Le Model Y est loin d’atteindre l’autonomie affichée par Tesla

Quatre SUV électriques testés

 

L'autonomie des véhicules électriques est un sujet brûlant et complexe. Voici une étude publiée par Consumer Reports aux États-Unis qui met en lumière de grandes différences entre les autonomies réelles et annoncées de plusieurs voitures électriques, notamment le Tesla Model Y.

Tesla Model Y // Source : Eyosias G sur Unsplash

L’autonomie est encore un sujet important à l’heure actuelle, voire même un frein à l’achat pour certains automobilistes. Et ce même si l’on sait aujourd’hui que c’est un raisonnement erroné et que le plus important est d’abord la qualité du réseau de bornes de recharge. Qui est d’ailleurs plutôt bonne en France actuellement.

Le grand défi dans l’estimation de l’autonomie réelle d’un VE vient des divers cycles de mesure utilisés à travers le monde. En Europe, c’est la norme WLTP, aux États-Unis, c’est la norme EPA, et en Chine, c’est la norme CLTC. Chacun de ces cycles teste la voiture dans des conditions différentes, ce qui peut conduire à des valeurs d’autonomie très différentes.

Comme vous le savez, l’autonomie d’une voiture électrique est sujette à une multitude de facteurs tels que le style de conduite, la température extérieure, la météo, la vitesse, l’aérodynamique de la voiture, et son poids aussi, le dénivelé, le trafic, les passagers, etc. Ces facteurs peuvent créer des écarts importants entre l’autonomie affichée et l’autonomie réelle.

Le grand test de Consumer Reports

Le Consumer Reports, une association de consommateurs américaine, a lancé une enquête pour évaluer l’autonomie réelle des véhicules. Ils ont réalisé des tests avec trois températures extérieures différentes pour évaluer l’autonomie dans différentes conditions météorologiques.

Méthodologie rigoureuse

Chaque véhicule a été testé exactement de la même manière par les mêmes conducteurs pendant trois jours différents, avec des températures froides (-8° C), douces (18° C) et chaudes.

Une fois de retour dans notre centre d’essais automobiles, nos ingénieurs ne se sont pas contentés d’enregistrer l’autonomie restante indiquée dans les voitures. Ils ont appliqué le rapport entre les kilomètres d’autonomie utilisés et les kilomètres parcourus tout au long du voyage pour extrapoler quelle serait l’autonomie totale pour ce voyage spécifique. Nous avons également vérifié ce rapport par rapport aux kilomètres parcourus pour chaque pourcentage d’état de charge (SOC) comme validation supplémentaire de notre méthodologie.

L’étude montre que le temps froid peut réduire l’autonomie d’environ 25 % lors d’un trajet à 112 km/h. La méthodologie comprenait un parcours mixte, dont une partie à grande vitesse.

Les autonomies sont affichées en miles // Source : Consumer Reports

Ford Mustang Mach-E

La Ford Mustang Mach-E a particulièrement brillé lors des tests, dépassant son autonomie annoncée de 434 km selon la norme EPA. Même dans des conditions froides, le véhicule a affiché une performance robuste, atteignant une autonomie de 442 kilomètres. Ceci montre une résilience remarquable aux variations de température. Attention, tout de même, la Mach-E a la plus grosse batterie des voitures présentes dans ce test : 88 kWh de capacité utile.

Volkswagen ID.4

La VW ID.4 a également surpris positivement, particulièrement lors de températures estivales, où elle a atteint une autonomie de 412 kilomètres. Ce chiffre va au-delà de ce qui était attendu, démontrant une efficacité impressionnante dans la gestion de l’énergie.

Tesla Model Y

Le Tesla Model Y (Grande Autonomie) a montré des résultats moins satisfaisants. Lors des tests avec une température froide, l’autonomie est tombée à un faible 299 kilomètres, bien loin des 524 kilomètres annoncés selon la norme EPA. Même avec des températures estivales de 29 degrés, le SUV Tesla n’a atteint qu’une autonomie de 441 kilomètres. Cela pose des questions sur la précision des valeurs annoncées et la manière dont le véhicule gère différentes conditions climatiques. Évidemment, ces résultats tombent à pic après une enquête de Reuters qui a épinglé Tesla.

Cette étude ne montre pas la consommation du véhicule car chaque véhicule a une capacité de batterie différente. En dépit des déceptions concernant l’autonomie, le Tesla Model Y a démontré la plus grande efficacité énergétique parmi les véhicules testés, consommant moins que les autres.

Cependant, il est important de noter que ce n’était pas l’objectif affiché de cette étude de montrer cet aspect. L’accent était principalement mis sur l’autonomie, mais cette observation sur l’efficacité énergétique fournit une perspective supplémentaire intéressante sur les performances du véhicule.

Hyundai Ioniq 5

Il convient également de mentionner la Ioniq 5, qui comme le Tesla Model Y, n’a pas réussi à égaler son autonomie annoncée selon le cycle EPA.

Ces résultats mettent en lumière l’importance d’un test uniforme et réaliste pour évaluer l’autonomie des véhicules électriques. Ils démontrent également que différents véhicules peuvent réagir très différemment à des facteurs tels que la température, avec des impacts significatifs sur leur autonomie.

Ces informations, combinées aux données plus larges sur l’autonomie des voitures électriques, contribuent à créer un tableau plus clair de ce que les consommateurs peuvent réellement attendre de leur véhicule électrique dans des conditions de conduite quotidiennes et diverses. Il faut donc multiplier les tests, avec des protocoles différents et variés.

En effet, ces résultats peuvent varier selon les conditions de test. Tesla avait, par exemple, réussi une autre étude comparant les valeurs en WLTP à l’autonomie réelle.


Pour ne rater aucun bon plan, rejoignez notre nouveau channel WhatsApp Frandroid Bons Plans, garanti sans spam !