Le MWC 2019 est définitivement sous le signe de la 5G. Mais Stéphane Richard, PDG d’Orange, a tenu à rappeler sur le salon que selon lui, la France a déjà un an de retard sur le déploiement de la nouvelle technologie réseau.

Le MWC 2019 aura été placé sous le signe de la 5G cette année. Entre les démonstrations faites par OnePlus et les nombreux téléphones présentés par des constructeurs comme Huawei, Samsung, Oppo et bien d’autres, on sent l’arrivée imminente de la future technologie réseau.

Imminente, vraiment ? Stéphane Richard, PDG d’Orange, est également sur le salon. Le Figaro a pu s’entretenir avec l’homme d’affaires qui, une fois n’est pas coutume, ne mâche pas ses mots.

Stéphane Richard s’inquiète pour la 5G en France

Selon lui, la France a tout simplement « un an de retard dans la 5G ». Il accuse pour cela le retard de l’attribution des fréquences nécessaires à la 5G, dont l’appel d’offres aura lieu à la moitié de l’année 2019.

Ainsi, les premiers déploiements ne pourront avoir lieu qu’au cours de l’année 2020, soit l’année où les premières commercialisations du réseau sont attendues en Europe. À titre de comparaison, l’acteur américain Verizon a déjà déployé sa 5G sur treize États américains, qui profitent de celle-ci pour remplacer des réseaux câblés aux performances amoindries par le biais de box 5G.

Pas de problème de sécurité

Alors que le climat télécom est bousculé par les accusations du gouvernement Trump contre Huawei, Stéphane Richard se veut plus rassurant. Il rappelle à cette occasion que : « Chez Orange, 5 000 ingénieurs sont spécialisés dans la sécurité des réseaux », sous-entendant que l’espionnage serait vite repéré et stoppé.

Quant au déploiement de la 5G, rappelons que les efforts français continuent malgré tout. Si la commercialisation prend du temps, Bouygues, SFR, Free et Orange organisent plusieurs tests afin d’être prêts pour le déploiement de la 5G le jour J. Espérons que cela suffise.