Introduction

Le voici, le vrai nouvel iPhone. Un mois après les iPhone 8 et iPhone 8 Plus, énièmes mises à jour itératives des iPhone 6 et iPhone 6 Plus, voici le test de l’iPhone X, le plus innovant des iPhone.

iPhone X

L’iPhone a 10 ans. Pour ce 10e anniversaire, Apple a marqué le coup avec un iPhone X instaurant un nouveau segment encore plus haut de gamme. Ce modèle est effectivement vendu 1 159 à 1 329 euros en versions 64 et 256 Go.

C’est qu’Apple a conçu l’iPhone le plus nouveau de l’histoire de l’iPhone : outre les mises à jour du processeur ou de l’appareil photo, le « X » apporte un nouveau design, de nouveaux matériaux, une nouvelle technologie d’écran ou encore une nouvelle technologie de déverrouillage.

Après 5 jours d’utilisation intensive et un banc d’essais, l’iPhone X est-il conforme à mes premières impressions ? Que vaut-il face aux smartphones Android rivaux ? Réponse dans ce test…

Pourquoi FrAndroid teste les iPhone ?

Premièrement, parce qu’il y a parmi les lecteurs de FrAndroid une majorité silencieuse qui s’intéresse à la téléphonie mobile au sens large et qui n’est pas réfractaire à iOS. Deuxièmement car même les inconditionnels d’Android peuvent s’intéresser à ce que fait la concurrence, car les deux univers s’influencent mutuellement. Et enfin troisièmement car FrAndroid s’intéresse à l’univers Android, mais aussi plus largement à l’univers de la technologie, pour le plaisir de la plupart de nos lecteurs technophiles.

Design : une nouvelle approche du borderless

La première nouveauté de l’iPhone X est son nouveau design.

Pour commencer, la tête d’affiche d’Apple arbore désormais un cadre en acier, plus précieux que l’aluminium de tous ses prédécesseurs. Je trouve ça très beau, quoi qu’un peu clinquant. Certains regretteront la sobriété de l’aluminium mat des précédents iPhone. L’acier alourdit significativement l’appareil, qui pèse 174 g, contre 155 g pour un Samsung Galaxy S8 de dimensions comparables. Ce matériau brillant offre en outre un meilleur grip que l’aluminium, un effet collatéral bienvenu sur un appareil si précieux.

Le niveau de finition est comme prévu irréprochable. Toutes les pièces sont parfaitement ajustées. Contrairement à ce que je craignais en revanche, les boutons et l’appareil photo saillant très affutés, qui donnent une sensation d’excellente qualité, ne sont pas gênants à l’usage.

L’iPhone « dix » arbore aussi et surtout un écran borderless. Nous reviendrons sur les prestations de la dalle proprement dite, attardons-nous dans un premier temps sur le design de cet écran. Apple a fait un choix inédit : le nouvel iPhone est le premier smartphone sans bordure inférieure et le seul dont les quatre coins de l’écran épousent les quatre coins du cadre. Certes l’imposante encoche vient rompre l’harmonie et les bordures sont plus larges que sur certains Android borderless, mais c’est à ce jour mon interprétation préférée du téléphone-écran.

Le meilleur écran OLED du marché

La deuxième plus grande nouveauté de l’iPhone X, c’est qu’il arbore pour la première fois un écran OLED. La marque estimait jusqu’alors que la technologie OLED n’était pas à la hauteur, et lui préférait les meilleurs écrans LCD IPS. Ce nouvel écran est fabriqué par Samsung, mais Apple insiste sur le fait qu’il est de sa conception.

Techniquement, il affiche une diagonale de 5,8 pouces, une définition de 2436 x 1125 pixels, donc un ratio de 2,15:1 encore plus allongé que le ratio 18:9 (2:1) de la plupart des smartphones borderless. Il affiche aussi une gamme de couleurs DCI-P3, celle de l’industrie du cinéma, une luminosité maximale de 625 cd/m2, et il prend en charge la technologie HDR aux standards HDR10 et Dolby Vision.

