La moins chère des voitures électriques du concurrent n°1 de Tesla arrive en France

Et c'est déjà un carton en Chine

 

La BYD Seagull fait parler d'elle depuis sa présentation au printemps dernier. Mignonne et très abordable, la petite voiture électrique de BYD (le numéro 2 de la voiture électrique dans le monde) cumule les qualités ; les Chinois ne s'y sont pas trompés, avec 200 000 exemplaires déjà produits en seulement sept mois. Une production qui ne va que s'intensifier, puisque la marque vient de confirmer son arrivée en France en 2024 !

BYD est dans une dynamique hallucinante ces derniers temps, avec des chiffres de vente en 100 % électrique qui commencent à se rapprocher de ceux de Tesla, son grand rival et actuel numéro un mondial. Dans les innombrables lancements de la marque chinoise se cache la Seagull, une petite citadine extrêmement prometteuse apparue au printemps dernier.

Deux nouvelles intéressantes viennent de nous parvenir après sept mois de commercialisation : Seagull est un carton absolu en Chine, mais elle risque d’enfoncer le clou encore plus loin puisque son arrivée en France l’année prochaine est confirmée !

200 000 exemplaires en sept mois

La première information nous provient du compte Weibo de BYD. La marque a en effet annoncé sur le réseau social chinois que l’usine qui produit la Seagull vient de dépasser les 200 000 exemplaires après seulement sept mois de commercialisation. C’est près de 900 exemplaires par jour !

Les raisons sont toutes simples : la petite citadine de 3,78 mètres de long propose beaucoup d’arguments. Sa ligne est moderne et agréable, elle dispose de technologies dernier cri (écran de 10,1 pouces pivotable, clef sur smartphone, conduite semi-autonome de niveau 2…) et d’un rapport prix / autonomie plus qu’alléchant.

La Seagull propose en effet deux tailles de la batterie LFP « Blade » maison : une de 30 kWh et une de 39 kWh, proposant des autonomies respectives de 305 km et 405 km… en cycle CLTC, plus généreux que notre cycle WLTP européen. On estime qu’il faudrait compter entre 250 et 350 km sur cette dernière norme. Pour cela, il ne faut débourser que 78 800 yuans (environ 10 200 euros) pour la petite batterie et 95 800 yuans (environ 12 400 euros) pour la grande. On comprend donc mieux son succès.

Une arrivée en France dans la seconde moitié de 2024

Et la deuxième bonne nouvelle, c’est qu’on va bien avoir droit à cette Seagull en France. On s’en doutait, mais la BYD France vient de confirmer l’information à notre consœur de Numerama : la petite citadine électrique arrivera chez nous dans la seconde moitié de 2024. Elle rejoindra donc les Atto 3, Han, Tang, Seal et Dolphin dans les concessions de la marque chinoise.

Reste à savoir à quel prix. Ce qui est sûr, c’est qu’elle sera plus chère que son tarif chinois et qu’elle n’aura pas droit au bonus écologique du fait de sa fabrication en Chine. On estime son prix de vente entre 20 000 et 25 000 euros.

La Seagull se retrouvera en pleine confrontation avec la Dacia Spring (qui devra elle aussi dire au revoir à son bonus l’année prochaine), tandis que les Citroën ë-C3 et Renault 5 électriques seront également présentes dans la catégorie des petites voitures électriques (relativement) abordables.

Notons enfin que la petite BYD pourrait sortir un atout inespéré de sa manche : il se murmure depuis plusieurs mois qu’elle pourrait devenir la première voiture de la marque à bénéficier de la batterie au sodium du constructeur, qui finalise son développement. Les atouts sont majeurs : l’absence de lithium, cobalt ou manganèse rend la batterie plus sûre… et surtout moins chère, de quoi tirer encore un peu plus les prix vers le bas. À surveiller !


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).