Amazon : la justice interdit de livrer des smartphones et des PC pendant le confinement

Seuls les produits essentiels sont autorisés

 

Amazon n'a plus le droit de livrer des produits non essentiels pendant le confinement en France. C'est en effet ce qu'a décidé le tribunal de Nanterre, mais le géant américain a manifesté son désaccord avec cette condamnation.

Amazon interdit de livrer des produits non essentiels pendant le confinement en France

Amazon ne peut plus livrer de produits électroniques en France pendant le confinement.

Amazon n’a pas plus le droit de livrer des appareils électroniques pendant la période de confinement que nous vivons dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Cela inclut donc les smartphones, les PC, entre autres. À vrai dire, le géant américain ne peut plus livrer de produits jugés non essentiels. C’est en effet ce qu’indique le tribunal de Nanterre dans sa condamnation à l’égard de l’entreprise.

Ne pourront ainsi être livrées que les « commandes de produits alimentaires, d’hygiène et médicaux ». Cette condamnation est justifiée par le fait qu’Amazon a « de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés », rapporte le site de BFM TV.

10 % de produits essentiels seulement

En plus des smartphones et PC, vous ne pourrez donc pas vous faire livrer de liseuses, de DVD ou Blu-ray ou d’accessoires domotiques. Il faut savoir que cette décision de justice fait suite à une plainte déposée par Sud Commerce. Le syndicat estime que les produits essentiels ne représentent que 10 % des livraisons effectuées actuellement par le leader de l’e-commerce.

Rappelons tout de même qu’au début de la période de confinement, Amazon s’était engagé à donner la priorité aux livraisons de produits essentiels. La plateforme a même suspendu la vente de jeux vidéo.

Précisons aussi que seules les livraisons gérées directement par Amazon France devraient être affectées par cette condamnation. Les envois effectués par les filiales étrangères pourront sans doute être maintenus. En outre, le marketplace devrait continuer à tourner plus ou moins normalement.

Amazon affiche son désaccord

Contacté par nos soins, Amazon France nous a fait part de la position officielle de la firme sur cette affaire. La voici ci-après.

Nous sommes en désaccord avec la décision rendue aujourd’hui par le tribunal judicaire de Nanterre et nous évaluons actuellement ses implications pour nos sites logistiques français. Nous continuerons également à travailler avec toutes les parties prenantes et à apporter les éclaircissements nécessaires comme nous l’avons fait depuis le début de cette crise sans précédent.

« Rien n’est plus important que la sécurité de nos collaborateurs. Ainsi, en France, ces quatre dernières semaines, nous avons distribué sur nos sites plus de 127 000 paquets de lingettes désinfectantes, plus de 27 000 litres de gel hydroalcoolique, ainsi que plus de 1,5 million de masques », lit-on par ailleurs dans le communiqué de l’entreprise. « Nous avons aussi mis en place des contrôles de température et des mesures de distanciation sociale et également triplé nos équipes d’entretien en France pour renforcer le nettoyage de 200 zones supplémentaires sur chaque site ».

Amazon a ensuite expliqué songé faire appel pour contester la décision. Cependant, la firme envisage carrément la suspension complète des livraisons pendant le confinement pour bien respecter la décision judiciaire.

NB : article mis à jour après publication pour intégrer la réponse d’Amazon.

Les derniers articles