur et la température des lumières tout au long de la journée. Une option bienvenue et très complète même s’il faudra un peu de temps pour bien l’apprivoiser.

Le seul et gros reproche que l’on peut faire à l’application relève de la connectivité des ampoules : il n’est pas rare que certaines d’entre elles apparaissent comme indisponibles dans l’application. Ce problème est dû à la portée du Wi-Fi. Logiquement, les pièces les plus éloignées du routeur seront plus sujettes à un dysfonctionnement de la connexion.

Notons enfin que l’application est régulièrement mise à jour, tout comme les ampoules elles-mêmes.

L’usage quotidien

Pas besoin de vous dire qu’il faudra éviter d’utiliser vos interrupteurs si vous voulez voir vos ampoules disponibles dans l’application. En effet chaque ampoule a son propre circuit que vous fermez ou ouvrez depuis l’application. Il sera nécessaire de laisser fermé — en position lumière allumée — le circuit de base !

L’application est certes bien pensée et agréable à utiliser mais à la longue, un simple widget sur l’écran d’accueil suffit à commander les lumières.

Toutes les fonctionnalités décrites sont utiles mais sûrement pas indispensables à un usage quotidien. En effet, on se limite très vite à la fonction allumer – éteindre. On oublie même assez rapidement que le blanc n’est pas la seule couleur disponible et l’on redécouvre toutes les fonctionnalités de l’application lors d’une démonstration devant les copains. Je dois tout de même avouer que certaines scènes proposées par l’application sont très agréables et changent immédiatement l’ambiance d’une pièce.

On n’ouvre donc que très rarement l’application car les commandes de base sont disponibles ailleurs plus rapidement, surtout avec les assistants vocaux, que cela soit sur smartphone — Siri ou Google Assistant — ou les enceintes connectées comme Amazon Alexa ou Google Home.

Voici d’ailleurs un exemple de scénario quotidien : le matin, les 3 ampoules installées dans ma chambre s’allument progressivement en orange de 7h00 à 7h30. Cet effet « lever de soleil » est possible depuis la section « réveil » de l’application — très utile pour se créer des routines. À 8h00, je lance un « Turn off bedroom » à Alexa et me voilà prêt à quitter la maison.

Arrivé sur le lieu de travail, rien ne m’interdit de vérifier dans l’application si le reste de la famille a bien éteint ses ampoules. De retour le soir, je demande à Google Home d’allumer la scène “Work” créée spécialement pour le travail dans le salon.

L’heure de se coucher approche, un clic sur le widget “room” pour éteindre la chambre sans bouger du lit. Parfois, je choisis une autre option qui m’aide à m’endormir : éteindre progressivement les lumières sur 5, 10, 30 minutes… Le cerveau comprend alors petit à petit que l’heure du sommeil est venue.

Les intégrations

LIFX a su être intelligent et propose quasiment toutes les principales intégrations qu’un des menus de l’application nous indique. On peut citer : Nest, Google Assistant — et donc Google Home — ainsi que Amazon Alexa et Apple HomeKit. Il y en a pour tous les goûts et les bidouilleurs se réjouiront de trouver les intégrations Logitech Harmony, Smart Things et surtout IFTTT disponibles. Par exemple, avec ce service, les ampoules peuvent clignoter en rouge deux fois lors de la réception d’un mail. C’est donc un sans-faute pour LIFX sur la partie intégration.

En fait, les assistant vocaux rendent vraiment les ampoules connectées utiles. Sans eux, il me paraît absurde d’avoir à lancer l’application pour allumer ou éteindre une lumière.

Prix et conclusion

Le LIFX A60 est un excellent produit, très bien fini et accompagné d’une solide application. Sur le fonctionnement général, on a peu de critiques à émettre, mais un peu plus de fiabilité au niveau de la connexion ne ferait pas de mal.

De même, il faudra s’habituer à ne plus toucher aux interrupteurs si on veut laisser les ampoules connectées au Wi-Fi, chose qui est particulièrement compliquée à expliquer à vos colocataires. Enfin, je ne peux que recommander l’utilisation d’une enceinte connectée en parallèle : sans cette dernière, les ampoules connectées perdent très clairement en facilité d’utilisation.

Nous y voilà. Le gros point négatif qui vient noircir le tableau n’est autre que le prix, il fallait s’y attendre pour un tel produit. Le site fabricant positionne une ampoule A60 au prix de 69.99 euros. Des packs sont disponibles et font baisser le prix à l’unité mais l’on reste tout de même à un tarif peu accessible.

On retrouve le pack de 4 ampoules à 235 euros ou les 6 unités à 353 euros. Les prix sont d’ailleurs plus légers sur Amazon. Notons que le géant du meuble IKEA a lui aussi lancé des ampoules connectées abordables et compatibles avec la majorité des assistants personnels.

Quoi qu’il en soit, Philips a bien du souci à se faire car les LIFX battent la gamme HUE sur presque tous les points. Les Philips HUE remplissent tout de même les critères principaux et conviendront parfaitement à ceux qui recherchent la simplicité. Pour les perfectionnistes ayant le budget, les LIFX sont définitivement le choix à faire.

À lire sur FrAndroid : Test du Google Home en français : Google Assistant à portée de voix