StopCovid : Orange n’exclut pas un accord avec Apple

 

L'opérateur historique français est un acteur important dans la mise en place de l'application de traçage StopCovid. Stéphane Richard, PDG d'Orange, a profité de la présentation des résultats de son groupe du premier trimestre 2020 pour évoquer les négociations en cours avec Apple.

Comme de nombreux autres pays, la France souhaite une application pour compléter son dispositif de déconfinement : cette application se nomme StopCovid. Dans une interview sur le JDD, Cédric O résume son fonctionnement : « En historisant par contact Bluetooth vos contacts des derniers jours, et en vous notifiant dès lors que l’un d’entre eux a été diagnostiqué positif, StopCovid permettra de détecter certains cas de transmission mal couverts par les enquêtes traditionnelles, comme les contacts dans les transports en commun. »

L’application StopCovid ne sera pas prête pour le 11 mai, de plus elle est au cœur d’un bras de fer entre Apple et le gouvernement français. En effet, Cédric O souhaite obtenir un passe-droit sur le Bluetooth dans iOS, car le système d’exploitation restreint l’utilisation du Bluetooth pour des raisons de protection de données personnelles, mais aussi d’optimisation de l’autonomie de nos smartphones.

Depuis quelques semaines, nous savons également que le gouvernement français ne veut pas utiliser l’outil développé par Google et Apple. La raison principale est le mode de fonctionnement de cette technologie. En effet, le protocole Robert, développé par l’Inria et qui devrait être utilisé sur StopCovid, fonctionne de façon centralisée, les identifiants sont gérés et stockés sur un serveur distant.

Le fonctionnement centralisé du protocole Robert // Source : Inria

De son côté, le protocole développé par Apple et Google vise à stocker les identifiants exclusivement sur les smartphones des utilisateurs. L’information de contamination est transmise de smartphone à smartphone, elle n’est pas poussée sur un serveur central. Pour Apple, il s’agit de la meilleure manière de protéger au mieux les données des utilisateurs.

Le gouvernement français va-t-il finalement obtenir son passe-droit ?

Aux premiers abords, le problème technique entre StopCovid et Apple semble insurmontable, aussi bien en raison de l’absence d’autorisations Bluetooth spécifiques que de protection des données. Quand il s’agit de protéger la vie privée de ses utilisateurs, l’entreprise de Tim Cook n’a jamais plié devant les demandes des États, même aux États-Unis.

Dans Le Figaro, on apprend aujourd’hui que c’est Orange qui est chargé d’échanger avec Apple sur ce sujet. Contre toutes attentes, Stéphane Richard, PDG d’Orange, semble être optimiste concernant les conclusions de ces discussions : « La discussion technique est menée par Orange. Ce n’est pas conclu, mais les interlocuteurs chez Apple se montrent assez ouverts pour que cette architecture puisse être implantée sur iOS ». Il semble donc qu’Apple puisse autoriser à titre exceptionnel l’accès permanent au Bluetooth pour l’application StopCovid et que la firme ne cherche pas à tout prix à réserver cet accès à son seul protocole. Apple pourrait également s’ouvrir à un protocole centralisé comme celui favorisé par la France, quitte à ouvrir un peu davantage les données des utilisateurs.

Ces déclarations du patron d’Orange rentrent peut-être dans une stratégie de négociation. Le gouvernement français tient, dans tous les cas, à sa solution « souveraine » mais à quel point ?

Les derniers articles