En pratique, mes premières impressions se sont confirmées sur le long terme : cet écran « Super Retina HD » ne suscite pas d’effet wahou, Apple a fait le choix de couleurs neutres et fidèles, mais il suffit de repasser brièvement sur un iPhone à écran LCD pour constater à quel point l’iPhone X progresse en contraste et en vivacité des couleurs. Samsung par exemple a choisi un affichage beaucoup plus vif, beaucoup plus flatteur, au prix d’un manque de réalisme. Question de goûts…

Évoquons brièvement la fonction True Tone, qui adapte la température des couleurs de l’écran à la température de couleur ambiante. Elle demande un temps d’adaptation à certains, car dans la plupart des cas l’écran est beaucoup plus chaud que celui d’autres smartphones, mais après quelques jours d’utilisation on se rend compte à quel point les autres écrans sont trop froids (de nouveau pour fournir un blanc plus blanc que blanc).

La technologie OLED, même lorsqu’elle est « engineered » par Apple, n’est pas exempte de défaut pour autant. Apple reconnait sur son site internet que l’écran de l’iPhone X n’est pas prémuni contre le burn-in, dans certaines situations extrêmes, et que les couleurs virent en fonction de l’angle d’inclinaison. Enfin, en dépit de la résolution de 458 ppp, les plus pointilleux comme moi devineront la disposition PenTile des pixels, avec laquelle on compte deux sous-pixels par pixel au lieu de trois, ce qui laisse entrevoir un léger crénelage lorsqu’on regarde l’écran de près (sans pour autant le faire exprès).

Des gestes instinctifs

Ce grand écran borderless entraine des évolutions profondes d’ordre ergonomique. Non seulement du fait de sa taille, mais aussi et surtout parce qu’il chasse le bouton principal intégrant le capteur d’empreinte digitale Touch ID.

Le bouton proprement dit est remplacé par des gestes à dessiner à l’écran. J’avais déjà pris le pli vendredi dernier après une demi-journée d’utilisation, ces gestes sont devenus instinctifs en quelques jours. Il faut faire un geste de bas en haut pour revenir à l’écran d’accueil, dessiner un arc pour accéder sans délai au gestionnaire de tâches, un geste de haut en bas pour accéder aux centres de contrôle et de notification.

D’ailleurs on se passerait bien de la barre affichée au bas de l’écran, qui défigure de nombreuses applications, et fait perdre beaucoup d’espace, quitte à renoncer au nouveau geste de droite à gauche qui permet de passer rapidement à l’application précédente.

Au fond mon plus grand regret, du point de vue ergonomique, c’est que l’iPhone X perd l’atout des iPhone de 4,7 pouces, derniers smartphones haut de gamme — avec les Sony Xperia Compact — utilisables à une seule main. Il faut souvent le tenir d’une main et l’utiliser de l’autre, ou bien recourir à la fonction « Accès facile », qui permet de décaler vers le bas le contenu de l’écran, d’un geste de haut en bas sur la barre précitée. Contrairement à la double tape sur le bouton principal, cette fonction n’est plus activée par défaut, il faut l’activer dans les réglages d’accessibilité.

Face ID : la régression

L’écran borderless a chassé le bouton principal, donc le capteur d’empreinte digitale Touch ID qu’il intégrait. Ce dernier est remplacé par une panoplie de capteurs de reconnaissance faciale. Ces capteurs occupent l’encoche qui recouvre le haut de l’écran.

Face ID est la plus grande déception de l’iPhone X. Oui, c’est la meilleure technologie de reconnaissance faciale du marché. Mais ça n’en demeure pas moins une régression par rapport à Touch ID, qui fonctionnait presque toujours de manière totalement transparente lorsqu’on réveillait son iPhone en pressant le bouton principal. Il y a bien des situations dans lesquelles Face ID déverrouille l’iPhone X naturellement, quand on le saisit et qu’on le porte sous son regard. Mais il y a aussi des situations courantes dans lesquelles il fonctionne aléatoirement, comme lorsque le téléphone est posé à plat sur un bureau ou sur une table devant vous. L’angle est plus restreint qu’on n’aurait pu l’espérer.

Les capteurs TrueDepth servent aussi à maintenir le téléphone éveillé tant que vous le regardez, ou aux Animoji, mais c’est à mon goût une maigre compensation. Ces derniers sont pour rappel des stickers en 3D qui s’animent par « motion capture », une alternative plus personnelle aux stickers traditionnels. Malheureusement, on ne peut les échanger que via iMessage, le service de messagerie mobile réservé aux clients d’Apple.

