Apple Silicon : utiliser Windows sur un Mac ARM devrait devenir impossible

 

Apple a annoncé son intention de commercialiser des MacBook et des iMac avec ses propres puces. Parmi les conséquences de cette décision : la question de l'installation de Windows sur les produits Apple.

Le logo Apple au dos d’un MacBook Air // Source : Frandroid

Lorsque l’on achète un PC Apple, on l’achète en général avant tout pour profiter de l’environnement macOS et de l’écosystème spécifique de la marque. Pourtant, depuis qu’Apple utilise des processeurs Intel, il peut être intéressant d’installer Windows sur un MacBook ou un iMac, le plus souvent pour profiter de la grande bibliothèque de logiciels et jeux disponibles dans l’écosystème de Microsoft. Le plus pratique étant de profiter de Boot Camp et faire un dual boot, c’est-à-dire installer Windows en parallèle de macOS et pouvoir démarrer l’un ou l’autre au choix de l’utilisateur selon ses besoins.

Problème, la transition annoncée d’Apple vers ses propres puces Apple Silicon pour ses prochains ordinateurs remet tout cela en question. Microsoft s’est justement exprimée sur le sujet.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Microsoft ne proposera pas Windows 10 pour ARM

Interrogée sur le sujet par le site The Verge, Microsoft a indiqué très clairement que sa version de Windows 10 destinée aux processeurs ARM sera proposée uniquement aux fabricants d’ordinateurs (OEMs). Il est en effet impossible aujourd’hui de télécharger officiellement une image d’installation de cette version de Windows 10 et d’en acheter une licence d’utilisation.

Ce projet est développé en collaboration avec Qualcomm pour le moment et Microsoft semble donc vouloir en garder le contrôle de A à Z. Interrogé plus spécifiquement sur le cas des Mac avec puces ARM, Microsoft a botté en touche en n’indiquant ne pas avoir plus de détails à communiquer.

Il faut donc comprendre qu’il ne sera pas possible d’installer Windows 10 en dual boot sur un Mac avec une puce Apple, mais que Microsoft ne referme pas totalement la porte sur le très long terme.

Quid de la virtualisation ?

S’il n’est pas possible d’installer un système, il est parfois possible de le faire tourner dans une machine virtuelle. Apple a d’ailleurs fait la démonstration lors de sa conférence WWDC d’un GNU/Linux Debian tournant dans une machine virtuelle sur l’outil Parallels sur un Mac avec puce Apple Silicon.

Problème, l’utilitaire « Rosetta 2 » d’Apple mis à contribution ici ne permet pas de faire tourner des systèmes Intel x86 dans des machines virtuelles. Autrement dit, la démonstration d’Apple se faisait sur une version ARM de Debian et il faudrait pouvoir accéder à la version ARM de Windows pour le virtualiser. Retour à la case départ.

À l’exception d’une future collaboration entre Apple et Microsoft, les machines Apple devraient donc faire l’impasse complète sur Windows à l’avenir.

Les derniers articles