Netflix s’attaque à OCS avec une flopée de grands classiques cinématographiques

Vivement Dimanche !

 

Le service de SVoD Netflix va mettre en ligne douze œuvres cinématographiques du réalisateur François Truffaut aux côtés d'une flopée de classiques. Un moyen ici d'attirer les abonnés d'OCS, dont le catalogue est notamment consacré au cinéma d'époque et de genre.

Netflix étoffe son catalogue

Netflix étoffe son catalogue pour attirer un nouveau public

Netflix s’est montré particulièrement actif depuis la mise en place du confinement, conséquence de la crise sanitaire mondiale causée par la pandémie du coronavirus (Covid-19). L’entreprise californienne a tout d’abord réduit la qualité des vidéos pendant un mois pour désengorger Internet, avant de renforcer son contrôle parental par le biais de nouvelles fonctionnalités.

David Lynch, Charlie Chaplin, Jacques Demy

Plus récemment encore, la firme d’outre-Atlantique a répondu à une demande longtemps réclamée par ses utilisateurs : le verrouillage de l’écran sur smartphone — lors d’un contenu visionné, de toute évidence –, mais uniquement sur Android dans un premier temps. Voilà maintenant que le service de SVOD tente de combler la soif de ses abonnés tout en marchant sur les plates-bandes de la plateforme d’Orange, j’ai nommé OCS.

Un message Twitter du compte Netflix France a annoncé la bonne nouvelle pour tous les amoureux de David Lynch, Charlie Chaplin, Jacques Demy, Xavier Dolan ou Steve McQueen, dont une partie des œuvres cinématographiques seront bientôt ajoutées à la bibliothèque de la plateforme. Le groupe s’est montré un peu plus bavard quant aux projections bientôt mises en ligne (vendredi 24 avril) de François Truffaut.

Douze films de cette figure majeure de la Nouvelle vague s’inviteront en effet sur le catalogue Netflix, parmi lesquels Les 400 coups, primé lors du Festival de Cannes 1959 dans la catégorie « Mise en scène », mais aussi Le dernier métro, dont les nominations aux César de 1981 lui ont valu trois récompenses : César du meilleur réalisateur, du meilleur film et du meilleur scénario original ou adaptation.

Netflix

Netflix

À leurs côtés, s’ajoutent Domicile Conjugal, Fahrenheit 451, Jules et Jim, L’amour en fuite, Tirez sur le pianiste, Vivement Dimanche !, La peau douce, Baisers volés, Les deux anglaises et le continent et La femme d’à côté. Un bon moyen ici de visionner à nouveau ou de découvrir tout simplement les classiques de cet ancien critique des Cahiers du cinéma.

OCS dans le viseur

Dans l’idée, Netflix profite ici du confinement pour faire gonfler sa base d’utilisateurs. Après tout, la guerre des services SVOD bat son plein, et le groupe a tout intérêt à abattre ses cartes pour tenter de s’accaparer toujours plus de parts de marché. Et en proposant ce panel de films, la société dirigée par Reed Hastings touche une cible friande du cinéma classique de la seconde moitié du 20e siècle. Du contenu que les utilisateurs d’OCS ont davantage l’habitude de consulter.

OCS

OCS

Le service d’Orange dispose en effet d’une programmation spéciale hebdomadaire dédiée au cinéma étranger, aux grands classiques et aux films de genre. En s’alignant sur la programmation d’OCS, Netflix décide de jouer sur le même terrain de jeu que son concurrent, celui du cinéma plus pointu susceptible de ravir les cinéphiles invétérés.

Il fait chaud, il fait beau. La saison estivale n’est clairement pas la plus propice pour se lancer dans une réflexion ardue sur un sujet complexe et fouillis. Et pourtant… N’écoutant que mon courage malgré…
Lire la suite

Les derniers articles