Adulé ou décrié selon les points de vue, Pokémon Go ne laisse pas insensible, d’autant qu’il conduit les chasseurs de Pokémon se montrer, sillonnant leur ville (et leurs bâtiments) pour mieux progresser. De quoi motiver un couple d’Américains mécontents du remue-ménage causé dans leur voisinage à poursuivre Niantic.

pokemon go

Niantic, Nintendo et The Pokémon Company sont aujourd’hui poursuivis par un couple américain, qui les accuse d’avoir ruiné la quiétude de leur voisinage et, par extension, leur sentiment de sécurité. En cause ? La présence d’une arène de Pokémon Go dans le parc situé à proximité de leur domicile de St Clair Shores, en banlieue de Detroit (dans le Michigan). Ils ont ainsi lancé une procédure collective, comme le relate le journal Detroit Free Press, contestant la mise en place de Pokéstops et autres arènes près de domiciles de particuliers sans leur autorisation.

« Plus personne n’arrive à dormir… Comment pouvons-nous l’accepter ? Ils se baladent dans nos pelouses, gâchent le paysage, regardent dans nos voitures… Nous ne nous sentons plus en sécurité… Je ne me sens plus en sécurité quand je suis assis sur notre perron. »

Les uns chassent les Pokémon, d’autres Pokémon Go

Le but du procès, qui concerne à la fois Nintendo, Niantic et The Pokémon Company, est d’empêcher l’apparition virtuelle des Pokémon à proximité d’une propriété privée sans l’accord de son propriétaire. Si le procès venait à être remporté par les plaignants, une part des revenus devrait être distribuée à ces propriétaires, dont les allées et les jardins auraient contribué à l’immense succès du jeu, selon les plaignants.

Ce n’est pas la première fois que Pokémon Go fait l’objet de plaintes de cet ordre. Mise en lumière grâce à son très large succès, elle fait maintenant face à de nombreuses plaintes, aux États-Unis comme ailleurs. En France, le maire d’une petite commune de l’Ain a ainsi fait de la disparition de Pokémon Go son cheval de bataille, publiant un arrêt interdisant l’apparition de Pokémon sur son territoire.