Dernier point concernant un effet collatéral de Face ID : ce n’est qu’une question de temps avant que les applications ne s’adaptent, mais je confirme qu’après quelques jours d’utilisation, l’encoche ne passe toujours pas inaperçue, même si elle ne dérange jamais vraiment. Elle trouble l’immersion sur certains jeux, sur certaines vidéos affichées en plein écran, mais surtout sur certaines applications de réalité augmentée, sur lesquelles elle est quasi le seul obstacle entre le réel et le virtuel.

L’un des meilleurs appareils photo du marché

Passons à la photo. Sur ce plan, l’iPhone X est une évolution modeste mais bienvenue de l’iPhone 8 Plus.

Des deux capteurs dorsaux, le grand angle est strictement identique, c’est un 12 mégapixels f/1,8 (les Android concurrent font mieux avec des objectifs f/1,7 voire f/1,6), le téléobjectif gagne une stabilisation optique et bénéficie d’un objectif plus lumineux, qui passe de f/2,8 à f/2,4. La combinaison de ces deux facteurs éviter de monter en sensibilité en zoom 2x et produit de meilleurs portraits, en particulier dans des conditions de luminosité limitée, tel qu’en intérieur.

Le capteur frontal passe quant à lui à 7 mégapixels f/2,2 et produit de très bons selfies. Mais associé aux capteurs TrueDepth précités, il apporte aussi et surtout le mode Portrait au capteur frontal. La simulation du flou d’arrière-plan n’est pas toujours parfaite, mais dans de bonnes conditions ce mode profite bien aux autoportraits. À l’instar du Face ID, il lui arrive néanmoins de ne pas fonctionner en plein soleil, qui trouble les capteurs infrarouges.

Quoi qu’il en soit, il m’est impossible de départager à l’œil nu l’iPhone X du Samsung Galaxy Note8 ou du Huawei Mate 10 Pro, deux des smartphones Android les plus doués en photo. Vous trouverez ci-dessous une galerie de photos identiques réalisées en mode automatique avec ces trois téléphones. La balance des blancs me parait légèrement plus fidèle sur le Galaxy Note, mais les détails me paraissent plus naturels sur l’iPhone, ses deux rivaux renforçant exagérément la netteté. L’iPhone active plus facilement le HDR, et il le traite bien, ce qui lui donne un avantage avec des scènes contrastées. Les photos au flash sont en revanche nettement sous-exposées, à tel point qu’on espère qu’il s’agisse d’un bug qui sera rectifié dans une prochaine mise à jour d’iOS.

En somme, plus encore que l’iPhone 8 Plus, l’iPhone X permet de se passer d’un appareil photo dédié dans de bonnes conditions. Compte-tenu des dimensions microscopiques des capteurs de smartphones, un véritable appareil photo conserve néanmoins un net avantage dès que la luminosité baisse.

Au top des performances

Sur le plan des performances, l’iPhone X partage sa fiche technique avec les iPhone 8 et iPhone 8 Plus. On retrouve donc la puce Apple A11 Bionic et les 3 Go de mémoire vive. Le nouvel iPhone jouit de nouveau d’une parfaite intégration verticale, puisque Apple développe sa propre puce — avec sa propre microarchitecture CPU et désormais son propre GPU — parfaitement adaptée à son système d’exploitation iOS.

L’iPhone X est donc de loin le plus puissant de ces nouveaux smartphones très haut de gamme. En pratique, on ne profite pas à ce jour de cette avance. Tous les smartphones du segment sont parfaitement fluides. Mais combinée aux mises à jour majeures d’iOS proposées pendant de longues années, cette avance lui garantit une excellente longévité.

De quoi mieux rentabiliser l’appareil, en permettant de le conserver 4 ou 5 ans, ou en réduisant sa décote à la revente.

 iPhone XiPhone 8 PlusGalaxy Note 8Huawei Mate 10 ProOnePlus 5
Geekbench 4 Single-Core4 259 points4 253 points1 973 points1 890 points1 941 points
Geekbench 4 Multi-Core10 373 points10 430 points6 515 points6 641 points6 656 points
Geekbench 4 Compute15 380 points (Metal)15 941 points (Metal)9 429 points (RenderScript)8 348 points (RenderScript)7 916 points (RenderScript)
3DMark Ice Storm Unlimited63 839 points63 933 points31 959 points30 910 points40 009 points
3DMark Slingshot Exreme2 643 points2 562 points2 659 points2 818 points3 066 points
GFXBench Manhattan 1080p90 fps73 fps58 fps54 fps60 fps
GFXBench T-Rex 1080p164 fps150 fps105 fps106 fps112 fps
AnTuTu231 721 points213 426 points174 296 points172 499 points179 243 points

