Même en interne, les protections anti-pédopornographie d’Apple inquiètent

Un canal Slack interne submergé de messages...

 

Annoncées la semaine dernière, les nouvelles mesures d'Apple pour lutter contre la pédopornographie sur l’application Messages et sur iCloud soulèvent de nombreuses questions quant au respect de la vie privée des utilisateurs. On apprend aujourd'hui que même en interne, ces protections ne font pas l'unanimité. Leur caractère partiellement intrusif et les détournements dont elles pourraient faire l'objet sont notamment pointées du doigt.

Susceptibles de porter atteinte à la vie privée, les nouvelles protections anti-pédopornographie d’Apple suscitent également des inquiétudes parmi de nombreux employés du groupe

Susceptibles de porter atteinte à la vie privée, les nouvelles protections anti-pédopornographie d’Apple suscitent également des inquiétudes parmi de nombreux employés du groupe // Source : Unsplash / Laurenz Heymann

Apple a annoncé début août le déploiement prochain, d’abord aux États-Unis, avec iOS 15 et macOS Monterey, de mesures anti-pédopornographie visant à protéger les plus jeunes qui pourraient être exposés à des contenus illicites, mais aussi à gêner leur partage et leur stockage au travers de l’application Messages d’une part, et des espaces iCloud de l’autre. De nobles mesures… dont la mise en œuvre interroge à juste titre.

Chantre du respect de la vie privée, principe sur lequel Apple axe une part importante de sa communication depuis des années, la firme se place dans une situation délicate par rapport à ses utilisateurs. Par exemple, ses algorithmes scanneront toutes les photos présentes sur les comptes iCloud afin pour les comparer à une base de données de contenus pédopornographiques fournie par la National Center for Missing and Exploited Children. En d’autres termes, même les utilisateurs n’ayant rien à se reprocher verront leurs contenus privés être traités par Apple. La firme promet néanmoins que toutes ces données seront scannées localement et que seules les photos contrevenant à la loi finiront par être partagées aux autorités (après un contrôle humain de la part d’Apple).

De nombreux employés inquiets dans les rangs du géant de Cupertino…

Si la levée de boucliers contre ces mesures a été massive ces derniers jours, avec de farouches critiques de la part de figures comme Tim Sweeney (CEO d’Epic Games) ou Will Cathcart (responsable de WhatsApp), on apprend aujourd’hui de Reuters que de nombreux employés d’Apple sont eux aussi troublés par cette surveillance accrue, même si elle part d’une bonne volonté.

L’agence de presse britannique, qui a pu interroger des employés du géant californien sous promesse d’anonymat, rapporte qu’un canal Slack interne à Apple a été abreuvé de plus de 800 messages relatifs aux mesures annoncées la semaine dernière. Beaucoup d’employés ont notamment fait part de leur inquiétude que cette fonctionnalité soit détournée par des gouvernements répressifs, et utilisée pour renforcer la censure ou faciliter l’arrestation d’opposants politiques.

Un rare aperçu de l’ambiance interne chez Apple

Des membres du personnel ont aussi évoqué leur crainte que ces mesures ne nuisent à la réputation de leader qu’Apple s’est forgé en matière de protection de la vie privée. À l’inverse, certains employés estiment que la solution d’Apple est une solution mesurée et raisonnable pour filtrer les contenus illégaux sur ses services. Dans la même optique, d’autres ont déclaré que scanner localement les documents iCloud pourrait être une première étape vers le chiffrement complet d’iCloud.

La nouvelle de ces échanges internes, qui semblent avoir duré plusieurs jours, arrive jusqu’à nous alors qu’Apple est connu pour sa culture du secret. Les témoignages internes à Apple sortent très rarement des locaux de l’entreprise pour nous éclairer sur le climat au sein de la firme ou sur l’état d’esprit de ses équipes. De quoi donner une saveur toute particulière aux informations rapportées par Reuters.

Les derniers articles