Nothing ear (1) vs Huawei FreeBuds 4i : lesquels sont les meilleurs écouteurs ?

Le rien contre la liberté... tout un programme !

 

Qui des Nothing Ear (1) ou des Huawei FreeBuds 4i se démarque sur le segment des écouteurs true wireless à moins de 100 euros ?

D’un côté, Nothing, une nouvelle marque lancée par Carl Pei, ancien cofondateur de OnePlus. Si elle profite encore de la fougue de la jeunesse, elle a encore tout à prouver. De l’autre, Huawei, le géant blessé, qui doit montrer qu’il peut se relever après l’échec de ses FreeBuds 3. Les deux offrent des écouteurs sans fil en format intra-auriculaires à réduction de bruit contre moins de cent euros. Qui va l’emporter ? Ce versus est là pour y répondre.

Fiches techniques des Nothing ear (1) et Huawei FreeBuds 4i

Modèle Nothing Ear 1 Huawei FreeBuds 4i
Format écouteurs intra-auriculaires écouteurs intra-auriculaires
Batterie amovible Non Non
Microphone Oui Oui
Compatibilité OS Android, iOS Android
Réduction de bruit active Oui Oui
Autonomie annoncée 34 heures 22 heures
Type de connecteur N/C USB Type-C
Version du Bluetooth 5.2 5.2
Poids 9.4 grammes 11 grammes
Prix 99 € 59 €
Fiche produit Voir le test Fiche produit Voir le test

Design : Originalité versus classicisme

Sur le plan du design, on est clairement dans un match de l’originalité côté ear (1) versus le classicisme plutôt maîtrisé des FreeBuds 4i. Au-delà de la transparence du boitier, on peut notamment citer l’absence de mention left/right sur les écouteurs Nothing qui peuvent déboussoler un peu au départ.

Niveau dimension, les FreeBuds rentrent peut-être un peu plus facilement dans la poche, du fait de leur boîte ovale, mais pas de quoi prendre une avance trop importante pour Huawei.

Une fois passée cette différence de style, les deux modèles affichent bon nombre de similarités. Les deux sont livrés avec trois paires d’embouts différents, les écouteurs sont dans les deux cas difficiles à sortir du boitier et des LED RGB permettent à chaque fois de connaître le niveau de batterie des écouteurs.

Ce sont donc deux écouteurs qui possèdent les mêmes qualités et défauts niveau design. Là où les ear (1) se démarquent finalement, c’est sur la résistance du produit. En effet, les écouteurs de Nothing bénéficient d’une certification IPX4, lorsque leurs concurrents n’en possèdent pas.

Allez, les ear (1) l’emportent d’une courte tête ici, mais le match reste très serré.

Application : les ear (1) gagnent sans rien faire

Malheureusement pour les FreeBuds 4i, les difficultés logicielles sont juste trop nombreuses pour qu’on puisse leur donner l’avantage. Établissons un petit inventaire.

Les écouteurs de Huawei ne supportent pas le protocole Google Fast Pair, contrairement aux ear (1). À moins d’avoir un smartphone Huawei ou Honor, c’est déjà moins pratique.

De plus, l’application Al Life n’est plus mise à jour depuis août 2020 sur le Google Play Store, ce qui oblige à des contorsions que les ear (1) n’imposent pas. En clair, il faut passer par l’AppGallery de Huawei pour utiliser ses écouteurs à plein.

Huawei part donc avec quelques points de retard. Nothing achève de l’emporter sur la partie logiciel en proposant cinq raccourcis personnalisables, contre seulement deux chez Huawei. Parmi ceux-ci, il n’y a d’ailleurs pas de contrôle du volume, ce qui est toujours gênant pour des écouteurs.

Pour le reste, les applications proposent des fonctionnalités assez similaires avec gestion du contrôle du bruit notamment, mais l’avantage revient clairement à la nouvelle marque, Nothing.

Réduction de bruit : Variété et qualité des ear (1)

Sur la partie réduction de bruit, le match est plus serré. Les ear (1) offrent un peu plus de variété et de qualité, mais les FreeBuds n’ont pas démérité.

La différence se creuse sur la présence de deux réglages de réduction de bruit chez ear (1), light et maximum, là où il n’y en a qu’un avec les FreeBuds. Pour le reste, on retrouve à chaque fois un mode transparence chez Nothing et perception chez Huawei, ainsi qu’un simple mode sans réduction de bruit.

