L’essor du « AI-Mining » : une nouvelle hausse spectaculaire des prix des cartes graphiques et des processeurs est attendue

Bis repetita

 

Cette nouvelle tendance pourrait inverser la situation et rendre de nouveau l'acquisition de cartes graphiques et processeurs plus compliquée et coûteuse.

Source : Anthony Wonner – Frandroid

Le marché des cartes graphiques et des processeurs pour les particuliers est de nouveau sous pression. Non pas à cause d’une nouvelle cryptomonnaie, mais en raison de la rivalité entre les géants de la technologie, Microsoft (avec OpenAI) et Google, pour dominer le secteur de l’intelligence artificielle. Face à la demande croissante et au succès de ChatGPT, la capacité des serveurs IA est insuffisante, ce qui conduit les entreprises à acheter massivement du matériel.

Cette situation rappelle l’augmentation de la demande en cartes graphiques pour le minage de cryptomonnaies. En effet, l’IA exige beaucoup de puissance de calcul, bien plus que ce que les géants de la technologie peuvent actuellement fournir. Non seulement il faut d’énormes capacités de calcul pour entraîner les modèles linguistiques derrière les modèles comme GPT-4, mais aussi pour faire fonctionner les chatbots basés sur ces modèles, comme ChatGPT ou Bard.

Comme vous l’avez sûrement vu, Microsoft utilise désormais les outils d’OpenAI pour compléter son propre service de recherche, Bing, mais aussi dans d’autres services (Office, Skype, etc.). De son côté, Google a lancé un test pour le concurrent de ChatGPT, Google Bard. Et, ce ne sont pas les seules entreprises qui développent des outils comparables. Sans oublier les milliers d’entreprises et d’institutions qui utilisent ces outils pour créer de nouveaux services. Cependant, à mesure que ces applications et ces utilisateurs se multiplient, les exigences en termes de performance de l’infrastructure technique sous-jacente augmentent.

Vers une nouvelle ère du minage ?

Face à cela, l’industrie s’oriente vers une approche à court et moyen terme : le « distributed AI-computing ». En résumé, les géants de l’informatique permettront aux tiers de mettre à disposition leur puissance de calcul via leurs navigateurs pour entraîner des réseaux neuronaux, libérant ainsi de la capacité de calcul dans le cloud pour les requêtes de chatbots en temps réel. Ce travail permettra de recevoir une rémunération, comme ce que l’on pouvait déjà faire avec le minage de cryptomonnaies.

La participation sera évidemment volontaire et les mises à jour des navigateurs prévues en avril demanderont aux utilisateurs l’autorisation d’utiliser leur GPU et CPU « pendant les périodes de repos ». Comme pour la mise à disposition de la puissance de calcul pour la blockchain d’une cryptomonnaie, une récompense sera versée, sous forme d’argent. On ne connaît pas le taux de rémunération exact, mais il pourrait être très intéressant (bien plus que la rémunération actuelle pour le minage de cryptomonnaies).

Cependant, ce nouvel eldorado va faire grimper les prix des cartes graphiques et des processeurs. Cette augmentation des tarifs a déjà commencé, car le marché anticipe une augmentation massive de la demande, comparable à celle observée lors du boom du minage de cryptomonnaies ces dernières années. C’est une mauvaise nouvelle pour les consommateurs qui ont traversé des années de difficultés pour acheter des cartes graphiques à des prix exorbitants.

Alors que les prix avaient commencé à baisser ces derniers mois et qu’il était devenu plus facile de se procurer du matériel, cette nouvelle tendance pourrait inverser la situation et rendre de nouveau l’acquisition de ces composants plus compliquée et coûteuse. Les particuliers risquent donc de subir les conséquences de cette concurrence accrue dans le secteur de l’intelligence artificielle.


Envie de retrouver les meilleurs articles de Frandroid sur Google News ? Vous pouvez suivre Frandroid sur Google News en un clic.