L’arcep annonce avoir reçu 4 dossiers de candidatures de la part des opérateurs pour la réattribution des fréquences 900, 1800 et 2100 MHz. Un premier pas vers l’obligation de couverture « New Deal » de Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile.

En janvier 2018, le gouvernement et les opérateurs signaient un accord visant à éradiquer les zones blanches en 4G. En échange d’un tarif préférentiel sur certaines fréquences (grâce à l’abandon du système d’enchères), les opérateurs s’engagent à investir 3 milliards d’euros afin de couvrir la totalité de la France d’ici la fin 2020. Cette couverture passe en partie par la réattribution de certaines fréquences, situées sur les bandes 900 MHz, 1800 MHz et 2,1 GHz, actuellement utilisées pour les réseaux mobiles, essentiellement 2G et 3G et dont les autorisations arrivent à échéance dans les prochaines années.

Dans un communiqué de presse, l’Arcep a confirmé avoir reçu 4 dossiers concernant cette réattribution après l’appel aux candidatures du 2 août dernier :

  • Bouygues Telecom pour les fréquences 900, 1800 et 2100 MHz
  • Orange pour les fréquences 900, 1800 et 2100 MHz
  • SFR pour les fréquences 900, 1800 et 2100 MHz
  • Free Mobile pour les fréquences 900 et 2100 MHz

Ces fréquences arrivant à échéance en 2021 et 2024, Free Mobile n’a pas jugé bon de poser une candidature pour la bande des 1800 MHz sachant que ses propres fréquences arrivent à échéance en 2030/2031 selon Arnaud Comerzan, chargé de mission pour l’Arcep.

La prochaine étape va donc désormais être l’étude des dossiers par l’Arcep « afin de s’assurer que ceux-ci respectent les critères de recevabilité et de qualification des procédures ». Aucune date n’est avancée pour le moment.

À lire sur FrAndroid : Orange, Bouygues, SFR et Free : quel opérateur a le meilleur réseau mobile ?