iOS 14 : Apple pourrait enfin vous libérer de Safari et Mail

Bye bye Safari !

 

Apple songerait à laisser plus de liberté à ses utilisateurs sur iOS 14 afin de leur laisser la possibilité de choisir leur navigateur web ou leur client mail par défaut, de quoi se débarrasser enfin de Safari sur les iPhone. Dans le même temps, la pomme autoriserait enfin l'utilisation de son HomePod avec des services de streaming musical tiers.

Safari, Apple Musique, Plans et Mail…

La critique la plus récurrente que l’on entend à l’égard d’iOS, c’est qu’Apple ne laisse que peu de liberté à ses utilisateurs. La pomme préfère en effet imposer ses applications maison, à l’instar de Safari qui est forcément le navigateur par défaut sur iPhone, mais aussi sur iPad avec iPadOS.

D’aucuns estiment que c’est une concession à faire pour jouir d’un écosystème très bien pensé, d’autres déplorent toutes ces limitations. À cet égard, Apple lâcherait enfin un peu de lest dans cette politique restrictive.

Sur iOS 14 ?

Des sources de Bloomberg affirment en effet que la firme de Cupertino songerait à autoriser les utilisateurs d’iPhone à choisir leur navigateur web ou client mail par défaut. Concrètement, quand une personne vous enverra lien et que vous cliquerez dessus, celui-ci ne s’ouvrira pas forcément dans Safari. Si vous cliquez sur une adresse email, le système ne vous forcera pas à utiliser l’application Mail.

Grosso modo, on retrouverait une liberté similaire à celle plébiscitée par les amateurs d’Android. Bloomberg écrit que cette nouveauté pourrait faire ses débuts dès le prochain iOS 14 dont la bêta devrait être lancée durant l’été.

Spotify sur HomePod

Ce ne serait d’ailleurs pas tout : Apple assouplirait aussi ses pratiques sur son enceinte connectée HomePod en laissant des applications musicales tierces diffuser des contenus sur l’appareil. On se rappellera au passage que Spotify a porté plainte contre Apple en estimant que la pomme se donnait un avantage déloyal par rapport à ses concurrents.

On imagine qu’en initiant une telle ouverture, Apple souhaite mettre un terme aux critiques et peut-être aussi éviter d’autres procédures judiciaires à son encontre. En contrepartie, le fait d’imposer ses applications — notamment sur le smartphone le plus vendu de 2019 — permet à la firme de garder ses utilisateurs dans un cocon, d’éviter de leur donner envie d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Ce serait donc un gros risque pour la pomme qui mise toujours plus sur ses services de musique, vidéo ou cloud pour soutenir sa croissance.

Les derniers articles