Les Honor Magic 3 et Magic 3 Pro veulent faire de vous un réalisateur hollywoodien

« IMAX Enhanced »

 

Les Honor Magic 3 et Magic 3 Pro ont eu droit à une officialisation à l'international. Ils se démarquent par leur design très incurvé, leur expérience photo ambitieuse et leur certification IMAX Enhanced.

Honor Magic 3 Pro

Le module photo du Honor Magic 3 Pro // Source : Honor

Traditionnellement, chez Honor, la gamme Magic est celle qui concentre le plus d’innovations afin de montrer ce que la marque sait faire. La série des Magic 3 tout juste dévoilée ne fait pas exception à la règle.

Voici donc les Honor Magic 3 et Magic 3 Pro. Le constructeur n’a pas peur de faire des promesses mirobolantes. Ainsi, il affirme que tous les smartphones de cette série sont « dotés de caractéristiques et de fonctionnalités exceptionnelles pour offrir des performances inégalées, une expérience cinématographique et photographique sans précédent, le tout dans un élégant design ».

Honor Magic 3 et Magic 3 Pro

Honor Magic 3 et Magic 3 Pro // Source : Honor

Un module photo qui attire le regard

Comme souvent avec les Magic, l’esthétique représente une part importante de l’expérience. Ici, un écran AMOLED 120 Hz et plus incurvé que jamais (89 degrés) ainsi que des bords particulièrement fins sont mis en avant pour plus d’immersion. Le Magic 3 Pro dispose pour information d’une diagonale de 6,76 pouces — le Magic semble profiter d’un écran similaire, mais cela n’a pas été explicité. L’étanchéité n’est pas en reste avec une certification IP68.

Au-delà de ça, c’est sans doute le module arrière qui retient le plus l’attention avec son format circulaire qui cherche à évoquer « la structure classique de l’obturateur d’un appareil photo ». Un objectif placé au centre de ce bloc attire notamment les yeux sur l’ensemble des modèles.

La partie photo est d’ailleurs aussi un argument phare des Honor Magic 3. La marque explique avoir entièrement développé le système de traitement d’images et se targue d’avoir incorporé une flopée de caméras au dos de ses appareils — qui sont d’ailleurs capables de filmer en 4K HDR.

Honor Magic 3 :

  • capteur principal de 50 mégapixels, équivalent 23 mm, f/1,9 ;
  • ultra grand-angle de 13 mégapixels, équivalent 13 mm, f/2,2 ;
  • capteur monochrome de 64 mégapixels, f/1,8 ;
  • focus laser.

Honor Magic 3 Pro :

  • capteur principal de 50 mégapixels, équivalent 23 mm, f/1,9 ;
  • ultra grand-angle de 13 mégapixels, équivalent 13 mm, f/2,2 ;
  • téléobjectif de 64 mégapixels, équivalent 90 mm, f/3,5 (et zoom x100 numérique) ;
  • capteur monochrome de 64 mégapixels, f/1,8 ;
  • capteur dTOF 8×8.

Hollywood dans la poche

Mais attardons-nous sur l’aspect le plus intrigant des Honor Magic 3. Les deux smartphones profitent d’une certification IMAX Enhanced. Ainsi, les utilisateurs vont pouvoir utiliser des fonctions LUT (Look Up Table) « de niveau cinématographique ». En français, les LUT peuvent être appelées « tables de correspondance » et elles servent à contrôler avec beaucoup de finesse la saturation, la luminosité ou encore le contraste des vidéos. Honor promet ainsi qu’il est possible de profiter d’une palette de couleurs dignes d’une qualité cinématographique.

Les utilisateurs auront ainsi accès à huit LUT « inspirées des films IMAX classiques » pour appliquer l’effet qui vous plaît le plus sur vos vidéos. La marque le résume en une phrase : « nous apportons le processus de production cinématographique dans le smartphone » pour que vous partiez à la conquête d’Hollywood. Pour aller jusqu’au bout de ce discours, les téléphones embarquent aussi trois micros omnidirectionnels, mais également des haut-parleurs stéréo tout en profitant d’une compatibilité DTS:X.

Pour les performances, la série des Honor Magic 3 s’appuie sur le Snapdragon 888+, la version optimisée et encore plus premium du S888. Cela permet aussi une compatibilité avec le réseau 5G et le Wi-Fi 6. Honor annonce d’ailleurs des pics de téléchargement à 6,1 Gb/s. Dans le même temps, la batterie de 4600 mAh profite d’une recharge rapide filaire de 66 W et jouit aussi d’une recharge sans fil pouvant aller jusqu’à 50 W. Les versions Pro proposent aussi de la charge sans fil inversée.

Les Honor Magic 3 tournent sur Android 11 avec l’interface maison Magic UI. Rappelons que, en dehors des Chine, les smartphones peuvent profiter des applications Google. Une bouffée d’air frais pour Honor qui n’est plus affecté par l’embargo américain contre Huawei, l’ancienne maison-mère de la firme. Magic UI met aussi à l’honneur de jolis écrans Always-on display, des personnalisations pour les sonneries et des fonctions avancées pour la protection de la vie privée.

Un Honor Magic 3 Pro+ en céramique

Un troisième smartphone a aussi été présenté : le Honor Magic 3 Pro+. Il reprend les caractéristiques de la version Pro tout en se nippant d’un dos en céramique pour une meilleure solidité et un meilleur confort en main.

Le design global change aussi un peu avec des lignes plus agressives sur le module photo et sur l’axe central du dos.

Cette version Pro+ muscle aussi le jeu sur la partie photo :

  • capteur principal de 50 mégapixels, équivalent 23 mm, f/1,9 ;
  • ultra grand-angle de 64 mégapixels, équivalent 11 mm, f/2,4 ;
  • téléobjectif x3,5 de 64 mégapixels, équivalent 90 mm, f/3,5 (et zoom x100 numérique) ;
  • capteur monochrome de 64 mégapixels, f1/1,8 ;
  • capteur dTOF 8×8.

Les Honor Magic 3 et Magic 3 Pro veulent faire de vous un réalisateur hollywoodien

Des Honor Magic 3 réservés à la Chine pour l’instant

Cet événement avait beau être le premier de la marque à s’adresser à un public international, les Honor Magic 3 sont pour le moment réservés au marché chinois. La marque communiquera ultérieurement sur la disponibilité pour les autres marchés.

On a pourtant déjà des prix conseillés en euros :

  • Magic 3 (8/256 Go) : 899 euros ;
  • Magic 3 Pro (8/256 Go) : 1099 euros ;
  • Magic 3 Pro+ (12/512 Go) : 1499 euros.

Aucune information n’a par ailleurs été dévoilée concernant la disponibilité en France des Honor 50, 50 Pro et 50 SE, dévoilés il y a quelque temps en Chine.

Les derniers articles