L’assistant Google devrait bientôt devenir moins bête

 

Dans une mise à jour à venir, uniquement disponible en anglais, il sera possible de coacher son assistant Google pour qu'il comprenne mieux les noms des contacts. Les conversations et le contexte des demandes devraient aussi être améliorés, grâce à l'utilisation du machine learning.

Une fonctionnalité en cours de développement va bientôt permettre à Google Assistant de gérer des tâches rapides sans la commande « Ok Google »

Une fonctionnalité en cours de développement va bientôt permettre à Google Assistant de gérer des tâches rapides sans la commande « Ok Google » // Source : BENCE BOROS – Unsplash

Google veut que son assistant vocal comprenne mieux les noms de vos contacts. Pour ce faire, une nouvelle fonctionnalité, qui devrait arriver dans les jours à venir, vous permettra de le coacher, pour qu’il les comprenne et les prononce mieux.

Comme le montre la vidéo de présentation de Google, il suffira de choisir un contact, d’enregistrer la manière dont vous prononcez son nom, et l’assistant Google, grâce à l’intelligence artificielle, devrait être capable de le répéter d’une manière plus proche de la vôtre. Il le prononcera d’ailleurs de suite pour confirmer ou non la prononciation.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Afin d’éviter toute polémique sur son utilisation des données, la firme a pris soin de préciser que « l’assistant écoutera votre prononciation et s’en souviendra, sans garder un enregistrement de votre voix ». Pour l’heure, cette mise à jour intervient uniquement pour les utilisateurs en langue anglaise, mais Google « espère l’étendre à d’autres langues bientôt ».

La société dirigée par Sundar Pichai détaille quelque peu les raisons pour lesquelles l’assistant avait du mal à reconnaître un nom jusqu’ici, et pourquoi il va falloir attendre pour d’autres langues. « Comprendre le langage parlé est difficile, car cela est tellement contextuel et varie énormément d’une personne à l’autre, écrit Yury Pinsky, directeur. Et les noms peuvent amener d’autres difficultés spécifiques à une langue. Par exemple, certains noms sont écrits de la même manière dans plusieurs langues, mais sont prononcés différemment. »

Des conversations plus naturelles

Pour arriver à de meilleurs résultats, la société californienne a « totalement reconstruit les modèles d’interprétation du langage naturel (NLU) de son assistant, afin qu’il comprenne mieux le contexte, et qu’il sache exactement ce que vous essayez de faire avec une commande donnée ». La mise à jour utilise le machine learning, propulsé par une technique de réseau neuronal dédiée à la reconnaissance du langage, appelée BERT, inventée en 2018 par Google et déjà utilisée sur son moteur de recherche.

BERT devrait permettre de mieux comprendre les demandes des utilisateurs, mais aussi d’améliorer les conversations avec l’assistant, en les rendant plus naturelles. Google cite pour exemple un utilisateur qui viendrait tout juste de parler de Miami avec son assistant et qui dirait sans plus d’introduction : « Montre-moi les plus belles plages ». D’après Google, son assistant devrait comprendre que l’utilisateur fait référence à Miami et qu’il veut donc voir les plus belles plages de la ville de Floride, et non du monde entier.

Autre utilité promise par Google : si vous êtes en train de regarder une page internet sur un produit, comme un vélo électrique par exemple, et que vous demandez de but en blanc à l’assistant : « Qui a fabriqué le premier ? » Il devrait comprendre que vous demandez qui a construit le premier vélo électrique.

À l’occasion de la Google I/O 2021, la firme compte dévoiler de nouveaux appareils pour la maison connectée.
Lire la suite

Les derniers articles