Quand le milieu du jeu indépendant japonais rencontre des vétérans du jeu vidéo, cela donne un projet Kickstarter qui a de l’avenir.

Phoenix

Dans l’équipe de Project Phoenix, il y a tout ce qui se fait dans le jeu vidéo. Occidentaux et Japonais, habitués de titres AAA comme Diablo 3 ou Final Fantasy, de jeux indépendants, et bien sûr tous les métiers du jeu vidéo, des game designers aux CV longs comme le bras aux sound designers avec rien de moins qu’une des personnes ayant travaillé sur la trilogie du Seigneur des anneaux (les films) ou encore le 2e opus des Elder Scrolls. Bref que du beau monde, et si un éditeur réputé ne fait pas un bon jeu, une équipe remplie de talent a tendance en général à donner de bons résultats.

Le jeu se veut inspiré des RPG, des RTS et des JRPG et sortira sur PC, Mac, iOS et Android. Piochant dans les inspirations de l’équipe qui le fait, il est ambitieux, comme il se doit avec une équipe de cette envergure, et prometteur. Il est présent sur Kickstarter et déjà « financé ». L’objectif initial de financement était en effet de 100 000 dollars, et à l’heure d’écriture, le cap des 650 % est presque atteint, ce qui correspond déjà au 3e pallier sur 6. Pour ceux qui ne sont pas familiers du principe, Kickstarter est une plateforme de crowdfunding, c’est à dire de financement participatif. Le projet est présenté et chacun est libre de participer avec une récompense en fonction de la somme mise dans le panier. Au final, si le financement est atteint le projet est mené. Et s’il est dépassé, comme c’est le cas ici, des étapes supplémentaires sont prévues. Ici le financement maximal prévu est de 1 650 000 dollars, autant dire qu’il reste encore de la marge. Un exemple d’ajout à un cap est ainsi de nouvelles musiques, ou une nouvelle zone ajoutée au monde.

Le projet est vraiment prometteur, alors si vous voulez mettre de l’argent dans la balance, sachez qu’à partir de 20 dollars, vous disposerez d’un accès bêta au jeu et d’une copie du jeu une fois celui-ci sorti. Il n’est pas précisé si cette mesure concerne aussi Android. Mais dans tous les cas le projet est à suivre, et cela se passe ici.