Les vélos électriques vont-ils être limités à 20 km/h ? Le cas intéressant d’Amsterdam

 

À Amsterdam, une élue locale aimerait limiter la vitesse des vélos électriques à 20 km/h sur les pistes cyclables. Selon elle, l’explosion des VAE constitue un plus grand danger pour les enfants et personnes âgées. Des solutions concrètes ont déjà été évoquées.

Source : Noralí Nayla via Unsplash

Amsterdam est définitivement l’une des capitales, si ce n’est la capitale mondiale du cycle. Ces dernières années, le nombre de vélos (près de 900 000) a même dépassé le nombre d’habitants (environ 820 000). Ce n’est ni plus ni moins le moyen de transport le plus privilégié par ses citadins, qui jouissent d’un réseau de pistes cyclables long de plus de 700 km.

Pour mieux faire cohabiter les vélos électriques avec les autres usagers des infrastructures cyclables, ainsi que les piétons, Melanie van der Horst, adjointe au maire en charge des Transports, du Trafic et de la qualité de l’air, aimerait réduire leur vitesse maximale à 20 km/h sur les pistes cyclables, nous apprend Dutch News.

La prolifération des VAE à Amsterdam

L’intéressée a adressé une lettre lors d’un conseil municipal, en mars. Selon elle, les VAE constituent un plus grand danger pour les enfants et personnes âgées, ce type de cycle ayant la capacité à rapidement atteindre les 25 km/h – la limite légale européenne. À Amsterdam, 50 % des vélos vendus seraient désormais électriques.

Melanie van der Horst poursuit son argumentaire et cite une enquête AT5 (2022) ayant interrogé 1900 personnes. Résultats : 76 % des sondés ont déclaré que la sécurité sur les pistes cyclables s’est détériorée depuis la prolifération des vélos électriques.

Source : Sabina Fratila via Unsplash

C’est donc à partir de ces éléments que Melanie van der Horst a émis l’idée de limiter les VAE à 20 km/h sur les pistes cyclables. Pour que cette proposition soit adoptée, il est nécessaire que le projet soit ratifié à l’échelle nationale, précise Dutch News.

Une question se pose pour autant : comment imposer cette limite de vitesse aux propriétaires d’un vélo électrique ? L’adjointe au Maire a listé des solutions concrètes. Par exemple, une application mobile serait capable de les avertir lorsqu’ils entrent dans une zone de vitesse limitée. Encore faut-il avoir son téléphone devant ses yeux lors d’un trajet à vélo.

Celles et ceux qui ont pour habitude de le fixer à un support de smartphone pourront être facilement avertis. Pour les autres, des doutes sont permis. À la rigueur, des panneaux de signalisation seraient peut-être la solution la plus fiable et explicite.

Partager la chaussée avec les voitures, dans certains cas

Dans tous les cas, ce serait au cycliste de lui-même réduire son allure pour respecter la vitesse légale imposée. Autre possibilité : les usagers au guidon d’un VAE seront invités à quitter une piste cyclable pour rouler sur la route, s’ils souhaitent maintenir une vitesse de 25 km/h. Dans ce cas, ils partageraient la chaussée avec les voitures.

En contrepartie, et afin de mieux protéger les VAE circulant au milieu des automobiles, la vitesse maximale des véhicules motorisés serait limitée à 30 km/h en ville. Ainsi, il n’y aurait que 5 km/h d’écart entre la vitesse maximale d’un vélo électrique et celle d’une voiture.

Source : Guus Baggermans via Unsplash

Ces solutions semblent avoir été pensées pour le court terme. Sur le long terme, des positions plus strictes pourraient voir le jour. Par exemple, Amsterdam pourrait interdire la vente de vélos électriques filant à 25 km/h à partir d’une certaine date, et n’autoriser que des cycles électrifiés limités à 20 km/h.

Cela pourrait avoir un petit impact, mais ne réglerait pas le problème en soi : un Amstellodamois pourrait tout à fait acheter un modèle sur Internet, via de l’import, ou dans d’autres villes du pays. À voir si cette règle s’appliquerait un jour à l’échelle nationale : l’État pourrait ainsi interdire la vente de VAE à 25 km/h dans un avenir plus lointain — ce n’est ici que de la spéculation.

Une source d’inspiration à venir ?

Il reste toutefois intéressant d’observer les potentielles évolutions en la matière dans une ville comme Amsterdam, que l’on pourrait considérer comme avant-gardiste sur bien des domaines, le vélo tout particulièrement.

Un tel projet de loi peut-il inspirer d’autres communes du pays ? Plus largement, peut-il donner des idées à d’autres pays d’Europe, comme la France, où les ventes de vélos électriques ont tout bonnement explosé ces dernières années. Le cru 2022 a d’ailleurs battu un nouveau record avec 738 000 modèles écoulés, soit une hausse de 13 % par rapport à 2021.


Envie de retrouver les meilleurs articles de Frandroid sur Google News ? Vous pouvez suivre Frandroid sur Google News en un clic.