La qualité de la réduction va par ailleurs légèrement plus loin chez Nothing. Selon nos tests, si les deux parviennent efficacement à réduire les bruits d’un ventilateur, d’un robinet d’eau ou de circulation, les ear (1) s’offrent en plus le luxe de parvenir à filtrer les bruits de voix.

Audio : signatures sonores sobres au rendez-vous

Commençons par dire que les deux paires d’écouteurs supportent les deux mêmes codecs : AAC et SBC.

Leurs deux signatures sonores semblent assez similaires en ceci qu’elles n’insistent pas trop sur les basses, préférant se concentrer davantage sur les médiums et les aigus, pour un rendu plus subtil et équilibré.

Cela ne les empêche pas de ne pas être exempts de défauts, mais globalement, les forces semblent s’équilibrer. Là où les ear (1) peuvent parfois souffrir d’une légère saturation à fort volume, les FreeBuds affichent des basses peut-être un peu en retrait. La dynamique des deux modèles est bonne sans être exemplaire non plus.

Si on veut vraiment les démarquer, il faudra s’intéresser à la spatialisation, qui est exemplaire chez les ear (1), alors qu’elle n’est que correcte avec les FreeBuds.

Micro : compression et petite réduction de bruit

Les FreeBuds 4i et les ear (1) ne brillent pas lors des appels vocaux. Ils proposent tous deux une réduction de bruit bien présente pour les petits bruits, mais qui peinent à supprimer des sons plus importants, comme un clavier mécanique pour les FreeBuds 4i et le bruit du vent coté ear (1).

Bruits mis à part, la voix est étouffée et compressée pour les ear (1), mais elle est tout autant compressée avec les FreeBuds 4i. Match nul.

Autonomie : Huawei casse les compteurs

De nombreux écouteurs sans fil ne parviennent pas à dépasser les cinq heures d’autonomie. Les FreeBuds 4i eux, vont jusqu’à 7 h 45 d’autonomie selon nos tests. Bien devant donc les 5 heures et 5 minutes d’autonomie offertes par les ear (1).

Une fois placés à recharger, les écouteurs de Huawei prévalent à nouveau en atteignant 100 % de batterie en 25 minutes seulement. En face, les 1 h 25 de charge des ear (1) font un peu pâle figure.

Les ear (1) regagnent quelques points en offrant la recharge sans fil Qi là où les FreeBuds ne proposent pas de dispositif similaire. Cela ne les empêche pas d’avoir affolé les compteurs sur la partie autonomie.

Qui choisir entre les Nothing ear (1) et les Huawei Freebuds 4i ?

À première vue, on pourrait penser que le match est largement perdu par les FreeBuds 4i. Les écouteurs de Huawei perdent en effet face aux ear (1) sur des parties importantes. En design, en oubliant la certification IPX4, sur la partie application avec un niveau de personnalisation moins élevé et des soucis d’installation. Sur la réduction de bruit active, ils sont très légèrement derrière sur la finesse de la filtration.

Mais pour le reste, à savoir la qualité audio, qui peut-être considérée comme le critère le plus important pour des écouteurs, ou encore leurs prestations en appels audio, il y a match nul. Ajoutons que les FreeBuds gagnent avec une avance confortable sur partie autonomie, en se chargeant deux fois plus vite et en offrant plus de deux heures d’écoute supplémentaires.

Si l’on devait donner un vainqueur, il apparaitrait juste de nommer les ear (1). Après tout, ils l’emportent dans trois catégories contre une pour les FreeBuds 4i. Mais insistons sur le fait que les écouteurs Nothing ne sont jamais clairement loin devant les FreeBuds 4i, à part peut-être sur la partie logiciel.

Une fois le prix mis dans la balance, qui est souvent légèrement moins élevé pour les Huawei que leurs concurrents de Nothing, la différence n’est plus si nette. Si l’on devait conclure, les ear (1) l’emportent, mais d’une courte tête.

Pour en savoir plus sur ces écouteurs, vous pouvez consulter nos tests complets :

Prix et disponibilité des Nothing ear (1) et Huawei Freebuds 4i

Les écouteurs Nothing ear (1) sont disponibles depuis le 31 juillet. Proposés uniquement en blanc — et transparent — ils s’affichent à 99 euros.

Où acheter le
Nothing Ear 1 au meilleur prix ?

Les Huawei FreeBuds 4i sont proposés en trois coloris — noir, rouge ou blanc — au prix de 99,99 euros. Ils sont trouvables chez de nombreux revendeurs pour quelques dizaines d’euros de moins.

Les derniers articles