Une bonne journée d’utilisation intensive

Notre protocole de mesure de l’autonomie, reposant sur SmartViser, n’a toujours pas été porté sur iOS, mais j’ai entendu les critiques de certains de nos lecteurs sur le test de l’iPhone 8 Plus. J’ai donc lancé le test de l’application Geekbench 4, qui chronomètre le temps qu’il faut pour vider la batterie des smartphones avec une charge CPU maximale et une luminosité d’écran minimale.

En dépit de l’intégration verticale, la batterie de 2615 mAh de l’iPhone X ne rivalise pas avec celles de 3300 mAh des Galaxy Note8 et OnePlus 5. Mais Apple fait néanmoins des progrès. En pratique, l’iPhone X ne tient toujours pas deux journées entières, mais il tient sans problème une journée d’utilisation intensive.

ModèleAutonomie
Apple iPhone X4 h 53 min
Samsung Galaxy Note87 h 22 min
OnePlus 55 h 34 min

Tout comme les iPhone 8, l’iPhone X n’est livré qu’avec un chargeur 5 W, ce qui est d’autant plus mesquin, mais il prend en charge le standard de recharge rapide USB Power Delivery (USB-PD). Si bien qu’avec un chargeur compatible, tel que le chargeur d’un MacBook Pro ou de tout autre ordinateur portable USB-C, et avec un câble USB-C vers Lightning optionnel (25 euros rien que pour 1 m), il ne faut que 30 minutes pour recharger la batterie à 50%.

Apple a également adopté le standard de recharge sans fil Qi. Avec un chargeur générique à 15 euros, il faut un peu plus de 3 h pour recharger entièrement la batterie. La puissance de la recharge sans fil est encore limitée, elle sera débridée ultérieurement par une mise à jour logicielle.

Où l’acheter

L’iPhone X est disponible depuis le vendredi 3 novembre 2017. Il est vendu 1 159 euros en version 64 Go ou 1 329 euros en version 256 Go. Nous vous invitons à vous pencher sur l’extension de garantie AppleCare+, qui réduit drastiquement les frais en cas de casse ou de panne non couverte par la garantie.

L’iPhone dans l’air du temps

Test Apple iPhone X Le verdict

design
8
L'iPhone X est l'un des plus beaux smartphones du marché, avec son métal "précieux" (l'acier) et son niveau de finition stellaire. Les nouveaux gestes deviennent vite instinctifs.
écran
10
Apple a tardé à adopter l'OLED, mais tout vient à point à qui sait attendre. L'écran de l'iPhone X ne souffre d'aucun défaut.
caméra
10
Les appareils photo frontaux et dorsaux de l'iPhone X sont parmi les tous meilleurs du marché. Il est quasi impossible d'établir un classement avec ses principaux rivaux, les Samsung Galaxy Note8 et Huawei Mate 10 Pro.
performances
10
Tout comme les iPhone 8 et iPhone 8 Plus avec lesquels il partage sa puce Apple A11 Bionic, l'iPhone X est de loin le smartphone le plus puissant du marché. Ce qui lui garantit une longévité qui permet de rentabiliser son prix excessif.
autonomie
7
L'iPhone X tient facilement une journée entière, mais il est encore loin des meilleurs smartphones Android. Apple est d'une grande mesquinerie de ne pas fournir de chargeur rapide.
Note finale du test 8/10
Avec l'iPhone X, Apple propose enfin un smartphone dans l'air du temps, rivalisant avec les meilleurs smartphones Android, à tous points de vue. L'écran borderless impose quelques compromis, chez Apple comme chez les concurrents, à chacun de choisir sa recette préférée. On approche autrement de la perfection. Ce qui coûte 2 points à ce téléphone, c'est son prix excessif. Certains se convaincront néanmoins par la longévité des iPhone.
  • Points positifs
    • Splendide
    • Performances
    • Le meilleur écran du marché
    • L'un des meilleurs appareil photo
  • Points négatifs
    • Prix excessif
    • Face ID est une régression
    • L'encoche