Taxis volants et véhicules autonomes : Uber et Hyundai présentent leur vision de la mobilité urbaine

Vol au-dessus d'un nid de coucou

 

Uber et Hyundai ont tissé des liens étroits pour travailler sur un concept de taxis volants et de voitures autonomes. Une combinaison technologique censée représenter le futur de la mobilité urbaine.

Uber et les taxis volants, plus qu’une envie, une véritable lubie. L’entreprise américaine s’est déjà positionnée à maintes reprises sur le créneau au travers de partenariats conclus avec plusieurs entreprises aéronautiques, de Bell Flight à Aurora (Boeing) en passant par Embraer. Voilà maintenant que la multinationale californienne s’allie avec un constructeur automobile, le Sud-Coréen Hyundai, pour arriver à ses fins.

Quatre passagers, 290 km/h

Leur alliance s’articule ainsi autour de trois axes principaux : des taxis volants, des véhicules autonomes et un Hub central reliant l’ensemble de cet écosystème. Le S-A1, du nom du taxi aérien, s’offrira des décollages et atterrissages verticaux, à l’image des concepts déjà imaginés par le groupe et ses partenaires. D’une capacité d’accueil de quatre passagers maximum, l’engin filerait à une vitesse de pointe de 290 km/h pour 100 km d’autonomie.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Si au départ, la présence d’un pilote sera obligatoire, le déploiement de fonctionnalités autonomes permettra à l’avenir de s’en affranchir. Au sol, le binôme constituerait une flotte de véhicules sans conducteur capables de se déplacer en ville. Baptisée Purpose Built Vehicle (PBV), cette solution de mobilité écologique souhaite fournir des services personnalisés aux passagers en transit.

Espace conceptuel

Pour relier les deux services, Uber et Hyundai comptent construire des Hubs : un « espace conceptuel dans lequel les gens peuvent se réunir pour interagir », est-il indiqué dans un communiqué de presse officiel publié dans le cadre du Consumer Electronics Show (CES) 2020, à Las Vegas. En somme, un espace de transition entre un trajet en taxi volant et véhicule autonome.

Dans cette optique, le fabricant asiatique s’occuperait de construire et de déployer les deux modes de transport susmentionnés. Quant à Uber, son expertise interviendra au niveau des interfaces automobiles, du service de soutien à l’espace aérien ainsi qu’aux liaisons avec les transports terrestres.

Les derniers articles