L’ITU, en charge du standard 5G (IMT-2020) vient de mettre en ligne un document Word fort intéressant. On y apprend ainsi que le réseau pourra proposer des débits de 20 Gbps en téléchargement, mais avec une cible de 100 Mbps par client.

Actuellement, la 4G promet des débits de plusieurs centaines de Mbps. Orange propose par exemple de la 4G+ à 300 Mbps dans certaines villes, et de nouveaux terminaux, comme le Gigabit Phone de ZTE, sont capables de télécharger à 1 Gb/s en 4G. La 5G est censée augmenter ces débits maximum, mais aucun organisme normalisateur n’avait encore annoncé de chiffres précis. On savait simplement que la 5G allait permettre de dépasser 1 Gbps.

 

20 Gpbs par relais

L’ITU (International Telecomunication Union) vient de mettre en ligne un brouillon des spécifications minimales de la norme IMT-2020, aussi connue sous le nom commercial 5G. Pour l’ITU, un relais 5G doit être capable de proposer un débit descendant minimal de 20 Gbps et un débit montant de 10 Gbps. Ce chiffre est énorme, puisqu’une station de base 4G n’est pas capable de monter au-delà de 1 Gpbs pour le moment, dans le meilleur des cas. Il ne faut toutefois pas compter sur un débit aussi élevé pour les utilisateurs finaux.

 

100 Mbps par client

L’ITU requiert qu’en 5G, les équipementiers et les opérateurs délivrent un débit de 100 Mbps en réception et 50 Mbps en émission par utilisateur. Ce chiffre peut paraître faible, mais il est en réalité très élevé, puisqu’en 4G, le débit moyen par utilisateur en France était en juillet 2016 de 30 Mbps dans les zones denses et de seulement 6 Mbps dans les zones ruralesselon l’ARCEP. La 5G devrait donc permettre d’augmenter considérablement les débits de tous les utilisateurs.

 

Les avantages de la 5G

Rappelons également que la 5G est censée faire chuter la latence (pratique pour les gamers… mais aussi pour les solutions professionnelles), mais surtout augmenter la capacité de couverture d’une zone, pour réduire le risque de saturation.

Pour le moment, les opérateurs et les équipementiers continuent de travailler sur l’élaboration de la 5G, dont la norme finale n’a même pas encore été publiée. Orange a déjà réussi à atteindre 15 Gpbs en laboratoire, alors que Qualcomm prépare déjà son premier modem 5G, le Snapdragon X50.

À lire sur FrAndroid : 5G : À quoi ressemble l’avenir des réseaux mobiles ?