Apple n’est plus une exception, il s’apprêterait lui aussi à licencier

En toute discrétion ?

 

À la manière de ses concurrents, Apple s’apprêterait lui aussi à licencier une portion de ses effectifs. Cette vague de licenciements concernerait la division vente du groupe (au sens large), mais serait par contre de bien moindre envergure que celles annoncées chez Amazon ou encore Meta.

Le logo d’Apple sur l’Apple Store 5th Avenue, pour illustration // Source : Nathan Le Gohlisse pour Frandroid

L’exception n’aura finalement pas duré. Comme les autres GAMAM, Apple est lui aussi sur le point de procéder à des licenciements. On apprend cette semaine de Bloomberg, via The Verge, que la firme s’apprêterait en effet à licencier un petit nombre d’employés rattachés à son équipe des ventes.

On ignore à ce stade le nombre de postes concernés par cette vague de licenciements, mais Bloomberg parle « vraisemblablement d’un très petit nombre » d’employés impactés. Cette mesure viserait par ailleurs principalement à optimiser les opérations du groupe plutôt qu’à faire des économies à proprement parler… même si Apple reste dans une logique globale de réduction de ses frais.

Pour rappel, ces derniers mois ont été marqués par des mesures drastiques chez les concurrents d’Apple. Google a ainsi procédé à 12 000 licenciements, contre 27 000 chez Amazon, 21 000 chez Meta ou encore 10 000 chez Microsoft. Des suppressions de postes observées chez la plupart des entreprises tech, grosses ou petites, depuis l’automne dernier.

Apple n’est plus une exception

Dans ce contexte, et comme le souligne The Verge, Apple faisait figure d’exception. Jusqu’à présent, le groupe n’avait pas annoncé de licenciements. Si la chose n’est pas encore officielle, il semble que ce sera très bientôt le cas… au moins à petite échelle.

Dans le détail, les suppressions de postes attendues chez Apple devraient principalement concerner la division chargée de la construction et de l’entretien de ses magasins Apple Store. On apprend en outre que les employés concernés ont été informés qu’ils avaient jusqu’à la fin de la semaine pour postuler à d’autres postes au sein de l’entreprise. Et pour ceux qui ne trouveront pas chaussure à leur pied, ou qui ne seront pas retenus, Apple offre jusqu’à quatre mois d’indemnités de licenciement explique Bloomberg.

Notons que ces licenciements font office de dernier recours pour Apple, qui s’est jusqu’à présent appliqué à réduire ses coûts autrement qu’en se séparant d’employés engagés à plein temps. Ces derniers mois, la firme avait par exemple arrêté de faire appel à certains acteurs externes à l’entreprise. Elle avait également réduit la voilure côté embauches, diminué ses budgets déplacements, retardé certains projets ou encore repoussé le versement de primes.


Le saviez-vous ? Google News vous permet de choisir vos médias. Ne passez pas à côté de Frandroid et Numerama.