App Store : en Corée du Sud, Apple contraint de céder face au paiement alternatif

 

Si, aux Etats-Unis, Apple a obtenu un sursis avant de devoir accepter les paiements tiers pour les achats sur l'App Store, en Corée du Sud, la marque à la pomme est sommée de se plier à la demande. Elle va devoir autoriser les paiements alternatifs pour rester en conformité avec la loi.

Source : Unsplash / Laurenz Heymann

Source : Unsplash / Laurenz Heymann

La Corée du Sud avait promis de faire plier Google et Apple face aux systèmes de paiement tiers. C’est désormais chose faite. Après avoir obtenu que le Play Store autorise d’autres moyens de régler ses achats d’application sur la boutique, mais aussi d’achats intégrés en cours d’usage, c’est au tour de l’App Store de se soumettre à la législation locale.

Selon le Korea Herald, la loi votée l’été dernier, qui oblige les magasins d’application à autoriser les autres systèmes de paiement proposés par les développeurs, va également s’appliquer à la marque à la pomme. Apple a été sommé de se conformer à la loi sous peine de lourdes sanctions (amende de 3% de son chiffre d’affaires local).

Des systèmes de paiement alternatifs fournis… par Apple

Fini de prélever des commissions de 15 à 30 % sur les achats, selon vous ? Ce serait sans compter sur le sens du business et des négociations d’Apple. Certes, Tim Cook et les siens ont perdu le monopole du système de paiement intégré de l’App Store en Corée et devront accepter des paiements type WeChat ou PayPal, mais ils ont une fois de plus trouvé un moyen de rebondir en parallèle. Car Apple va également proposer aux développeurs un système de paiement alternatif à prix réduit, comme demandé par la Commission des communications de Corée (KCC).

Une façon de prélever au passage un petit peu d’argent auprès des plus petits développeurs qui n’ont pas forcément accès à des solutions internes, même si cela sera toujours moindre par rapport aux frais de commissions habituelles. Mais cela montre aussi qu’Apple a obtenu gain de cause dans la protection et la sécurisation de son App Store, son cheval de bataille durant tout le procès contre Epic Games. L’entreprise californienne ne cesse de marteler qu’elle est prête à ouvrir son App Store aux paiements tiers si elle obtient des garanties sur la sécurité des transactions et du transfert entre sa boutique et les systèmes de paiement. C’est aussi ce point qui lui a permis d’obtenir un report aux États-Unis dans la mise en place des sanctions.

Après le Japon et la Corée, le reste du monde ?

Si aux États-Unis, Apple a obtenu un sursis en justice et peut encore profiter des achats sur l’App Store via son système de paiement, au Japon déjà, l’entreprise avait dû trouver un accord pour s’éviter une procédure. Il est désormais possible à certaines applications (Reader Apps) de partager un lien avec les utilisateurs pour accéder à des moyens de paiement hors App Store. Cette décision de la KCC d’étendre cela à toutes les applications est néanmoins une victoire importante pour les développeurs qui réclament de s’extirper de l’emprise d’Apple sur les paiements. Et elle pourrait donner des idées à d’autres pays qui veulent imposer les mêmes règles aux géants des GAFAM.

Par ailleurs, l’amendement pris en 2020 interdit également la règle de l’App Store qui vise à dissuader les développeurs de commercialiser leurs applications sur d’autres plateformes. Pour le moment, aucune date d’entrée en application n’a été indiquée, pas plus que le montant du système de paiement « à prix réduit ».


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles