Google veut partir à la conquête du secteur bancaire avec un service permettant aux utilisateurs d’ouvrir des comptes courants. La plateforme devrait voir le jour en 2020.

L’application Google Pay pour illustration

L’univers des banques attire de plus en plus l’attention de l’industrie technologique. D’ailleurs, Google cherche à s’y faire une place de choix. Le Wall Street Journal dévoile en effet que la firme de Mountain View mène en interne un projet baptisé « Cache », dont l’objectif est de nouer des partenariats avec des banques et des organismes de crédits afin de proposer aux utilisateurs d’ouvrir des comptes courants.

Le colosse aux quatre couleurs ambitionne d’ailleurs de concrétiser ce projet dès 2020. Le Wall Street Journal a pu s’entretenir avec Ceaser Sengupta, haut responsable au sein de l’entreprise et chargé, entre autres, des services de paiements. Ce dernier indique que Google mettra en avant ses partenariats de manière beaucoup plus marquée que les autres firmes de la tech qui se sont lancées dans le secteur.

Google Bank ? Google Pay ?

Rappelons à ce titre qu’Apple travaille en collaboration avec Goldman Sachs pour sa carte bancaire Apple Card — pas encore disponible en France. De son côté, Facebook cherche à déployer sa propre monnaie virtuelle, le Libra, en partenariat avec plusieurs acteurs.

Reste à savoir quelles seront les offres que proposera Mountain View en face. On peut déjà très facilement imaginer une intégration de cet éventuel service Google Bank au sein de la plateforme Google Pay, ou inversement.

Pay est la solution de paiement sans-contact de Google. Elle est compatible avec le plupart des appareils Android et Wear OS. Google Pay permet...

3 raisons de télécharger cette application

  • Payer sans contact avec son smartphone ou sa montre
  • Pratique et rapide
  • Possibilité de sauvegarder ses cartes de fidélité

En outre, si les banques partenaires se chargeront de mener à bien toutes les activités liées aux comptes courants, Google y trouvera sans doute un intérêt en en apprenant plus sur les habitudes de consommation de ses utilisateurs. En échange, ces derniers auront sans doute droit à des avantages via des programmes de fidélité.

Ceasar Sengupta précise par ailleurs que Google n’a pas encore décidé s’il prélèvera ou non une commission sur les transactions. Maintenant, il ne reste plus qu’à patienter pour voir concrètement ce que le géant du web est en train de concocter. En attendant, en France, l’opérateur Free (Iliad) chercherait lui aussi à lancer sa banque en ligne.

Apple Pay, Google Pay, Paylib, Samsung Pay : comment payer avec son téléphone